L’Allemagne, qui sera peut-être bientôt dirigée par une chancelière verte, a une singulière conception de la défense de l’environnement. (Le Figaro)

Gaëtan de Capèle @gdecapele dans Le Figaro

8 mai 2021

L’Allemagne, qui sera peut-être bientôt dirigée par une chancelière verte, a une singulière conception de la défense de l’environnement. Voici dix ans, au lendemain de la catastrophe de Fukushima, elle avait enthousiasmé le monde de l’écologie en renonçant du jour au lendemain à l’énergie nucléaire. à la pointe du combat dans toutes les instances internationales, elle annoncera sans doute la semaine prochaine une accélération de son calendrier pour réduire ses émissions de gaz à effet de serre. Nouveau tonnerre d’applaudissements garanti. Mais le parangon de vertu n’en a hélas que l’apparence : privée de nucléaire, l’Allemagne, qui consomme toujours autant d’électricité, fait tourner ses centrales à charbon ou à gaz à plein régime pour produire l’énergie que ses éoliennes et ses panneaux solaires sont incapables de lui fournir. Le résultat est sans surprise : loin de verdir la planète, elle noircit l’atmosphère. L’élève modèle de la transition énergétique européenne est en réalité un cancre.

Une fois n’est pas coutume, la France, qui ne prétend donner de leçon à personne, se montre exemplaire. Grâce notamment à son puissant parc nucléaire, elle bénéficie d’une énergie très peu polluante – tous les scientifiques s’accordent là-dessus – et présente, dans tous les classements internationaux, l’une des empreintes carbone les plus vertueuses du monde. Ces faits objectifs établis, le bras de fer en cours à Bruxelles ne manque pas de saveur. L’Allemagne, qui importe sans états d’âme notre électricité lorsqu’elle se trouve démunie, manœuvre pour exclure le nucléaire des financements verts européens… tout en plaidant au passage la cause du gaz, infiniment plus polluant. Comprenne qui pourra !

Dans cette affaire, la posture allemande doit beaucoup à des considérations de politique interne, peu à des préoccupations écologiques. Celle de la France a un grand mérite : conjuguer la lutte contre le réchauffement climatique avec la préservation d’une filière industrielle stratégique. Raison de plus pour ne rien céder.

Critique du livre « Manual for Survival » de Kate Brown (Tchernobyl)

Lien ici vers le livre

Nota le 3/05/2021 : Le traducteur Gérard Grunblatt souhaite finaliser sa traduction. Elle sera mise prochainement en ligne.

Critique du livre Manual for Survival de Kate Brown (en anglais ici ou ici)


Jim Smith


School of Earth and Environmental Sciences, University of Portsmouth, Burnaby
Building, Burnaby Road, Portsmouth, PO1 3QL, United Kingdom
Courriel : jim.smith@port.ac.uk

Traduction automatique Google :

Résumé


Ma revue, basée sur près de trente ans de recherche sur Tchernobyl et des dizaines de visites dans les zones contaminées du Bélarus, de l’Ukraine et de la Russie, fait valoir que Manual for Survival ignore les milliers d’études scientifiques sur Tchernobyl qui sont disponibles dans la littérature scientifique internationale. Ce faisant, il présente un compte rendu biaisé et trompeur des effets de l’accident sur la santé et l’environnement. Je crois que ce livre ne fait que perpétuer les nombreux mythes sur les effets des accidents et n’a que très peu de bases scientifiques solides.

Manual for Survival est une histoire intéressante, mais profondément imparfaite, des impacts sanitaires et environnementaux de Tchernobyl, la pire catastrophe technologique de l’histoire de l’humanité. Il ne serait que trop facile de le rejeter pour ses multiples omissions, incohérences et erreurs. Mais il est important que nous, membres de la communauté de la radioprotection, le prenions au sérieux et réagissions en détail à ses allégations – des effets majeurs des rayonnements à faible dose que nous avons manqués – avec des preuves claires et une explication de la raison pour laquelle nous pensons que c’est faux d’une manière qui non -les spécialistes peuvent clairement comprendre. À l’exception notable de la réponse de Mikhail Balonov [1] au rapport de Yablokov [2] sur Tchernobyl, je pense que c’est quelque chose que nous n’avons pas réussi à faire avec les affirmations précédentes sur les effets majeurs des radiations à faible dose après Tchernobyl.

J’ai été interviewé par Kate Brown pour ce livre lors d’une réunion en Floride sur les effets des radiations sur la faune à Tchernobyl. Pendant environ une heure et demie, j’ai été soumis à ce qui m’a semblé être un contre-interrogatoire agressif sur une vaste gamme de sujets liés aux radiations, y compris les études sur les survivants des bombes d’Hiroshima et de Nagasaki, le cancer, les effets sur la faune, la contamination des aliments et la dose. reconstruction. J’ai répondu à toutes ses questions et là où j’avais des doutes plus tard, j’ai fourni des informations et des preuves. Je suis sorti de l’entretien en me sentant épuisé mentalement (vraiment!) Mais néanmoins heureux, voire un peu exalté. Malgré mes réserves sur ses connaissances scientifiques, je pensais que c’était une historienne sérieuse et impartiale déterminée à découvrir la vérité sur la question extrêmement complexe et controversée des conséquences sanitaires et environnementales de Tchernobyl.

J’ai eu tort.

En obtenant la copie de critique de ce livre, je n’ai pas pu m’empêcher de me tourner d’abord vers les pages traitant de mon entretien (je suppose que la plupart des gens feraient de même). J’ai été choqué et déçu de constater que les informations et les opinions que j’avais données sur les effets des radiations sur la faune à Tchernobyl avaient été rejetées. Selon Brown, j’étais un physicien (utilisé presque comme un terme d’abus dans le contexte) qui n’a pas jugé nécessaire d’aller à Tchernobyl pour tirer mes conclusions préformées sur les effets de l’accident. Brown n’a pas rapporté ce que je lui avais dit – j’ai étudié pour la première fois les retombées de Tchernobyl dans la région des lacs anglais en 1990 et j’ai d’abord effectué des travaux sur le terrain dans les zones touchées par Tchernobyl en Ukraine et en Biélorussie en 1994. Je me souviens clairement que j’étais assez inquiet de ce qu’ils étaient – à cette époque – des risques de rayonnement largement inconnus à Tchernobyl. J’ai arrêté de compter le nombre de fois où j’ai visité les zones contaminées de Tchernobyl depuis, mais je suppose que c’est autour de 40. Je suis heureux d’être discuté, mais il est médiocre et biaisé de rejeter mon témoignage (et celui de mon Bélarussien collègues qui ont travaillé dans la zone d’exclusion pendant de nombreuses années).

Ceci, je pense, n’est qu’un symptôme d’une approche profondément imparfaite des informations complexes sur Tchernobyl, mais je vais essayer de donner à ce livre une critique aussi juste que possible. Vous pouvez juger si j’y suis parvenu, mais ce sera certainement plus approfondi que les critiques plutôt superficielles et trompeuses fournies par Nature [3] et un certain nombre d’autres revues et journaux.

Dosimétrie et reconstruction de dose
Le traitement de la dose de rayonnement et de l’estimation de la dose est incontestablement biaisé dans ce livre. L’auteur souhaite faire valoir que «les physiciens» se sont trompés sur les doses de rayonnement après Tchernobyl. Elle commence par une description d’une entrevue avec Lynn Anspaugh, une experte en radiation de renommée internationale qui, entre autres, a codirigé le rapport 2006 du forum «environnemental» de l’AIEA sur Tchernobyl [4]. Au cours de ma brève expérience de contact avec lui lors de la préparation du rapport, je l’ai trouvé très bien informé sur les nombreux aspects du rayonnement et de la reconstruction des doses après Tchernobyl. Kate Brown n’est apparemment pas arrivée à la même conclusion. De son entretien téléphonique, elle tire une information: au début, Anspaugh (estimant vraisemblablement la contamination globale totale de Tchernobyl) n’a pris que deux points de données pour estimer les retombées dans l’ensemble de la Roumanie. Elle utilise ensuite cette information pour tenter de discréditer tout le domaine de la dosimétrie de radioprotection! Je suppose qu’en bon scientifique, Anspaugh s’est rendu compte que dans une estimation initiale des impacts de Tchernobyl (il y a eu de bien meilleures estimations depuis l’inclusion de l’Atlas Russie / Biélorussie / Ukraine / UE [5] et bien d’autres), que les retombées en La Roumanie n’allait pas faire trop de différence et il a fait la meilleure estimation possible.

Ce qui est étonnant (littéralement, époustouflant), c’est que Manual for Survival omet de mentionner, dans la section du livre consacrée à la dosimétrie, toutes les mesures effectuées dans les années qui ont suivi l’accident dans les anciens pays soviétiques et à l’étranger. Je crois que Brown qu’à l’époque soviétique, les informations à ce sujet étaient (impardonnablement) gardées secrètes, mais elles sont là et maintenant vous n’avez pas à fouiller dans les archives soviétiques pour les trouver: rapports et résultats (mais malheureusement pas toutes les données originales ) font partie de la littérature scientifique internationale depuis plus de 20 ans. Par exemple, dans son article pour la conférence de Minsk de 1996 [6], Mikhail Balonov a rapporté «un million de mesures de 134Cs et 137Cs dans le corps».

