EU : Green Deal Call – area 2, Supplying clean, affordable and secure energy (Quelques contributions éclairées en faveur du climat)

Voyons quelques contributions qui ne sont pas antinucléaires, en réponse à l’appel de l’UE :

Green Deal Call – Area 2 – Fournir une énergie propre, abordable et sûre.

https://ec.europa.eu/eusurvey/runner/GreenDealCall2

1) Jean-Luc Salanave

Contribution JLS du 20/05/2020 sur https://ec.europa.eu/eusurvey/runner/GreenDealCall2:
This « area 2 » approach for the EU Green Deal is based on a double error:1. the priority against climate change is to reduce the consumption of fossil fuels (gas, oil and coal), NOT to increase intermittent production of offshore electricity ! This approach confuses the goal and the means (the goal is CO2 reduction).2. Hydrogen is not an energy source but just an energy vector. It is expensive to produce, the efficiency will never be better than 30% (due to electrolysis losses and H2-fuel cells losses), and much less efficient and practical than electricity (which is anoter energy vector). The only reason why hydrogen is though about is because of the above mistake n°1: you need H2 only if electricity production is intermittent (wind or solar). If the energy production is non-intermittent (nuclear, hydro, geothermal, aerothermal/heat pumps, …) hydogen is useless becouse it is not needed to store energy, it is just produced when needed, without any transformation losses.My recommandation is that the european green deal policy should find its inspiration from proven technologies, which need no or litle subsidies (we are in an economical world crisis !). The best scenario, presenting the best garanty for a factor 4 reduction of CO2 in 2050, according to the scientist community, is NEGATEP: http://www.sauvonsleclimat.org/images/articles/pdf_files/climat-energie/Negatep_V-2017.pdf (ref: https://www.sauvonsleclimat.org/fr/base-documentaire/negatep-2017). Financial aspects are here: https://www.sauvonsleclimat.org/images/articles/pdf_files/climat-energie/Negatep-finance.pdf)Best regards.Jean-Luc SalanaveProfessor and expert in low carbon electricity

2) Patrick Michaille

Without producing hydrogen which is the way that intermittent producers can give a value to their production by making it storable, there is no sense to multiply the intermittent production of electricity. The covid-19 crisis demonstrates what will be the instability of the electricity network with a share of intermittent production of 40%, which is proven by negative prices, meaning that the electricity becomes a waste. Whereas the energy transition for protecting the climate requires that decarbonized electricity is developed, there is an urgent need to invest in modern and safe Generation-III nuclear reactors in Europe.

3) Stephan Savarese

Clean energy has to be low-carbon. Rather than picking winners and losers, the EU should adopt a regulatory approach consisting in a progressive ban of high-emission energy sources. For instance, shutting down all power plants with GHG emissions higher than (in gCO2eq/kWh):
2025 : 1000
2030 : 500
2040 : 100
2050 : 50
Removing nuclear power from clean energy makes no sense. There is no harm to ecosystems nor human health in France. If we can do it, what is the rationale for denying other EU member states to do likewise ? France has set an example but Europe wants to invent another one.
How much time is left to save the climate ? 10 years. When will the EU be realistic about climate change ?
With best regards, bien cordialement,Stephan Savarese

4) Michel Simon

« Do you propose changes in the orientation for the area or the approach proposed for the topics?
The first objective – and to day it shoud be the only one!- is to reduce the consumption of fossil fuels.
The relevant topic should concentrate on that concern:
How, and by which method/tool should we reduce use of fossil fuels for heat production?
How, and by which method/tool should we reduce use of fossil fuels for transportation?
It seems that the Topic 1 concentrate on electrical renewable energy, which is a non sense regarding the
major objective : reduce fossil fuel! There are other ways to produce electricity at reasonable price, with full
guarantee of availability at any time, and fully respectul of the environnement. Nuclear fission is an example, and with a stratégic long term view, nuclear fusion should be strongly supported.
This comment is made by reason only. I recognize it has a low probability to be taken into account if the
Commission is prisoner of a pre-set ideology. » »
Michel Simon

5) Bernard Tamain

The main concern for energy production and consumption is to strongly decrease fossile energy use because of climate problems. This means that transport have to use mainly low carbon electricity or hydrogen; that heating has to use mainly heat pumps; This means that electricity production has to increase and has to be carbon free : either renewable energy or nuclear energy. Nuclear energy is necessary because wind and solar energies are intermitent. Nuclear energy is needed  as long as massive electricity storage is out of reach. Offshore renewable energies with hydrogen production can be part of the solution but it will be very expensive and will hence be competed by electricity production using gas. This would be dramatic for climate.

