L’élasticité de l’offre de gaz : meilleure que celle du pétrole donc pic plus lointain ?

Réserve de gaz pour compenser les ENR : le pic approche-t-il aussi ?

https://www.connaissancedesenergies.org/fiche-pedagogique/reserves-de-gaz-dans-le-monde

La discussion à partir des réserves « prouvées » de gaz est pipée. Malheureusement, ce sont les seules données accessibles sans effort aux journalistes et aux économistes. Pour comprendre pourquoi, je suggère de lire soigneusement la deuxième partie de ce document de l’ASPO. 

Pétrole, gaz et charbon : nature, mécanismes de formation, perspectives d’avenir dans la transition énergétique – Bernard Durand

Pétrole, gaz et charbon : nature, mécanismes de formation, perspectives d’avenir dans la transition énergétique – Bernard Durand

La meilleure approximation des réserves ultimes de pétrole et de gaz est les réserves dites 2 P (prouvées+probables), qui ne sont jamais publiées et qu’il faut reconstituer par un patient travail à partir des documents disponibles dans les compagnies. Pour les gisements dits conventionnels (les gisements « classiques »), elles sont en diminution depuis 1980 pour le pétrole, et semblent atteindre leur maximum pour le gaz.

Mais la vitesse à laquelle on peut exploiter les réserves est bien plus importante pour l’économie mondiale que le montant des réserves ultimes. Pour faire une comparaison, le débit possible du carburateur est bien plus important pour régler la vitesse d’une voiture que le volume de son réservoir! D’où l’importance de la notion de « pic de production« .

Pour l’instant , l’ASPO voit le pic de production du pétrole tous liquides (c’est-à-dire la somme conventionnel+condensats+LTO+XH+NGPL+Biofuels+XTH+gains de raffinerie, voir le document proposé pour  bien identifier la  signification de ces termes) en 2020, et le pic du gaz vers 2030. Cela peut changer si la production de pétrole et de gaz de schistes se développe suffisamment à l’échelle mondiale pour compenser le déclin du conventionnel, mais pour l’instant, cela n’en prend pas le chemin.

Il est très difficile d’anticiper sur les prix, et donc sur l’élasticité, comme on le voit dans le texte. Par contre, quand la production décline, cela signifie moins d’énergie disponible pour la société, et il faut s’en accommoder d’une manière ou d’une autre.

BD.

NDLR : Ou bien avoir anticipé à temps la construction de suffisamment de centrales nucléaires.

Publicités