Ceux qui cherchent à critiquer le consensus sur Tchernobyl accusent souvent les scientifiques de se concentrer uniquement sur un isotope: le radiocaesium. Il est vrai qu’il y a beaucoup plus de mesures et d’études sur le césium que sur d’autres isotopes, car il a une durée de vie relativement longue et peut être mesuré raisonnablement bon marché et facilement par spectrométrie gamma et comptage du corps entier. Mais cela ne signifie pas que d’autres isotopes ont été ignorés: la littérature scientifique contient de nombreux articles sur de nombreux autres isotopes, y compris 131I 90Sr et des éléments transuraniens auxquels Brown aurait pu faire référence, mais qu’il a choisi de ne pas faire. Le court article de Balonov à lui seul [6] mentionne des centaines de mesures du 90Sr, discute du changement des isotopes contribuant à la dose au fil du temps depuis l’accident et présente des modèles de dosimétrie qui incluent les isotopes clés nécessaires pour la prévision à long terme. Il en existe de nombreux autres présentant des modèles de reconstruction de dose. Brown fait beaucoup de cas du «cocktail» de radionucléides auxquels les résidents ont été exposés, en particulier 90Sr: cela a également été abordé dans la littérature scientifique. Balonov [6] déclare: «… en raison de la faible teneur en 90Sr dans le rejet de Tchernobyl et des [faibles] retombées en dehors de la zone de 30 km, sa contribution à la dose efficace interne ne dépasse pas 5 à 10%, selon l’apport calcul et mesures directes de 90Sr dans des os humains (échantillons d’autopsie). Une contribution similaire de l’inhalation de 238Pu 239, Pu 240, Pu et 241Am provenant de 241Pu ne dépassera pas 1% même pour les travailleurs en extérieur ». Il existe une multitude d’autres informations sur tous les aspects de la dosimétrie dans la littérature scientifique, soit des centaines, voire des milliers d’articles. Encore une fois, Brown n’a pas à croire Balonov et tous les autres scientifiques, mais omettre cette preuve est choquant.

Ayant écarté la méthode d’estimation et de reconstruction de dose «des physiciens», Manual for Survival poursuit en affirmant que «les médecins» disposaient d’une méthode bien meilleure qui a été ignorée. Elle cite un travail de Vorobiev (je n’ai pas vu ce travail en russe, mais j’essaierai d’en obtenir une copie) qui revendique une méthode de biodosimétrie basée sur l’analyse des dommages chromosomiques qui est beaucoup plus précise que le comptage du corps entier et la reconstruction de dose. Cette méthode semble donner des doses accumulées beaucoup plus élevées que les méthodes «des physiciens».

Est-il vrai que les méthodes de biodosimétrie sont meilleures que les mesures et les modèles physiques? Autant que je sache, la communauté de la radioprotection n’utilise que la biodosimétrie pour reconstituer les doses après des expositions élevées qui n’ont pas pu être évaluées à l’aide de méthodes physiques. Même les tentatives les plus récentes (utilisant une technologie beaucoup plus sophistiquée que celle disponible en 1986) pour développer un biomarqueur de rayonnement unique pour une exposition à faible dose ont échoué. J’ai vérifié cela avec Geraldine Thomas, professeur de pathologie moléculaire à l’Imperial College et elle a confirmé (comm. Pers.) Que la biodosimétrie ne fonctionne bien que pour des doses élevées. Cela ne veut pas dire que de telles tentatives ne sont pas utiles, mais simplement que l’affirmation de Brown selon laquelle les méthodes biodosimétriques dans l’ex-Union soviétique étaient meilleures que la mesure directe des émetteurs gamma et la reconstruction de dose pour d’autres nucléides est très peu appuyée.

Effets sur la faune
Cette section est tellement biaisée et trompeuse que je ne sais pas par où commencer. Brown a choisi de croire aux preuves d’Anders P. Møller et Tim Mousseau selon lesquelles il existe des effets majeurs du rayonnement sur les organismes à Tchernobyl à des débits de dose bien inférieurs aux prévisions et que la faune est gravement endommagée dans la zone d’exclusion de Tchernobyl (CEZ). Dans d’autres parties du livre, Brown prend soin de remettre en question la véracité de ses sources. Mais étonnamment, elle omet de mentionner: Anders P Møller est un scientifique très controversé (en radioécologie et dans son domaine précédent de biologie évolutionniste): un article dans Nature rapporte qu’il a été une fois reconnu coupable de manipulation de données par le Comité danois sur la malhonnêteté scientifique ( Nature 427 381, 2004). Cela ne signifie pas automatiquement que lui et Mousseau se trompent sur l’étendue des effets de Tchernobyl, mais il y a beaucoup de preuves qu’ils le sont, par exemple. [7–11]. Brown rejette les témoignages de mes collègues (y compris des scientifiques biélorusses) et moi en m’appelant physicien et en laissant entendre que je ne suis jamais allé à Tchernobyl. Fait intéressant, dans la liste de notes de bas de page apparemment méticuleusement construite, elle cite à tort notre article (montrant des populations de mammifères abondantes dans la CEZ) à tort comme Smith et al ... '' plutôt que Deryabina et al …  » comme il se doit depuis Tatiana Deryabina était le premier auteur. Est-ce une erreur (nous les faisons tous)? Malheureusement, cette erreur cache le fait que les scientifiques biélorusses ont joué un rôle clé dans l’étude, de sorte que Manual for Survival peut affirmer (à tort) que cela a été fait par quelqu’un sans connaissance de la CEZ.

Les omissions dans cette section sont choquantes. Brown n’a pas parlé et ne mentionne pas la seule personne au monde qui est le plus étroitement associée à la faune à Tchernobyl: Sergey Gaschak. Sergey (à sa grande frustration parfois) est la personne à qui les journalistes semblent toujours aller pour se renseigner sur la faune dans la CEZ. Brown peut ne pas être d’accord avec l’opinion de Gaschak (formée à partir de 30 ans dans la zone et d’une connaissance intime des habitats et de la faune de la zone) selon laquelle la faune n’est pas significativement affectée par les radiations à Tchernobyl, mais elle devrait au moins le signaler. Gaschak a d’abord travaillé avec Møller et Mousseau mais a refusé de continuer: il ne faisait pas confiance à leurs rapports de données, en particulier sur l’influence de l’habitat sur la distribution des oiseaux [12]. Brown ne discute pas du travail de Ron Chesser et Robert Baker de la Texas Tech University qui ont passé de nombreuses années à étudier les petits mammifères dans le point chaud de la Forêt Rouge. Ils ont constaté que l’abondance des petits mammifères était similaire dans la forêt rouge aux zones témoins [13] et que les effets génétiques étaient subtils. Les réflexions de Chesser et Baker sur leur longue expérience de la recherche radioécologique à Tchernobyl sont des lectures essentielles pour comprendre ce problème. Encore une fois, vous n’avez pas besoin de fouiller dans les archives soviétiques: leur article, ignoré dans Manual for Survival, est dans American Scientist [14].

Effets sur la santé et maladie chronique des radiations
Ma foi en Brown en tant que journaliste précis des effets des radiations sur la santé a été un peu ébranlée quand j’ai été interviewée par elle. Bien qu’elle ait déjà écrit Plutopia (Oxford University Press, 2013), son récit fascinant, mais scientifiquement imparfait, des programmes d’armes nucléaires américains et soviétiques, elle ne savait très clairement pas que le cancer non lié aux radiations était très répandu dans le monde. Il existe une myriade de statistiques sur la santé à ce sujet, mais vous n’avez pas besoin de chercher aussi loin: Cancer Research UK, par exemple, indique sur son site Web (et dans sa publicité) la projection selon laquelle la moitié des citoyens britanniques auront un cancer à un moment donné. nos vies. J’ai été en outre choqué de lire dans ce livre de Tchernobyl (p 25) la déclaration chauve de Brown selon laquelle les radiations sont la seule cause connue de leucémie myéloïde, dans le contexte impliquant clairement (à tort) qu’il n’y a pas d’autres causes. Brown n’a examiné ni cité aucune des statistiques de santé publique sur l’incidence de la leucémie myéloïde dans les pays du monde entier. Elle ne cite pas non plus le rapport de la Hiroshima and Nagasaki Life Span Study (LSS) [15] qui présente clairement des preuves que le rayonnement est une cause de leucémie myéloïde (très importante à fortes doses), mais est très loin d’être la seule cause, en particulier à faibles débits de dose. Elle ne cite pas non plus sa propre déclaration à la page 168 selon laquelle «les dommages causés par les radiations sont difficiles à isoler et à détecter car ils ne provoquent pas de nouvelles maladies autonomes».

L’affirmation la plus controversée de ce livre est que le rayonnement à très faible dose provoque la maladie chronique des radiations. La maladie chronique des radiations est réelle, ayant été vue pour la première fois (mais reconnue tardivement) à des débits de dose très élevés chez les peintres à cadran au radium il y a un siècle. Elle a été observée chez des travailleurs hautement exposés de l’usine de production de plutonium de Mayak où elle a été diagnostiquée et traitée pour la première fois par Angelina Gus’kova. Dans la première partie du Manuel de survie, Gus’kova est à juste titre décrit comme un héros scientifique («Personne au monde n’avait traité plus de patients atteints de maladie radiologique que Gus’kova» p 13; «Travailler sur des centaines de patients .. .pendant trois décennies, Gus’kova a développé un recueil de connaissances sur la médecine radiologique qui n’avait pas d’équivalent dans le monde »p 15). Comme détaillé dans Manual for Survival, le travail de Gus’kova traitant les premières victimes de Tchernobyl (les 134 personnes souffrant du syndrome des radiations aiguës) a sauvé et prolongé de nombreuses vies. Brown met en contraste la compréhension profonde de Gus’kova de la maladie des radiations avec l’inexpérience relative du médecin américain, Robert Gale, qui a pris l’avion pour aider à soigner les victimes. Brown soutient, avec force, que Gale pensait qu’il savait mieux que le scientifique soviétique et ignorait son expertise.