6) Jean-Pierre Pervès

Why is Europe bent on digging the grave in which it will bury its climate objectives? Because a magic word « green or green » is enough to justify everything, including the lack of serious analysis of the situation, replaced by a “Green deal” catechism. Europe is making little progress, trying to hide its ineffectiveness by switching from coal to Russian gas. Europe dreams of a new colonialist world by preparing to plunder the Third World of its biogas or biomass resources, a relatively ecological activity, even though it is called green.

Our priority should be to decarbonize energy, not to impose a green world. What a mistake when experts, in the service of a juicy green finance paid for by taxes, reject nuclear power and put it at the level of gas in the taxonomy report. Dishonesty of assisted speculators.

Sustainable energy must be low carbon today because there is an emergency. The best method to achieve this will involve, over the next 20 years, massive use of decarbonized and controllable electricity. The « green » headlong rush with marine wind, solar, hydrogen electrolysis, methanation, fuel cells will be dramatically expensive, as have been the rash development of intermittent energies. They must survive to the rhythm of their true competitiveness, and not thanks to the rejection of other low-carbon energies which are truly manageable.

Nuclear is decarbonized and has offered France a real depollution of its atmosphere (counterbalanced by the pollution which is offered to us by Germany and Poland with coal and lignite). And Europe, with a Germany worried about the competitiveness of French electricity, wants to destroy it, thus not respecting the fundamental principle of subsidiarity, on the pretext of a fair concurrence,  misled by massive public aid to the so-called « green » industries « 

Carbon emissions of cars are drastically cut while no limits are placed on electric companies. They are even allowed to sell electricity called « green », when it comes from coal-fired power plants, by simple writing games (a real European scandal). When will there be an obligation not to exceed 100 g per kWh then 50 in electricity? Let’s have a pragmatic policy, Europe must support nuclear power, which is essential for the balance of networks, in countries that want it and are worried about the stupidity of the abrupt cessation of clean and competitive nuclear power in Germany , then in Belgium, for electoral haggling.

And Europe, ineffective, gargles with big words, with a « green deal », invents an expensive offshore/hydrogen future, with an exceptionally low efficiency, and carrying considerable risks of explosions.

And the European Parliament, with its cohorts of MEPs with a low knowledge of the energy industry (do they have time to work at it?)  is being manipulated by minorities, is preparing to waste what is effective today for the benefit of expensive programs that our children will pay dearly for.

A single message: let’s preserve the climate and desecrate a misguided word,” Grünnen, green, vert”, , now the banner of a deadly business, fattened by European and national subsidies, and ultimately paid for by families.

7) Georges Sapy

Consultation publique « call Green Deal » lancée par la Commission européenne Contributions GS


N° 1 – The European Commission rightly supports the production of carbon-free energy in all areas, which is an urgent need. But why refuse nuclear energy, the least carbon energy source of all, capable of permanently meeting massive needs at competitive costs and perfectly dispatchable? Very clearly, nuclear is a major and unavoidable part of the solution to decarbonize the production of electricity in Europe, where it has been perfectly mastered without risk after half a century. Under these conditions, why does it not benefit from taxonomy like all other low carbon energies? This is a totally incomprehensible and incoherent position with the criteria « clean energy » and « affordable energy ».


N° 2 – The exclusive and forced development of wind and photovoltaic systems throughout Europe rightly replaces carbonaceous productions, particularly coal, the worst fossil fuel. However, this cannot be done without precautions because these variables energies must be backed up by dispatchables plants when there is no wind and/or no sun, as long as massive energy storage facilities will not exist at affordable costs. This exclusive policy has the consequence of weakening the possibilities of internal rescue in each European country and moreover between European countries because the wind regimes are strongly correlated in Europe (there is often either a lot of wind everywhere or little wind everywhere). On the other hand, all of Europe is in only 3 time zones and solar energy is therefore present or absent almost at the same time everywhere. This situation greatly increases the risk of a general shortage in Europe in the event of a weak wind at night and heavy consumption in cold winter days or weeks and can lead to heavy load shedding or even extensive blackouts.
This growing risk has been denounced on several occasions, notably during a joint call signed on October 10, 2018 in Berlin during the conference on « Guaranteed capacity in Europe », organized by the German federation of energy companies BDEW with the participation of 8 other professional organizations in the electricity sector from different european countries (Austria, Denmark, France, Luxembourg, Nederland, Czech Republic, Sweden, UK) to ensure security of supply in Europe.
Have they been heard? The question is open, as this exclusive general orientation « all wind + photovoltaic » puts in serious risk the criterion « secure energy » if it is pursued without precautions.


