Électronucléaire : des « dossiers noirs » qui justifieraient de ne pas le développer ? En fait, de l’alarmisme intéressé.

Chaque mois un nouveau scandale surgit dans la presse. Il faut entretenir la flamme de l’antinucléarisme et surtout l’audience des médias et les votes aux élections anti-progressistes.

Attention : Il n’est surtout pas question ici de nier lier les difficultés relatives d’une industrie complexe et qui comporte des dangers (bien moindres néanmoins qu’en ne la développant pas). Mais on confond risque et danger. Un danger est géré par des précautions. Le risque ne se matérialise que rarement, et avec des effets réels modestes à l’échelle de la planète. Mais la peur est immense.

Exemple : « le trou béant à Fukushima qui cracherait 500 siverts à l’heure »

Explication : normal qu’il y ait de la radioactivité dans un réacteur…

Et que si on creuse un petit trou et qu’on s’approche, on meurt. Mais rien de grave au delà du périmètre de sécurité. Et dans quelques années, l’incident sera nettoyé et on en parlera plus. Rien d’insurmontable techniquement. Juste dommage que TEPCO ait refusé de contruire le meme mur que dans la centrale voisine. Parce-que leur autorité de sureté japonaise n’avait pas…d’autorité.

Mais il y aura toujours Tchernobyl pour alimenter le mythe du danger, car faute de moyens, le mode sarcophage a été choisi.
Autre exemple de « dossier noir », le soi disant gouffre financier d’AREVA aux USA.

En fait :

2016 : c’est un « incident mineur de charpente métallique ».

Je serai surpris que ça aille très loin financièrement car selon la méthode des projets publics US de longue durée, le vendeur ne donne pas un engagement forfaitaire ; le projet est décidé par tranches annuelles en fonction des votes du Congrès. Le risque des vendeurs est donc limité.
D’ailleurs c’est écrit :
@NRCgov 2015, « In its most recent applicant performance review, the staff found that MOX Services overall #MFFF construction activities were conducted in a manner that was consistent with the Commission’s rules and regulations and no areas were identified as meeting the definition of an area needing improvement in accordance NRC Inspection Manual 2630 ».
Mais le mal est fait dans l’opinion. Qui elle, n’est pas informée à décharge. Car l’émotion positive est moins vendeuse que l’émotion négative sur le fameux « marché cognitif » où tous les trafics informationnels ont cours.

Les réseaux sociaux démultiplient les angoisses. 

En attendant que des outils contribuent à nous apporter automatiquement des réponses aux questions que notre (faible) esprit critique ne se pose pas.

Le plugin firefox proposé par le DECODEX du journal Le Monde est un début de solution prometteur à ce sujet. Tout comme les travaux de facebook pour qualifier l’information. Ou de la startup TrooClic.
Référence à l’article AREVA :

http://www.capital.fr/enquetes/derapages/l-autre-chantier-maudit-d-areva-1205142

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s