Malheureusement, le médecin américain n’a pas été le seul à ignorer l’expertise d’Angelina Gus’kova: Brown elle-même le fait. Gus’kova a non seulement traité les personnes souffrant de maladie aiguë des radiations, mais a également contrôlé les évacués et a participé à l’étude des «  liquidateurs  », les centaines de milliers de personnes qui ont travaillé sur l’opération de nettoyage de Tchernobyl en 1986 et 87 et qui ont reçu certaines des doses de rayonnement les plus élevées. Dans un article de 2012, Gus’kova [16] a déclaré que «contrairement au premier groupe [les 134 victimes de l’ARS], ce deuxième groupe d’individus travaillant dans la zone de 30 km, tout comme la population exposée aux radiations [je souligne ], n’a présenté aucune manifestation de maladie des radiations ».

Ainsi, l’expert de renommée mondiale en maladie chronique des radiations a déclaré qu’elle ne croyait pas que ni l’énorme groupe de liquidateurs, ni la population exposée à des rayonnements chroniques à débit de dose relativement faible ne souffrent du mal des radiations. Kate Brown soutiendrait sans aucun doute que le statut élevé de Gus’kova dans la science atomique soviétique et russe lui a fait ignorer les preuves du contraire. Que vous croyiez Gus’kova ou non (je le crois), pour Brown d’exclure cette preuve clé d’un livre d’histoire sur les effets sur la santé de Tchernobyl est une omission de proportions monumentales.

Manual for Survival soutient que les scientifiques occidentaux en savaient moins sur les effets des radiations sur la santé que leurs homologues soviétiques (et post-soviétiques). Des preuves de dommages apparents à la santé des adultes, des enfants et des nouveau-nés dans les régions contaminées sont citées dans des archives en Ukraine et en Biélorussie. Brown affirme que l’étude sur la durée de vie d’Hiroshima et de Nagasaki (sur laquelle le système de radioprotection est largement, mais loin d’être entièrement basé) a manqué de nombreux effets précoces des radiations puisqu’elle n’a commencé qu’en 1950, cinq ans après le largage des bombes. C’est en partie, mais pas entièrement, vrai: les effets de l’exposition fœtale pourraient être et ont été étudiés [17]. Les effets sur les enfants dus à l’exposition pré-conception de leurs parents ont été étudiés et aucun effet n’a été trouvé [18] permettant d’estimer une limite supérieure du risque de mutation intergénérationnelle.

L’actualisation des preuves de l’étude sur la durée de vie permet à Brown de faire valoir que les rayonnements sont bien pires que ce que les organisations des Nations Unies et la Commission internationale de protection radiologique (CIPR) pensent (mais notez que ces organisations ont consulté et ont eu comme membres d’anciens scientifiques soviétiques clés, y compris l’expert en maladie des rayonnements Angelina Gus’kova). Étonnamment, cependant, Manual for Survival ignore presque toutes les autres preuves scientifiques internationales sur cette question. Des centaines de notes de bas de page détaillent les sources soviétiques et ex-soviétiques, mais il n’y a pratiquement pas de citations des nombreuses études épidémiologiques (pas seulement du LSS) et des milliers d’études radiobiologiques dans la littérature scientifique internationale (voir, pour un seul exemple, l’Oxford Restatement on ce numéro [19]). Les quelques sources internationales citées sont celles (dont certaines très controversées) qui sont en accord avec les diverses hypothèses contradictoires et déroutantes de Brown.

Qu’en est-il des statistiques de santé publique montrant apparemment d’énormes augmentations des malformations congénitales, des cancers et d’un large éventail d’autres maladies dans les populations des territoires contaminés? Bien que Brown ait apparemment découvert de nouvelles preuves d’archives (qui devraient être évaluées, si elles ne l’ont pas déjà été), je suis très sceptique. Je soupçonne (mais je ne sais pas) qu’une grande partie de ces preuves est similaire à celle présentée dans le rapport controversé de Yablokov [2] faisant état de près d’un million de morts à Tchernobyl. Je ne suis pas épidémiologiste, mais j’ai essayé d’examiner ces affirmations.

Premièrement, j’ai de nouveau examiné le rapport 2006 du Forum de l’OMS sur Tchernobyl [20]. Les 45 experts internationaux (dont des experts du Bélarus, de l’Ukraine et de la Russie) ont évalué une multitude de données sur les effets de Tchernobyl sur la santé. Le rapport (étrangement, à peine mentionné dans Manual for Survival) couvre un large éventail de résultats pour la santé, y compris les effets cancéreux et non cancéreux chez les adultes et les enfants, ainsi que les issues défavorables de la grossesse. Il arrive à une conclusion très différente de Manual for Survival. Les experts internationaux ont-ils ignoré ou manqué des preuves clés? Je pense que c’est très improbable, mais ce qui me manque dans le rapport de l’OMS, c’est une explication claire, en termes profanes, des raisons pour lesquelles ces preuves ne sont pas incluses.

J’ai examiné certaines (mais bien sûr pas toutes) de ces preuves et il me semble évident pourquoi une grande partie n’a pas été incluse dans l’analyse de l’OMS. Les études sur les effets sur la santé après Tchernobyl ont souffert de deux problèmes majeurs: des changements et des erreurs dans les rapports avant et après l’accident, et une difficulté à démêler les effets des rayonnements sur la santé de la crise de santé publique en cours pendant et après l’effondrement de l’Union soviétique. Ces deux effets sont réels: ils sont mentionnés dans le Manuel de survie, mais sont écartés lorsque des allégations d’effets énormes sur la santé des rayonnements sont faites.

Problèmes dans les rapports de santé. Je travaille actuellement dans le district de Narodichi en Ukraine sur un petit projet visant à améliorer un peu la vie des habitants des zones touchées en remettant en service des terres agricoles abandonnées, là où cela peut être fait en toute sécurité. Dans le cadre du projet, nous nous sommes entretenus avec Anatoly Prysyazhnyuk, cancérologue et épidémiologiste. Anatoly est né à Narodichi dans une famille de médecins locaux et est un citoyen honoré de Narodichi, mais travaillait à Kiev au moment de l’accident. Il nous a dit qu’en 1987, il avait été contacté par le chef de l’hôpital local. Le chef de l’hôpital était très préoccupé par le fait que les inscriptions au cancer avaient augmenté de manière significative depuis l’accident. Anatoly est retourné dans sa ville natale pour enquêter. Il a constaté que, en effet, les enregistrements de cancer avaient augmenté, mais que cela était dû à des changements signalés, et non à des radiations. Les changements dans la notification des résultats sanitaires sont réels et constituent un élément clé de l’interprétation des statistiques sanitaires, comme le savaient sans doute les 45 experts de l’OMS.

Utilisation abusive des statistiques de santé publique. Dans son examen du rapport défectueux de Yablokov [2], Mikhail Balonov [1] cite des données sur les taux de mortalité à travers la Russie depuis la chute de l’Union soviétique [21]. Comme le note Balonov, les taux de mortalité ont augmenté depuis 1991 dans toutes les régions de la Russie, même en Sibérie, à des milliers de kilomètres de Tchernobyl. Comme le montre la figure 1, les démographes ont attribué cela à la crise économique, à la consommation d’alcool et au tabagisme, et non aux radiations. Les tendances de la mortalité et d’autres résultats sanitaires sont compromis par cette crise sanitaire généralisée. La comparaison des statistiques de santé publique entre les régions contaminées et non contaminées est également très difficile en raison des changements démographiques connus dans les régions contaminées (les jeunes ont tendance à partir, les personnes âgées ont tendance à rester).

Curieusement, Kate Brown accepte des problèmes pour distinguer les effets des rayonnements dans les données sur la santé. Son traitement de l’étude de Fred Mettler sur 1656 habitants, enfants compris, des zones touchées et non touchées [22] révèle les énormes contradictions au cœur de la thèse de Brown. Manual for Survival rapporte le résultat de cette étude: aucune différence significative n’a pu être trouvée entre 853 habitants des zones contaminées et 803 habitants des zones témoins. Mais Brown poursuit en tentant de discréditer cette étude. Premièrement, elle fait valoir que les doses n’étaient pas différentes entre les régions témoins et les régions contaminées en raison du commerce des denrées alimentaires. Cela ne tient pas compte du fait que cela (tout en ayant peu de sens) a été vérifié dans l’étude: «Des échantillons de pain, de lait, de légumes et de viande ont également été examinés dans ces établissements témoins. L’analyse a révélé de faibles niveaux de contamination, comme prévu »(IAEA [22] pp 283–84).