N° 3 – Intermittent wind and photovoltaic electricity continues to benefit from exorbitant privileges, out of competition, contrary to general European rules. It benefits from network access privileges in the event of overproduction and, above all, exorbitant subsidies paid by consumers, which makes this electricity terribly expensive for them. It was understandable at first, when these sources of energy were not mature, but they have become, even according to their promoters.
It is therefore incomprehensible that these sources continue to be subsidized, they must be subject to competition like all other mature sources of electricity. In addition to the cost for consumers, this situation precludes any other possibility of investment in other means of electricity production, including in renewable energies such as hydraulics, a very useful source of energy because it is dispatchable unlike wind and photovoltaic sources which only produce when there is wind or sun, but not according to the needs of consumers and also require support from dispatchable means or storage facilities, which again increase their own costs. Intermittent sources therefore absolutely do not meet the « affordable energy » criterion if they continue to be subsidized.


N° 4 – Unusable surpluses of wind and photovoltaic electricity completely destabilize the electricity markets and lead to negative prices at certain times, which are more and more frequent. This ruins the producers of dispatchable electricity, which are nevertheless essential to ensure the stability of the networks and the security of electricity supply. At the same time, producers of intermittent wind and photovoltaic electricity continue to be heavily subsidized and most of them are making « double-digit » indecent profits. It is neither fair nor sustainable, on the verge of a financial scandal for consumers.
This situation is therefore totally contrary to the « affordable energy » criterion (for consumers who pay even more than the market prices are low!). But also to the « secure energy » criterion in the medium and long term because the market no longer gives the signals for essential investments other than in wind and photovoltaic: only the latter currently attract investors because they provide very high income without any risk, unlike investments in all other means to produce electricity that are ”at risk” for investors.

Pas de reprise durable sans le nucléaire (Les Entretiens Européens)

Source : https://t.co/QfPGKE7IE


« Après le vote des Etats au Conseil du 15 avril dernier et la décision d’ex­clure le nucléaire des finance­ments européens et de la taxono­mie, #ClaudeFischerHerzog s’interroge sur le manque de vision..

Après leur vote au Conseil du 15 avril dernier et la décision d’exclure le nucléaire des financements européens et de la taxonomie, on ne peut que s’interroger sur le manque de vision et de prospective des Etats européens.
Alors que le contexte inédit de la crise sanitaire et économique appelle des mesures de soutien sans précédent à nos industries européennes, les Etats risquent d’entraver une reprise qui sera d’autant plus difficile et longue qu’elle devra s’adapter aux mutations.
En effet, l’électrification de nos modes de vie et de production, celle des usages, bouleverse notre système économique.
Tous les secteurs doivent s’adapter pour répondre à la fois à l’impératif climatique et à l’impératif industriel, et retrouver la croissance et l’emploi. Croire que nous allons pouvoir construire la transition énergétique et écologique en demandant de réduire notre consommation énergétique par deux comme le demande la Commission est irresponsable et irréaliste : non seulement il faudrait expliquer comment réaliser une profonde décorrélation entre le PIB et la demande d’énergie, mais après la période de confinement, les Européens ne voudront pas subir des contraintes accrues sur leurs conditions de vie. Or le « Green deal » n’est pas une stratégie énergétique industrielle. Il impose des choix technologiques au mépris de ses propres principes de « neutralité » et sans tenir compte de la diversité des atouts des pays de l’Union européenne, et sans bâtir les solidarités pour aider les pays à diversifier leur mix ou à l’adapter pour réduire leur empreinte carbone.
Aujourd’hui, à la perte de productivité, l’appauvrissement de couches entières de la population, le chômage massif provoqués par le confinement, risquent de s’ajouter les effets pervers de choix contre-productifs : la priorité à toujours plus d’énergies renouvelables électrogènes (EnR), chères et intermittentes, et l’affaiblissement de l’énergie nucléaire, stable, compétitive et durable.
Il n’y a que l’Union européenne pour discriminer une industrie performante et sûre, « essentielle » en période de crise sanitaire.
Les institutions internationales reconnues et qui font autorité comme le GIEC et l’AIE le disent : pas de transition énergétique durable sans le nucléaire !
L’Europe possède une industrie nucléaire performante et sûre que de nombreuses régions du monde nous envient. C’est 50% de l’électricité décarbonée de toute l’Union européenne, 75% en France. Ses ouvriers, ses techniciens et ses ingénieurs sont aujourd’hui au front pour que les malades puissent bénéficier de soins massifs dans les hôpitaux, avec des technologies de pointe, et pour que les autres puissent vivre « confinés » sans pannes de lumière ou d’internet. Sans eux, aucune gestion de crise ne serait possible ! Ses chercheurs sont aussi au front pour inventer de nouvelles applications dans la lutte contre le coronavirus, et le secteur a été déclaré « critique et essentiel » par le Conseil National de Sécurité(1).

