L’ASN est-elle devenue trop procédurière ? au dépend de l’efficacité et donc de la sureté ?

Témoignage d’un ex-directeur de centrale EDF :

« Nous sommes passés d’une sûreté de stimulation à une sûreté purement administrative qui me paraît plus lourde et moins efficace que la sûreté de stimulation.

Je m’explique, A-C Lacoste avait un passé d’industriel puisqu’il avait été pendant 20 ans ingénieur dans les houillères du Nord-Pas de Calais.

Après chaque évènement, il demandait à EDF les mesures prises pour en éliminer le renouvèlement. Eventuellement il demandait que nous étudions des dispositions supplémentaires. Mais nous restions dans une démarche continue de progression de la sûreté que tout le monde non seulement acceptait mais jugeait pertinente. Il y avait donc une adhésion de l’exploitant aux exigences de l’ASN. Je pourrais raconter l’histoire des traversées de couvercle puisque le précurseur s’est produit sur Bugey 3.

Avec PFC, nous sommes passés dans de la sûreté purement administrative avec un Président de l’ASN qui donne comme certains anciens instituteurs des coups de règles sur les doigts de l’exploitant et des constructeurs, coups de règles avec force médiatisation très souvent humiliante.

Cela n’a jamais été ma vision de la sûreté bien au contraire. Je valorisais toutes les équipes qui avaient fait une erreur humaine en leur demandant d’en étudier l’arbre des causes et de me proposer les dispositions pour que cela ne se reproduise pas. Et Monsieur Lacoste appréciait cette façon de procéder.

Je prends un exemple. Nous avons un code métallurgique, le RCCM plus exigeant que l’ASME des US appliqué partout dans le monde à l’exception de la Russie.

Sans aucun fait initiateur, L’ASN et l’IRSN ont pondu un code dit ESPN absolument délirant. A tel point que même le Haut commissaire Yves Bréchet dit publiquement son désaccord lorsqu’il rappelle devant l’OPECST qu’il ne suffit pas de faire une norme supérieure à la précédente, dont on est sûr qu’elle sera plus difficile et plus onéreuse à appliquer, en se moquant de savoir si les exploitants et les constructeurs considèrent qu’elle représente un plus pour la sûreté.

Mes collègues, Directeurs de CNPE, d’abord peinent à remplir les dossiers et ne comprennent pas toujours très exactement ce que l’on leur demande.

Le rapport sur la réparation de Bugey 5 qui aurait tenu sur 50 pages au maximum a dépassé les 500 pages plus toutes les demandes complémentaires.

La sûreté administrative que nous connaissons aujourd’hui me paraît moins efficace que la précédente. Elle n’aurait pas évité TMI et Blayais. Et je ne sais pas ce qu’elle aurait donné à Fukushima. La seule chose que je peux dire est que si EDF avait eu une centrale comme Fukushima, elle aurait été arrêtée après le tsunami de Banda Aceh en 2004. Et une étude des travaux à faire, s’ils étaient possibles, pour la protéger d’un tel tsunami auraient été engagés et réalisés s’ils étaient de nature à éviter l’inondation du site.

EDF a fait une revue séisme après le séisme de Kobé (cote Ouest du Japon) en 1995 et a été conduit à faire un certain nombre de modifications et de renforcements.

En 2007, lors du vote sur la loi de transparence et de sûreté nucléaire, l’ASN est devenue indépendante du pouvoir politique. En effet les anti-nucléaires contestaient ce lien qui constituaient selon eux une possibilité pour le pouvoir politique d’influencer les décisions dans le sens d’EDF, du CEA, d’AREVA, etc.

Dans la réalité, après 6 ans de Directeur Adjoint et 7 ans de Directeur, j’affirme que je n’ai jamais vu le pouvoir influencer le directeur de l’ASN dans un sens quelconque.

Il nous a échappé que l’ASN devenue indépendante, devenait de facto une autorité absolutiste. Les constructeurs et les exploitants n’ont plus aucun recours après une décision prise par le collège de l’ASN.

Nous avons vu cet hiver qu’en raison de l’instruction du dossier sur les boîtes à eau des générateurs de vapeur, plusieurs unités étaient à l’arrêt et ceci nous a fait frôler les délestages, voire le black-out puisque la marge du jour le plus froid n’a été que de 1 000 MW.

Or sur un black-out, au mieux 50 % des tranches nucléaires en fonctionnement réussissent leur ilotage. Tandis que l’autre moitié va passer plusieurs heures avec comme seule source électrique, les groupes électrogènes de secours, c’est à dire dans une situation de sûreté assez précaire.

Il n’y avait aucune urgence à contrôler la teneur en carbone des boîtes à eau des générateurs de vapeur. Le rôle de l’ASN était alors de demander le redémarrage de certaines tranches arrêtées pour réduire le risque de black-out et de différer d’un mois ou deux les contrôles. Je pense qu’André-Claude Lacoste aurait pris cette décision car le Président de l’ASN est un haut responsable français dont la mission est précisément de maintenir le parc à l’optimum de sûreté ce qui n’a pas été le cas.

Quand certains médias ont interrogé PFC sur ce sujet, il a répondu que l’équilibre production-consommation n’était pas de sa responsabilité mais de celle de RTE. Je trouve cette réponse particulièrement affligeante. On ne peut pas être le garant de la sûreté du parc et ne pas se soucier des conséquences d’un black-out.

Alors maintenant que cette autorité absolue existe, il est impossible de revenir sur cette loi. Mais on voit que la seule façon de travailler intelligemment est une concertation permanente entre l’ASN et les exploitants. Or ceci n’est possible que si les problèmes ne sont pas mis sur la place publique en les dramatisant sinon la moindre décision de l’ASN en faveur d’une exploitation la plus sûre possible du parc va être utilisée par tous les anti-nucléaires pour discréditer l’ASN et l’on a rien à y gagner.

Tout cela mériterait une réflexion approfondie avant la fin du mandat de PFC qui doit arriver en 2018 car le choix de son successeur sera déterminant.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s