Deuxièmement, Brown soutient qu’une étude de 1 600 personnes n’est pas suffisante pour trouver des preuves des effets à faible probabilité sur la santé d’un rayonnement à faible dose. Elle a raison, mais ce qui est étonnant, c’est qu’elle n’applique pas cette logique à nombre des autres affirmations de son livre. Dans la plupart des livres, elle semble revendiquer des effets majeurs sur la santé qui auraient été relevés par le dépistage de l’AIEA. En effet, le rapport [22] comprend une analyse de puissance de l’étude montrant quel type d’effet sur la santé l’étude pourrait détecter. Plus loin dans le livre, Brown soutient ses affirmations sur les effets non cancéreux des rayonnements sur la santé en se référant à des études à grande échelle (des centaines de milliers de sujets) qui peuvent (ou non) indiquer une légère augmentation du risque cardiovasculaire à de faibles débits de dose ( de l’ordre de la majorité des doses reçues par les populations touchées par Tchernobyl). Mais elle ignore le point clé: même s’ils sont réels, ces minuscules effets non cancéreux sur la santé n’ont pas d’importance significative pour la santé des personnes vivant dans des zones contaminées. Ce dont ils doivent s’inquiéter (et s’inquiètent souvent, bien sûr), comme cela a été souligné à maintes reprises [23, 24], ce sont les taux de chômage élevés, le mauvais état de leurs services de santé, leur alimentation, leur alimentation, le tabagisme. , consommation d’alcool, etc.

Cela ne veut pas dire que Tchernobyl n’a eu aucun effet sur la santé. Comme l’a noté Brown, l’effet du cancer qui peut être attribué le plus clairement et sans ambiguïté aux rayonnements est le cancer de la thyroïde chez les enfants et les adultes exposés dans leur enfance à l’I-131 à décomposition rapide dans les semaines qui ont suivi l’accident. L’augmentation dans les régions touchées était importante et pouvait être observée même dans les statistiques nationales de la santé: l’incidence annuelle au Bélarus, par exemple, est passée de moins d’un cas sur 100 000 avant 1986 à 7 à 8 cas pour 100 000 dans les années 90 [25 ] et reste élevée. Il existe des preuves d’une augmentation potentielle du cancer du sein [26], mais il convient de noter que cette étude a conclu que «les taux d’incidence du cancer du sein ajustés en fonction de l’âge dans les régions les plus contaminées du Bélarus et de l’Ukraine sont toujours inférieurs à ceux de l’Amérique du Nord et de l’Europe occidentale». . L’incidence d’autres cancers provenant de la reconstruction de dose à travers l’Europe a été estimée par Cardis et al [27, 28], si vous appliquez l’hypothèse linéaire sans seuil (LNT) selon laquelle même de petites doses de rayonnement comportent un risque potentiel.

Baies au radiocaesium en Polessie
Une allégation dans Manual for Survival est que, même après la période initiale de contamination par l’iode, les produits contaminés, en particulier le lait, étaient encore consommés par des personnes dans les années qui ont suivi l’accident, même s’ils dépassaient les limites (assez prudentes) pour le radiocaesium en produits alimentaires en place dans les anciens pays soviétiques. Encore une fois, ce n’est pas un fait historique caché dans les archives soviétiques: il est présent dans la littérature scientifique et dans les statistiques officielles des pays touchés. Dans mon livre co-écrit sur Tchernobyl [30], nous avons reproduit un tableau de Firsakova [31] montrant les changements dans le nombre de kilotonnes de lait et de viande des fermes collectives qui étaient au-dessus des limites d’intervention.

L’une des affirmations «  manchettes  » du Manual for Survival est que les baies contaminées contiennent jusqu’à 3000 Bq kg − 1 de 137Cs (bien au-dessus de la limite ukrainienne) et qu’elles peuvent être mélangées avec des baies non contaminées et exportées vers l’Europe occidentale. Bien sûr, ce n’est pas une bonne chose, mais est-ce vraiment une mauvaise chose? Manual for Survival implique que c’est vraiment dangereux, mais ne fournit aucun contexte pour aider le lecteur à évaluer quel est le risque. Cela peut aider à replacer cela dans le contexte qu’après Tchernobyl, le gouvernement norvégien a pris la décision difficile d’augmenter la limite des concentrations de 137Cs dans la viande de renne jusqu’à 6000 Bq kg − 1 (en 1994, elle a été réduite à 3000 Bq kg − 1). [32]. Pourquoi? Parce qu’ils ont raisonnablement équilibré le risque minime pour les éleveurs de rennes et les consommateurs norvégiens contre les dommages causés par une interdiction aux modes de vie et à la culture de la communauté des éleveurs. Je ne connais pas assez les cueilleurs de baies de Rivne, en Ukraine, pour prendre une telle décision, mais Brown a tort de dire que c’est très dangereux. Je ne préconise en aucun cas de permettre le dépassement des limites réglementaires, mais simplement que briser ces limites très prudentes ne signifie pas que quelque chose est dangereux. En tant que consommateur européen, si je parvenais d’une manière ou d’une autre (un événement extrêmement improbable) à manger un kg entier des baies les plus contaminées, j’aurais une dose supplémentaire équivalente à environ deux radiographies pulmonaires, un vol de retour de Los Angeles à New York. ou 250 fois inférieur à un scanner abdominal.

Les habitants de Polessie consomment en permanence des produits contaminés: c’est pourquoi nous calculons la dose globale. Seule une petite proportion de personnes vivant actuellement dans les régions contaminées reçoit une dose supérieure à 2 mSv par an et la grande majorité reçoit une dose inférieure à 1 mSv par an. Ces débits de dose correspondent bien à la variation du rayonnement de fond naturel dans le monde.

essais d’armes nucléaires
Manual for Survival soutient que Tchernobyl n’était qu’une accélération d’un processus, dommageable pour toute la planète, commencé lors des essais de bombes atmosphériques des années 50 et 60. Je suis d’accord avec Brown que, si vous croyez en l’hypothèse LNT selon laquelle chaque petite dose de rayonnement comporte un risque, alors les conséquences sur la santé mondiale des essais d’armes nucléaires atmosphériques sont énormes. Comme beaucoup d’allégations dans Manual for Survival, cette affirmation est traitée comme une nouvelle, mais ce n’est qu’une nouvelle alarmante si vous ignorez la masse des preuves scientifiques. Le Comité scientifique des Nations Unies sur les effets des rayonnements atomiques (UNSCEAR) a publié de nombreux rapports à ce sujet. La dose collective estimée à partir des essais d’armes atmosphériques est énorme et éclipse celle de Tchernobyl. Mais les doses individuelles sont, bien entendu, faibles: l’UNSCEAR [33] rapporte un pic de dose efficace totale annuelle en 1963 dans la région de 0,1 mSv. Cela correspond à peu près à la dose équivalente à un vol aller-retour Londres-Los Angeles (à partir du rayonnement cosmique) pour tout le monde dans l’hémisphère nord et à environ un trentième des débits de dose annuels de rayonnement de fond naturel. Toute dose supplémentaire au-dessus du niveau de fond pourrait être un risque potentiel. Mais l’affirmation vague de Brown selon laquelle cela pourrait être une cause importante d’augmentation à long terme de l’incidence du cancer dans le monde, sans aucune preuve à l’appui, n’est pas convaincante, c’est le moins qu’on puisse dire.

Omissions et erreurs
L’un des principaux défauts de ce livre est que le vaste corpus de connaissances de la littérature scientifique internationale est presque complètement ignoré. Les autres omissions que j’ai notées sont: aucune discussion sur la radioactivité naturelle, aucune mention du traitement thyroïdien par l’I-131, des doses diagnostiques médicales ou toutes les preuves épidémiologiques issues de procédures diagnostiques médicales et thérapeutiques. Il y a plus d’omissions et beaucoup plus d’erreurs que je n’ai eu l’espace pour le signaler ici

Briser les lois de la physique
Ce sont peut-être des points mineurs, mais je pense que cela indique quelque chose à propos de la mauvaise qualité de ce livre lorsque je dois souligner que Manual for Survival donne foi à trois affirmations qui enfreignent les lois actuelles de la physique:

1.
Cela donne apparemment du crédit à l’idée (p 215) que les essais d’armes nucléaires sur Terre, à travers le vide de l’espace, ont influencé d’une manière ou d’une autre l’activité de l’éruption solaire du Soleil. Il est vrai que les armes nucléaires ont un pouvoir destructeur terrifiant – les plus grosses équivalent à 50 mégatonnes de TNT. Je pourrais écrire un essai sur les raisons pour lesquelles ceux-ci ne pourraient pas influencer l’activité des éruptions solaires, mais peut-être qu’une comparaison de l’énergie relative est la meilleure. J’ai étudié l’astrophysique il y a plus de 30 ans et j’ai oublié ce que j’ai appris sur les éruptions solaires, alors je suis allé sur le site Web de la NASA (https://visibleearth.nasa.gov/view.php?id=55580). J’ai découvert que «les éruptions solaires … sont capables de libérer autant d’énergie qu’un milliard de mégatonnes de TNT», vingt millions de fois plus gros que la plus grosse bombe nucléaire. L’activité solaire, bien sûr, affecte la Terre, notamment dans les particules chargées contribuant au rayonnement de fond cosmique et naturel que nous recevons tous chaque jour. L’omission étonnante de toute discussion sur les doses de rayonnement naturel n’est qu’un autre défaut fatal du Manuel de survie.
2.
Il rapporte (p 302) que «la période pendant laquelle la moitié des 137Cs disparaîtra des forêts de Tchernobyl sera comprise entre 180 et 320 ans», citant le magazine «Wired». La demi-vie de désintégration physique du 137Cs est d’environ 30,2 ans. Dans les années qui ont suivi Tchernobyl, il a été souligné à maintes reprises, par moi et par beaucoup d’autres, que dans les sols riches en matière organique, la demi-vie écologique effective du 137Cs s’approche de sa demi-vie de décomposition physique (par exemple [34]). Mais cela ne peut pas dépasser 30,2 ans, à moins, bien sûr, que les lois de la physique ne soient erronées.

Sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies. Pour en savoir plus, consultez notre politique de confidentialité et de cookies.Fermer cette notification
Piracy Threat – Mise à jour importante pour garder vos informations en sécurité. Cliquez ici pour plus d’informations.
Accueil IOP Science
Aller au contenu
Aide à l’accessibilité
Journal de la protection radiologique
ARTICLE D’OPINION • L’ARTICLE SUIVANT ISOPEN ACCESS
Examen du manuel de survie par Kate Brown
Jim Smith1

Publié le 21 février 2020 • © 2020 Society for Radiological Protection. Publié au nom de SRP par IOP Publishing Limited. Tous les droits sont réservés.
Journal of Radiological Protection, Volume 40, Numéro 1
Citation Jim Smith 2020 J. Radiol. Prot. 40 337
Télécharger l’article PDF
3940 Total des téléchargements

Activer MathJax
Partagez cet article

Informations sur l’article
Abstrait
Ma revue, basée sur près de trente ans de recherche sur Tchernobyl et des dizaines de visites dans les zones contaminées du Bélarus, de l’Ukraine et de la Russie, fait valoir que Manual for Survival ignore les milliers d’études scientifiques sur Tchernobyl qui sont disponibles dans la littérature scientifique internationale. Ce faisant, il présente un compte rendu biaisé et trompeur des effets de l’accident sur la santé et l’environnement. Je crois que ce livre ne fait que perpétuer les nombreux mythes sur les effets des accidents et n’a que très peu de bases scientifiques solides.

Exporter la citation et le résumé
BibTeX RIS
Article précédent en question
Article suivant en question

Le contenu original de cette œuvre peut être utilisé sous les termes de la licence Creative Commons Attribution 3.0. Toute autre distribution de ce travail doit maintenir l’attribution aux auteurs et le titre de l’œuvre, la citation de la revue et le DOI.

Manual for Survival est une histoire intéressante, mais profondément imparfaite, des impacts sanitaires et environnementaux de Tchernobyl, la pire catastrophe technologique de l’histoire de l’humanité. Il ne serait que trop facile de le rejeter pour ses multiples omissions, incohérences et erreurs. Mais il est important que nous, membres de la communauté de la radioprotection, le prenions au sérieux et réagissions en détail à ses allégations – des effets majeurs des rayonnements à faible dose que nous avons manqués – avec des preuves claires et une explication de la raison pour laquelle nous pensons que c’est faux d’une manière qui non -les spécialistes peuvent clairement comprendre. À l’exception notable de la réponse de Mikhail Balonov [1] au rapport de Yablokov [2] sur Tchernobyl, je pense que c’est quelque chose que nous n’avons pas réussi à faire avec les affirmations précédentes sur les effets majeurs des radiations à faible dose après Tchernobyl.

J’ai été interviewé par Kate Brown pour ce livre lors d’une réunion en Floride sur les effets des radiations sur la faune à Tchernobyl. Pendant environ une heure et demie, j’ai été soumis à ce qui m’a semblé être un contre-interrogatoire agressif sur une vaste gamme de sujets liés aux radiations, y compris les études sur les survivants des bombes d’Hiroshima et de Nagasaki, le cancer, les effets sur la faune, la contamination des aliments et la dose. reconstruction. J’ai répondu à toutes ses questions et là où j’avais des doutes plus tard, j’ai fourni des informations et des preuves. Je suis sorti de l’entretien en me sentant épuisé mentalement (vraiment!) Mais néanmoins heureux, voire un peu exalté. Malgré mes réserves sur ses connaissances scientifiques, je pensais que c’était une historienne sérieuse et impartiale déterminée à découvrir la vérité sur la question extrêmement complexe et controversée des conséquences sanitaires et environnementales de Tchernobyl.

J’ai eu tort.

En obtenant la copie de critique de ce livre, je n’ai pas pu m’empêcher de me tourner d’abord vers les pages traitant de mon entretien (je suppose que la plupart des gens feraient de même). J’ai été choqué et déçu de constater que les informations et les opinions que j’avais données sur les effets des radiations sur la faune à Tchernobyl avaient été rejetées. Selon Brown, j’étais un physicien (utilisé presque comme un terme d’abus dans le contexte) qui n’a pas jugé nécessaire d’aller à Tchernobyl pour tirer mes conclusions préformées sur les effets de l’accident. Brown n’a pas rapporté ce que je lui avais dit – j’ai étudié pour la première fois les retombées de Tchernobyl dans la région des lacs anglais en 1990 et j’ai d’abord effectué des travaux sur le terrain dans les zones touchées par Tchernobyl en Ukraine et en Biélorussie en 1994. Je me souviens clairement que j’étais assez inquiet de ce qu’ils étaient – à cette époque – des risques de rayonnement largement inconnus à Tchernobyl. J’ai arrêté de compter le nombre de fois où j’ai visité les zones contaminées de Tchernobyl depuis, mais je suppose que c’est autour de 40. Je suis heureux d’être discuté, mais il est médiocre et biaisé de rejeter mon témoignage (et celui de mon Bélarussien collègues qui ont travaillé dans la zone d’exclusion pendant de nombreuses années).

Ceci, je pense, n’est qu’un symptôme d’une approche profondément imparfaite des informations complexes sur Tchernobyl, mais je vais essayer de donner à ce livre une critique aussi juste que possible. Vous pouvez juger si j’y suis parvenu, mais ce sera certainement plus approfondi que les critiques plutôt superficielles et trompeuses fournies par Nature [3] et un certain nombre d’autres revues et journaux.

Dosimétrie et reconstruction de dose
Le traitement de la dose de rayonnement et de l’estimation de la dose est incontestablement biaisé dans ce livre. L’auteur souhaite faire valoir que «les physiciens» se sont trompés sur les doses de rayonnement après Tchernobyl. Elle commence par une description d’une entrevue avec Lynn Anspaugh, une experte en radiation de renommée internationale qui, entre autres, a codirigé le rapport 2006 du forum «environnemental» de l’AIEA sur Tchernobyl [4]. Au cours de ma brève expérience de contact avec lui lors de la préparation du rapport, je l’ai trouvé très bien informé sur les nombreux aspects du rayonnement et de la reconstruction des doses après Tchernobyl. Kate Brown n’est apparemment pas arrivée à la même conclusion. De son entretien téléphonique, elle tire une information: au début, Anspaugh (estimant vraisemblablement la contamination globale totale de Tchernobyl) n’a pris que deux points de données pour estimer les retombées dans l’ensemble de la Roumanie. Elle utilise ensuite cette information pour tenter de discréditer tout le domaine de la dosimétrie de radioprotection! Je suppose qu’en bon scientifique, Anspaugh s’est rendu compte que dans une estimation initiale des impacts de Tchernobyl (il y a eu de bien meilleures estimations depuis l’inclusion de l’Atlas Russie / Biélorussie / Ukraine / UE [5] et bien d’autres), que les retombées en La Roumanie n’allait pas faire trop de différence et il a fait la meilleure estimation possible.

Ce qui est étonnant (littéralement, époustouflant), c’est que Manual for Survival omet de mentionner, dans la section du livre consacrée à la dosimétrie, toutes les mesures effectuées dans les années qui ont suivi l’accident dans les anciens pays soviétiques et à l’étranger. Je crois que Brown qu’à l’époque soviétique, les informations à ce sujet étaient (impardonnablement) gardées secrètes, mais elles sont là et maintenant vous n’avez pas à fouiller dans les archives soviétiques pour les trouver: rapports et résultats (mais malheureusement pas toutes les données originales ) font partie de la littérature scientifique internationale depuis plus de 20 ans. Par exemple, dans son article pour la conférence de Minsk de 1996 [6], Mikhail Balonov a rapporté «un million de mesures de 134Cs et 137Cs dans le corps».

Ceux qui cherchent à critiquer le consensus sur Tchernobyl accusent souvent les scientifiques de se concentrer uniquement sur un isotope: le radiocaesium. Il est vrai qu’il y a beaucoup plus de mesures et d’études sur le césium que sur d’autres isotopes, car il a une durée de vie relativement longue et peut être mesuré raisonnablement bon marché et facilement par spectrométrie gamma et comptage du corps entier. Mais cela ne signifie pas que d’autres isotopes ont été ignorés: la littérature scientifique contient de nombreux articles sur de nombreux autres isotopes, y compris 131I 90Sr et des éléments transuraniens auxquels Brown aurait pu faire référence, mais qu’il a choisi de ne pas faire. Le court article de Balonov à lui seul [6] mentionne des centaines de mesures du 90Sr, discute du changement des isotopes contribuant à la dose au fil du temps depuis l’accident et présente des modèles de dosimétrie qui incluent les isotopes clés nécessaires pour la prévision à long terme. Il en existe de nombreux autres présentant des modèles de reconstruction de dose. Brown fait beaucoup de cas du «cocktail» de radionucléides auxquels les résidents ont été exposés, en particulier 90Sr: cela a également été abordé dans la littérature scientifique. Balonov [6] déclare: «… en raison de la faible teneur en 90Sr dans le rejet de Tchernobyl et des [faibles] retombées en dehors de la zone de 30 km, sa contribution à la dose efficace interne ne dépasse pas 5 à 10%, selon l’apport calcul et mesures directes de 90Sr dans des os humains (échantillons d’autopsie). Une contribution similaire de l’inhalation de 238Pu 239, Pu 240, Pu et 241Am provenant de 241Pu ne dépassera pas 1% même pour les travailleurs en extérieur ». Il existe une multitude d’autres informations sur tous les aspects de la dosimétrie dans la littérature scientifique, soit des centaines, voire des milliers d’articles. Encore une fois, Brown n’a pas à croire Balonov et tous les autres scientifiques, mais omettre cette preuve est choquant.