Partout dans le monde où les pays ont fait le choix du nucléaire, en Chine ou en Russie, et même aux USA, les politiques publiques soutiennent leur industrie. Même en Europe, au Royaume-Uni ou en Finlande, les Etats ont favorisé (en dérogation à la politique de concurrence de l’Union) des montages financiers favorables à l’investissement dans le nucléaire, reconnu comme une énergie durable.

Réformer le cadre de marché et promouvoir les coopérations entre les acteurs.

Mais dans l’Union européenne, sous la pression des anti-nucléaires, des ONG écologistes activistes et d’Etats comme l’Allemagne et l’Autriche, la majorité des Etats ont adopté des règles de marché qui dissuadent les investissements de long terme et discriminent le nucléaire. On subventionne les EnR, mais leur place excessive dans la consommation d’énergie provoque une terrible instabilité des prix, obstacle fondamental à ces investissements, évalués pour le nucléaire à 400 milliards d’euros par la Commission elle-même afin de renouveler notre parc, développer la formation et les compétences, et financer la recherche pour le nucléaire du futur(2). Comment inciter les Etats à investir sans garanties publiques et sans offres de financement spécifiques ? Le nucléaire a besoin d’un cadre de marché moins volatil pour favoriser les investissements et les montages financiers, encourager les coopérations d’acteurs comme en Finlande avec son modèle Mankala. A défaut, le gaz ou même le charbon, bon marché, viennent compléter les EnR intermittentes. En termes de climat(3) et de santé(4), pas sûr que l’Europe y gagne !
De nombreuses voix dans l’industrie et dans la société(5) se sont élevées pour demander à la Commission européenne de ne pas céder aux sirènes anti-nucléaires et d’inclure le nucléaire dans la « finance durable » ou « taxonomie verte ». Ce n’est pas les « pro » contre les « anti », mais ce sont des acteurs de sensibilités différentes, d’horizons divers et de plusieurs pays d’Europe, soucieux de défendre l’industrie et les huit cent mille travailleurs du secteur. Certes ils sont quatorze Etats en désaccord sur l’avenir du nucléaire pour eux-mêmes. Mais au nom de quoi ceux-ci pourraient-ils interdire aux autres de pouvoir en faire le choix et de bénéficier – comme pour les autres sources décarbonées – d’incitations ? Les incitations aux renouvelables ont créé de redoutables effets pervers, que la crise sanitaire actuelle révèle avec encore plus d’acuité(6), et pourtant la Commission a fixé des objectifs qui non seulement feront exploser le système et les coûts avec une part d’EnR dans l’électricité égale à 80% en 20507, 100% en 2100, s’inscrivant contre tout principe de diversité technologique garantissant une plus grande sécurité énergétique en Europe.

Une belle occasion manquée

Avec la taxonomie, les Etats avaient une belle occasion de faire un bon choix politique et de contribuer à la réforme du cadre de régulation. Assorti d’un pacte de solidarité énergétique pour n’exclure aucune source décarbonée, ils auraient ainsi pu organiser la vie des sources sur le marché sans discrimination. Mais ils lui ont refusé le « label vert » qui lui permettrait d’accéder à des fonds européens, considérant le nucléaire comme une « énergie de transition », au même titre que le gaz naturel dont chacun sait qu’il émet du CO2…contrairement au nucléaire(8) ! Par ailleurs, l’argument de la production de déchets nucléaires pour justifier ce refus ne tient pas(9), car les solutions existent et des pays comme la Finlande, la Suède ont pris la décision d’ouvrir des centres de stockage en couches géologiques profondes, la France ayant reporté une fois de plus la décision après le débat public de 2019 ouvert dans le cadre du PNGMDR(10).