Ayant écarté la méthode d’estimation et de reconstruction de dose «des physiciens», Manual for Survival poursuit en affirmant que «les médecins» disposaient d’une méthode bien meilleure qui a été ignorée. Elle cite un travail de Vorobiev (je n’ai pas vu ce travail en russe, mais j’essaierai d’en obtenir une copie) qui revendique une méthode de biodosimétrie basée sur l’analyse des dommages chromosomiques qui est beaucoup plus précise que le comptage du corps entier et la reconstruction de dose. Cette méthode semble donner des doses accumulées beaucoup plus élevées que les méthodes «des physiciens».

Est-il vrai que les méthodes de biodosimétrie sont meilleures que les mesures et les modèles physiques? Autant que je sache, la communauté de la radioprotection n’utilise que la biodosimétrie pour reconstituer les doses après des expositions élevées qui n’ont pas pu être évaluées à l’aide de méthodes physiques. Même les tentatives les plus récentes (utilisant une technologie beaucoup plus sophistiquée que celle disponible en 1986) pour développer un biomarqueur de rayonnement unique pour une exposition à faible dose ont échoué. J’ai vérifié cela avec Geraldine Thomas, professeur de pathologie moléculaire à l’Imperial College et elle a confirmé (comm. Pers.) Que la biodosimétrie ne fonctionne bien que pour des doses élevées. Cela ne veut pas dire que de telles tentatives ne sont pas utiles, mais simplement que l’affirmation de Brown selon laquelle les méthodes biodosimétriques dans l’ex-Union soviétique étaient meilleures que la mesure directe des émetteurs gamma et la reconstruction de dose pour d’autres nucléides est très peu appuyée.

Effets sur la faune
Cette section est tellement biaisée et trompeuse que je ne sais pas par où commencer. Brown a choisi de croire aux preuves d’Anders P. Møller et Tim Mousseau selon lesquelles il existe des effets majeurs du rayonnement sur les organismes à Tchernobyl à des débits de dose bien inférieurs aux prévisions et que la faune est gravement endommagée dans la zone d’exclusion de Tchernobyl (CEZ). Dans d’autres parties du livre, Brown prend soin de remettre en question la véracité de ses sources. Mais étonnamment, elle omet de mentionner: Anders P Møller est un scientifique très controversé (en radioécologie et dans son domaine précédent de biologie évolutionniste): un article dans Nature rapporte qu’il a été une fois reconnu coupable de manipulation de données par le Comité danois sur la malhonnêteté scientifique ( Nature 427 381, 2004). Cela ne signifie pas automatiquement que lui et Mousseau se trompent sur l’étendue des effets de Tchernobyl, mais il y a beaucoup de preuves qu’ils le sont, par exemple. [7–11]. Brown rejette les témoignages de mes collègues (y compris des scientifiques biélorusses) et moi en m’appelant physicien et en laissant entendre que je ne suis jamais allé à Tchernobyl. Fait intéressant, dans la liste de notes de bas de page apparemment méticuleusement construite, elle cite à tort notre article (montrant des populations de mammifères abondantes dans la CEZ) à tort comme Smith et al ... '' plutôt que Deryabina et al …  » comme il se doit depuis Tatiana Deryabina était le premier auteur. Est-ce une erreur (nous les faisons tous)? Malheureusement, cette erreur cache le fait que les scientifiques biélorusses ont joué un rôle clé dans l’étude, de sorte que Manual for Survival peut affirmer (à tort) que cela a été fait par quelqu’un sans connaissance de la CEZ.

Les omissions dans cette section sont choquantes. Brown n’a pas parlé et ne mentionne pas la seule personne au monde qui est le plus étroitement associée à la faune à Tchernobyl: Sergey Gaschak. Sergey (à sa grande frustration parfois) est la personne à qui les journalistes semblent toujours aller pour se renseigner sur la faune dans la CEZ. Brown peut ne pas être d’accord avec l’opinion de Gaschak (formée à partir de 30 ans dans la zone et d’une connaissance intime des habitats et de la faune de la zone) selon laquelle la faune n’est pas significativement affectée par les radiations à Tchernobyl, mais elle devrait au moins le signaler. Gaschak a d’abord travaillé avec Møller et Mousseau mais a refusé de continuer: il ne faisait pas confiance à leurs rapports de données, en particulier sur l’influence de l’habitat sur la distribution des oiseaux [12]. Brown ne discute pas du travail de Ron Chesser et Robert Baker de la Texas Tech University qui ont passé de nombreuses années à étudier les petits mammifères dans le point chaud de la Forêt Rouge. Ils ont constaté que l’abondance des petits mammifères était similaire dans la forêt rouge aux zones témoins [13] et que les effets génétiques étaient subtils. Les réflexions de Chesser et Baker sur leur longue expérience de la recherche radioécologique à Tchernobyl sont des lectures essentielles pour comprendre ce problème. Encore une fois, vous n’avez pas besoin de fouiller dans les archives soviétiques: leur article, ignoré dans Manual for Survival, est dans American Scientist [14].

Effets sur la santé et maladie chronique des radiations
Ma foi en Brown en tant que journaliste précis des effets des radiations sur la santé a été un peu ébranlée quand j’ai été interviewée par elle. Bien qu’elle ait déjà écrit Plutopia (Oxford University Press, 2013), son récit fascinant, mais scientifiquement imparfait, des programmes d’armes nucléaires américains et soviétiques, elle ne savait très clairement pas que le cancer non lié aux radiations était très répandu dans le monde. Il existe une myriade de statistiques sur la santé à ce sujet, mais vous n’avez pas besoin de chercher aussi loin: Cancer Research UK, par exemple, indique sur son site Web (et dans sa publicité) la projection selon laquelle la moitié des citoyens britanniques auront un cancer à un moment donné. nos vies. J’ai été en outre choqué de lire dans ce livre de Tchernobyl (p 25) la déclaration chauve de Brown selon laquelle les radiations sont la seule cause connue de leucémie myéloïde, dans le contexte impliquant clairement (à tort) qu’il n’y a pas d’autres causes. Brown n’a examiné ni cité aucune des statistiques de santé publique sur l’incidence de la leucémie myéloïde dans les pays du monde entier. Elle ne cite pas non plus le rapport de la Hiroshima and Nagasaki Life Span Study (LSS) [15] qui présente clairement des preuves que le rayonnement est une cause de leucémie myéloïde (très importante à fortes doses), mais est très loin d’être la seule cause, en particulier à faibles débits de dose. Elle ne cite pas non plus sa propre déclaration à la page 168 selon laquelle «les dommages causés par les radiations sont difficiles à isoler et à détecter car ils ne provoquent pas de nouvelles maladies autonomes».

L’affirmation la plus controversée de ce livre est que le rayonnement à très faible dose provoque la maladie chronique des radiations. La maladie chronique des radiations est réelle, ayant été vue pour la première fois (mais reconnue tardivement) à des débits de dose très élevés chez les peintres à cadran au radium il y a un siècle. Elle a été observée chez des travailleurs hautement exposés de l’usine de production de plutonium de Mayak où elle a été diagnostiquée et traitée pour la première fois par Angelina Gus’kova. Dans la première partie du Manuel de survie, Gus’kova est à juste titre décrit comme un héros scientifique («Personne au monde n’avait traité plus de patients atteints de maladie radiologique que Gus’kova» p 13; «Travailler sur des centaines de patients .. .pendant trois décennies, Gus’kova a développé un recueil de connaissances sur la médecine radiologique qui n’avait pas d’équivalent dans le monde »p 15). Comme détaillé dans Manual for Survival, le travail de Gus’kova traitant les premières victimes de Tchernobyl (les 134 personnes souffrant du syndrome des radiations aiguës) a sauvé et prolongé de nombreuses vies. Brown met en contraste la compréhension profonde de Gus’kova de la maladie des radiations avec l’inexpérience relative du médecin américain, Robert Gale, qui a pris l’avion pour aider à soigner les victimes. Brown soutient, avec force, que Gale pensait qu’il savait mieux que le scientifique soviétique et ignorait son expertise.

Malheureusement, le médecin américain n’a pas été le seul à ignorer l’expertise d’Angelina Gus’kova: Brown elle-même le fait. Gus’kova a non seulement traité les personnes souffrant de maladie aiguë des radiations, mais a également contrôlé les évacués et a participé à l’étude des «  liquidateurs  », les centaines de milliers de personnes qui ont travaillé sur l’opération de nettoyage de Tchernobyl en 1986 et 87 et qui ont reçu certaines des doses de rayonnement les plus élevées. Dans un article de 2012, Gus’kova [16] a déclaré que «contrairement au premier groupe [les 134 victimes de l’ARS], ce deuxième groupe d’individus travaillant dans la zone de 30 km, tout comme la population exposée aux radiations [je souligne ], n’a présenté aucune manifestation de maladie des radiations ».

Ainsi, l’expert de renommée mondiale en maladie chronique des radiations a déclaré qu’elle ne croyait pas que ni l’énorme groupe de liquidateurs, ni la population exposée à des rayonnements chroniques à débit de dose relativement faible ne souffrent du mal des radiations. Kate Brown soutiendrait sans aucun doute que le statut élevé de Gus’kova dans la science atomique soviétique et russe lui a fait ignorer les preuves du contraire. Que vous croyiez Gus’kova ou non (je le crois), pour Brown d’exclure cette preuve clé d’un livre d’histoire sur les effets sur la santé de Tchernobyl est une omission de proportions monumentales.

Manual for Survival soutient que les scientifiques occidentaux en savaient moins sur les effets des radiations sur la santé que leurs homologues soviétiques (et post-soviétiques). Des preuves de dommages apparents à la santé des adultes, des enfants et des nouveau-nés dans les régions contaminées sont citées dans des archives en Ukraine et en Biélorussie. Brown affirme que l’étude sur la durée de vie d’Hiroshima et de Nagasaki (sur laquelle le système de radioprotection est largement, mais loin d’être entièrement basé) a manqué de nombreux effets précoces des radiations puisqu’elle n’a commencé qu’en 1950, cinq ans après le largage des bombes. C’est en partie, mais pas entièrement, vrai: les effets de l’exposition fœtale pourraient être et ont été étudiés [17]. Les effets sur les enfants dus à l’exposition pré-conception de leurs parents ont été étudiés et aucun effet n’a été trouvé [18] permettant d’estimer une limite supérieure du risque de mutation intergénérationnelle.

L’actualisation des preuves de l’étude sur la durée de vie permet à Brown de faire valoir que les rayonnements sont bien pires que ce que les organisations des Nations Unies et la Commission internationale de protection radiologique (CIPR) pensent (mais notez que ces organisations ont consulté et ont eu comme membres d’anciens scientifiques soviétiques clés, y compris l’expert en maladie des rayonnements Angelina Gus’kova). Étonnamment, cependant, Manual for Survival ignore presque toutes les autres preuves scientifiques internationales sur cette question. Des centaines de notes de bas de page détaillent les sources soviétiques et ex-soviétiques, mais il n’y a pratiquement pas de citations des nombreuses études épidémiologiques (pas seulement du LSS) et des milliers d’études radiobiologiques dans la littérature scientifique internationale (voir, pour un seul exemple, l’Oxford Restatement on ce numéro [19]). Les quelques sources internationales citées sont celles (dont certaines très controversées) qui sont en accord avec les diverses hypothèses contradictoires et déroutantes de Brown.

Qu’en est-il des statistiques de santé publique montrant apparemment d’énormes augmentations des malformations congénitales, des cancers et d’un large éventail d’autres maladies dans les populations des territoires contaminés? Bien que Brown ait apparemment découvert de nouvelles preuves d’archives (qui devraient être évaluées, si elles ne l’ont pas déjà été), je suis très sceptique. Je soupçonne (mais je ne sais pas) qu’une grande partie de ces preuves est similaire à celle présentée dans le rapport controversé de Yablokov [2] faisant état de près d’un million de morts à Tchernobyl. Je ne suis pas épidémiologiste, mais j’ai essayé d’examiner ces affirmations.

Premièrement, j’ai de nouveau examiné le rapport 2006 du Forum de l’OMS sur Tchernobyl [20]. Les 45 experts internationaux (dont des experts du Bélarus, de l’Ukraine et de la Russie) ont évalué une multitude de données sur les effets de Tchernobyl sur la santé. Le rapport (étrangement, à peine mentionné dans Manual for Survival) couvre un large éventail de résultats pour la santé, y compris les effets cancéreux et non cancéreux chez les adultes et les enfants, ainsi que les issues défavorables de la grossesse. Il arrive à une conclusion très différente de Manual for Survival. Les experts internationaux ont-ils ignoré ou manqué des preuves clés? Je pense que c’est très improbable, mais ce qui me manque dans le rapport de l’OMS, c’est une explication claire, en termes profanes, des raisons pour lesquelles ces preuves ne sont pas incluses.

J’ai examiné certaines (mais bien sûr pas toutes) de ces preuves et il me semble évident pourquoi une grande partie n’a pas été incluse dans l’analyse de l’OMS. Les études sur les effets sur la santé après Tchernobyl ont souffert de deux problèmes majeurs: des changements et des erreurs dans les rapports avant et après l’accident, et une difficulté à démêler les effets des rayonnements sur la santé de la crise de santé publique en cours pendant et après l’effondrement de l’Union soviétique. Ces deux effets sont réels: ils sont mentionnés dans le Manuel de survie, mais sont écartés lorsque des allégations d’effets énormes sur la santé des rayonnements sont faites.

Problèmes dans les rapports de santé. Je travaille actuellement dans le district de Narodichi en Ukraine sur un petit projet visant à améliorer un peu la vie des habitants des zones touchées en remettant en service des terres agricoles abandonnées, là où cela peut être fait en toute sécurité. Dans le cadre du projet, nous nous sommes entretenus avec Anatoly Prysyazhnyuk, cancérologue et épidémiologiste. Anatoly est né à Narodichi dans une famille de médecins locaux et est un citoyen honoré de Narodichi, mais travaillait à Kiev au moment de l’accident. Il nous a dit qu’en 1987, il avait été contacté par le chef de l’hôpital local. Le chef de l’hôpital était très préoccupé par le fait que les inscriptions au cancer avaient augmenté de manière significative depuis l’accident. Anatoly est retourné dans sa ville natale pour enquêter. Il a constaté que, en effet, les enregistrements de cancer avaient augmenté, mais que cela était dû à des changements signalés, et non à des radiations. Les changements dans la notification des résultats sanitaires sont réels et constituent un élément clé de l’interprétation des statistiques sanitaires, comme le savaient sans doute les 45 experts de l’OMS.

Utilisation abusive des statistiques de santé publique. Dans son examen du rapport défectueux de Yablokov [2], Mikhail Balonov [1] cite des données sur les taux de mortalité à travers la Russie depuis la chute de l’Union soviétique [21]. Comme le note Balonov, les taux de mortalité ont augmenté depuis 1991 dans toutes les régions de la Russie, même en Sibérie, à des milliers de kilomètres de Tchernobyl. Comme le montre la figure 1, les démographes ont attribué cela à la crise économique, à la consommation d’alcool et au tabagisme, et non aux radiations. Les tendances de la mortalité et d’autres résultats sanitaires sont compromis par cette crise sanitaire généralisée. La comparaison des statistiques de santé publique entre les régions contaminées et non contaminées est également très difficile en raison des changements démographiques connus dans les régions contaminées (les jeunes ont tendance à partir, les personnes âgées ont tendance à rester).

Zoom avant Zoom arrière
Réinitialiser la taille de l’image
Figure 1. Graphique illustrant les changements d’espérance de vie en Russie (non liés aux radiations) de 1981 à 2002 [29], perte d’espérance de vie dans le groupe de survivants de la bombe atomique à forte dose; prévalence du tabagisme dans les anciens pays soviétiques.

Télécharger la figure:

Image standard Image haute résolution
Curieusement, Kate Brown accepte des problèmes pour distinguer les effets des rayonnements dans les données sur la santé. Son traitement de l’étude de Fred Mettler sur 1656 habitants, enfants compris, des zones touchées et non touchées [22] révèle les énormes contradictions au cœur de la thèse de Brown. Manual for Survival rapporte le résultat de cette étude: aucune différence significative n’a pu être trouvée entre 853 habitants des zones contaminées et 803 habitants des zones témoins. Mais Brown poursuit en tentant de discréditer cette étude. Premièrement, elle fait valoir que les doses n’étaient pas différentes entre les régions témoins et les régions contaminées en raison du commerce des denrées alimentaires. Cela ne tient pas compte du fait que cela (tout en ayant peu de sens) a été vérifié dans l’étude: «Des échantillons de pain, de lait, de légumes et de viande ont également été examinés dans ces établissements témoins. L’analyse a révélé de faibles niveaux de contamination, comme prévu »(IAEA [22] pp 283–84).

Deuxièmement, Brown soutient qu’une étude de 1 600 personnes n’est pas suffisante pour trouver des preuves des effets à faible probabilité sur la santé d’un rayonnement à faible dose. Elle a raison, mais ce qui est étonnant, c’est qu’elle n’applique pas cette logique à nombre des autres affirmations de son livre. Dans la plupart des livres, elle semble revendiquer des effets majeurs sur la santé qui auraient été relevés par le dépistage de l’AIEA. En effet, le rapport [22] comprend une analyse de puissance de l’étude montrant quel type d’effet sur la santé l’étude pourrait détecter. Plus loin dans le livre, Brown soutient ses affirmations sur les effets non cancéreux des rayonnements sur la santé en se référant à des études à grande échelle (des centaines de milliers de sujets) qui peuvent (ou non) indiquer une légère augmentation du risque cardiovasculaire à de faibles débits de dose ( de l’ordre de la majorité des doses reçues par les populations touchées par Tchernobyl). Mais elle ignore le point clé: même s’ils sont réels, ces minuscules effets non cancéreux sur la santé n’ont pas d’importance significative pour la santé des personnes vivant dans des zones contaminées. Ce dont ils doivent s’inquiéter (et s’inquiètent souvent, bien sûr), comme cela a été souligné à maintes reprises [23, 24], ce sont les taux de chômage élevés, le mauvais état de leurs services de santé, leur alimentation, leur alimentation, le tabagisme. , consommation d’alcool, etc.