On est surpris que la France ait voté le texte sans exprimer de réserve, au mépris de son industrie et de sa propre intervention en octobre, quand Bruno Le Maire demandait l’inclusion du nucléaire dans la taxonomie. Aujourd’hui, Paris demande à Bruxelles de lancer « une réflexion au niveau européen pour donner aux États un cadre plus cohérent pour assurer le financement des outils de production d’électricité décarbonée […] à travers une politique industrielle européenne ». Paris propose par ailleurs un prix plancher du carbone, notamment en renforçant la réserve de stabilité du marché européen du carbone(11). Mais de nucléaire ? Pas un mot ! Après la fermeture de Fessenheim (alors que même l’ASN considérait la centrale sûre), les industriels s’inquiètent d’une réduction de la production nucléaire à court et moyen termes, s’interrogeant par ailleurs sur la compétitivité du secteur quand les prix – qui représentent de 30 à 60% de leurs coûts de production – divergent avec l’Allemagne qui produit et vend son électricité carbonée à des prix défiant toute concurrence(12).

Rouvrir le débat pour mobiliser tous les acteurs de la société

A Helsinki, les Entretiens Européens(13) ont proposé de rouvrir le débat public pour une révision de la stratégie énergétique européenne. Il est urgent de mobiliser les usagers, les producteurs, les enseignants et les jeunes, les experts et les chercheurs pour promouvoir de nouveaux projets de production électrique décarbonée où le nucléaire trouvera toute sa place. La pandémie du Coronavirus projette tous les pays du monde dans une crise économique qui va devoir mobiliser tous nos efforts pour éviter une dépression durable en Europe(14) et pour soutenir les pays les plus vulnérables qui comme en Afrique risquent de vivre des situations dramatiques et auront besoin d’investissements dans des projets d’électrification pour pouvoir produire et se soigner. Le « Green Deal » ne pourra pas répondre aux besoins de solidarités humaines et productives qui s’expriment aujourd’hui comme jamais. Pour redémarrer nos industries et innover dans de nouveaux modes de production et de consommation compatibles avec l’avenir de notre planète, la technologie nucléaire est un allié formidable. L’Union promet liquidités et crédits pour soutenir notre économie, les Etats font crédit avec des garanties budgétaires pour « sauver » ses fleurons industriels et leurs emplois : sans lâcher la bataille pour une reconnaissance du label vert au nucléaire et au financement de ses technologies diversifiées(15), réouvrons le front de la réforme du marché pour en faire un espace de solidarités et créer une dynamique d’investissements, construire une économie de biens publics où l’énergie, et le nucléaire en particulier, seront valorisés.

Paris, le 30 avril 2020

 

6 Comme le relève France stratégie dans sa note du 21 avril relative à l’impact de la crise du COVID-19 sur le système électrique : « la chute de l’activité économique augmente la part relative des EnR intermittentes, ce qui accroît la volatilité des volumes produits et des prix et nécessite la présence de plus de moyens flexibles sur le réseau, alors que ceux-ci se trouvent mis à l’arrêt ».

7 Cf. l’étude de l’AEN sur les coûts de la décarbonisation – System costs with High Shares of Nuclear and Renewables – AEN, OCDE, 2019

8 Voir le communiqué de Sauvons le Climat : « Le nucléaire écarté des financements durables en Europe ? Une aberration ! » www.sauvonsleclimat.org

9 Voir l’étude sans appel d’avril 2020 du CEPN qui met en regard la gestion des déchets radioactifs et les critères d’absence de préjudice significatif à
l’environnement « Do No Significant Harm to the Environnement »

10 Retrouvez les débats et les recommandations des Entretiens Européens de Paris sur « La gestion des combustibles usés et des déchets nucléaires en Europe.
Les solutions existent, il faut les mettre en œuvre » – Octobre 2018. www.entretiens-europeens.org

11 Cf. La note transmise à ses voisins européens avant le Conseil Énergie du 28 avril

12 Cf. Les Echos du 30 avril « La chute du nucléaire inquiète les industriels ».

13 « Une nouvelle ère électrique avec le nouveau nucléaire » – Helsinki les 12, 13 & 14 novembre 2019. Actes disponibles sur le site www.entretiens-europeens.org

14 Voir l’article de Philippe Herzog « Planifier l’espérance » – 25 avril 2020 – www.entretiens-europeens.org

15 Le texte adopté le 15 avril fait partie d’un paquet « finance durable » qui obligera les produits financiers à répondre à des critères stricts pour pouvoir être
présentés comme « durables ». La Commission Européenne prépare maintenant les « actes délégués », à présenter d’ici la fin de l’année, qui établiront ces
critères précis de classement