Cela ne veut pas dire que Tchernobyl n’a eu aucun effet sur la santé. Comme l’a noté Brown, l’effet du cancer qui peut être attribué le plus clairement et sans ambiguïté aux rayonnements est le cancer de la thyroïde chez les enfants et les adultes exposés dans leur enfance à l’I-131 à décomposition rapide dans les semaines qui ont suivi l’accident. L’augmentation dans les régions touchées était importante et pouvait être observée même dans les statistiques nationales de la santé: l’incidence annuelle au Bélarus, par exemple, est passée de moins d’un cas sur 100 000 avant 1986 à 7 à 8 cas pour 100 000 dans les années 90 [25 ] et reste élevée. Il existe des preuves d’une augmentation potentielle du cancer du sein [26], mais il convient de noter que cette étude a conclu que «les taux d’incidence du cancer du sein ajustés en fonction de l’âge dans les régions les plus contaminées du Bélarus et de l’Ukraine sont toujours inférieurs à ceux de l’Amérique du Nord et de l’Europe occidentale». . L’incidence d’autres cancers provenant de la reconstruction de dose à travers l’Europe a été estimée par Cardis et al [27, 28], si vous appliquez l’hypothèse linéaire sans seuil (LNT) selon laquelle même de petites doses de rayonnement comportent un risque potentiel.

Baies au radiocaesium en Polessie
Une allégation dans Manual for Survival est que, même après la période initiale de contamination par l’iode, les produits contaminés, en particulier le lait, étaient encore consommés par des personnes dans les années qui ont suivi l’accident, même s’ils dépassaient les limites (assez prudentes) pour le radiocaesium en produits alimentaires en place dans les anciens pays soviétiques. Encore une fois, ce n’est pas un fait historique caché dans les archives soviétiques: il est présent dans la littérature scientifique et dans les statistiques officielles des pays touchés. Dans mon livre co-écrit sur Tchernobyl [30], nous avons reproduit un tableau de Firsakova [31] montrant les changements dans le nombre de kilotonnes de lait et de viande des fermes collectives qui étaient au-dessus des limites d’intervention.

L’une des affirmations «  manchettes  » du Manual for Survival est que les baies contaminées contiennent jusqu’à 3000 Bq kg − 1 de 137Cs (bien au-dessus de la limite ukrainienne) et qu’elles peuvent être mélangées avec des baies non contaminées et exportées vers l’Europe occidentale. Bien sûr, ce n’est pas une bonne chose, mais est-ce vraiment une mauvaise chose? Manual for Survival implique que c’est vraiment dangereux, mais ne fournit aucun contexte pour aider le lecteur à évaluer quel est le risque. Cela peut aider à replacer cela dans le contexte qu’après Tchernobyl, le gouvernement norvégien a pris la décision difficile d’augmenter la limite des concentrations de 137Cs dans la viande de renne jusqu’à 6000 Bq kg − 1 (en 1994, elle a été réduite à 3000 Bq kg − 1). [32]. Pourquoi? Parce qu’ils ont raisonnablement équilibré le risque minime pour les éleveurs de rennes et les consommateurs norvégiens contre les dommages causés par une interdiction aux modes de vie et à la culture de la communauté des éleveurs. Je ne connais pas assez les cueilleurs de baies de Rivne, en Ukraine, pour prendre une telle décision, mais Brown a tort de dire que c’est très dangereux. Je ne préconise en aucun cas de permettre le dépassement des limites réglementaires, mais simplement que briser ces limites très prudentes ne signifie pas que quelque chose est dangereux. En tant que consommateur européen, si je parvenais d’une manière ou d’une autre (un événement extrêmement improbable) à manger un kg entier des baies les plus contaminées, j’aurais une dose supplémentaire équivalente à environ deux radiographies pulmonaires, un vol de retour de Los Angeles à New York. ou 250 fois inférieur à un scanner abdominal.

Les habitants de Polessie consomment en permanence des produits contaminés: c’est pourquoi nous calculons la dose globale. Seule une petite proportion de personnes vivant actuellement dans les régions contaminées reçoit une dose supérieure à 2 mSv par an et la grande majorité reçoit une dose inférieure à 1 mSv par an. Ces débits de dose correspondent bien à la variation du rayonnement de fond naturel dans le monde.

Essais d’armes nucléaires
Manual for Survival soutient que Tchernobyl n’était qu’une accélération d’un processus, dommageable pour toute la planète, commencé lors des essais de bombes atmosphériques des années 50 et 60. Je suis d’accord avec Brown que, si vous croyez en l’hypothèse LNT selon laquelle chaque petite dose de rayonnement comporte un risque, alors les conséquences sur la santé mondiale des essais d’armes nucléaires atmosphériques sont énormes. Comme beaucoup d’allégations dans Manual for Survival, cette affirmation est traitée comme une nouvelle, mais ce n’est qu’une nouvelle alarmante si vous ignorez la masse des preuves scientifiques. Le Comité scientifique des Nations Unies sur les effets des rayonnements atomiques (UNSCEAR) a publié de nombreux rapports à ce sujet. La dose collective estimée à partir des essais d’armes atmosphériques est énorme et éclipse celle de Tchernobyl. Mais les doses individuelles sont, bien entendu, faibles: l’UNSCEAR [33] rapporte un pic de dose efficace totale annuelle en 1963 dans la région de 0,1 mSv. Cela correspond à peu près à la dose équivalente à un vol aller-retour Londres-Los Angeles (à partir du rayonnement cosmique) pour tout le monde dans l’hémisphère nord et à environ un trentième des débits de dose annuels de rayonnement de fond naturel. Toute dose supplémentaire au-dessus du niveau de fond pourrait être un risque potentiel. Mais l’affirmation vague de Brown selon laquelle cela pourrait être une cause importante d’augmentation à long terme de l’incidence du cancer dans le monde, sans aucune preuve à l’appui, n’est pas convaincante, c’est le moins qu’on puisse dire.

Omissions et erreurs
L’un des principaux défauts de ce livre est que le vaste corpus de connaissances de la littérature scientifique internationale est presque complètement ignoré. Les autres omissions que j’ai notées sont: aucune discussion sur la radioactivité naturelle, aucune mention du traitement thyroïdien par l’I-131, des doses diagnostiques médicales ou toutes les preuves épidémiologiques issues de procédures diagnostiques médicales et thérapeutiques. Il y a plus d’omissions et beaucoup plus d’erreurs que je n’ai eu l’espace pour le signaler ici.

Briser les lois de la physique
Ce sont peut-être des points mineurs, mais je pense que cela indique quelque chose à propos de la mauvaise qualité de ce livre lorsque je dois souligner que Manual for Survival donne foi à trois affirmations qui enfreignent les lois actuelles de la physique:

1.
Cela donne apparemment du crédit à l’idée (p 215) que les essais d’armes nucléaires sur Terre, à travers le vide de l’espace, ont influencé d’une manière ou d’une autre l’activité de l’éruption solaire du Soleil. Il est vrai que les armes nucléaires ont un pouvoir destructeur terrifiant – les plus grosses équivalent à 50 mégatonnes de TNT. Je pourrais écrire un essai sur les raisons pour lesquelles ceux-ci ne pourraient pas influencer l’activité des éruptions solaires, mais peut-être qu’une comparaison de l’énergie relative est la meilleure. J’ai étudié l’astrophysique il y a plus de 30 ans et j’ai oublié ce que j’ai appris sur les éruptions solaires, alors je suis allé sur le site Web de la NASA (https://visibleearth.nasa.gov/view.php?id=55580). J’ai découvert que «les éruptions solaires … sont capables de libérer autant d’énergie qu’un milliard de mégatonnes de TNT», vingt millions de fois plus gros que la plus grosse bombe nucléaire. L’activité solaire, bien sûr, affecte la Terre, notamment dans les particules chargées contribuant au rayonnement de fond cosmique et naturel que nous recevons tous chaque jour. L’omission étonnante de toute discussion sur les doses de rayonnement naturel n’est qu’un autre défaut fatal du Manuel de survie.
2.
Il rapporte (p 302) que «la période pendant laquelle la moitié des 137Cs disparaîtra des forêts de Tchernobyl sera comprise entre 180 et 320 ans», citant le magazine «Wired». La demi-vie de désintégration physique du 137Cs est d’environ 30,2 ans. Dans les années qui ont suivi Tchernobyl, il a été souligné à maintes reprises, par moi et par beaucoup d’autres, que dans les sols riches en matière organique, la demi-vie écologique effective du 137Cs s’approche de sa demi-vie de décomposition physique (par exemple [34]). Mais cela ne peut pas dépasser 30,2 ans, à moins, bien sûr, que les lois de la physique ne soient erronées.
3.
Le dosimètre de Kate Brown «sautait dans l’alarme» dans la zone la plus contaminée de la Forêt Rouge (p 125), apparemment en raison d’un précédent incendie de forêt. J’ai du mal à comprendre ce que Brown veut dire ici, mais elle semble prétendre que son dosimètre lisait 1000 μSv h − 1 alors que normalement la Forêt Rouge lit (très haut) 50–100 μSv h − 1. Ici, Brown affirme qu’un incendie de l’année précédente a entraîné une augmentation de 10 fois du débit de dose parce que le feu a libéré de la radioactivité. Encore une fois, il y a tellement de mal dans cette hypothèse que je ne sais pas par où commencer. Oui, les incendies de forêt peuvent libérer de petites quantités de radioactivité dans l’air, mais pourquoi cela devrait-il avoir une influence significative (10 ×) sur les débits de dose gamma externes? Pour comprendre les effets des incendies de forêt sur la remise en suspension des radionucléides, Brown aurait pu étudier et citer des travaux antérieurs à ce sujet, par ex. [35].
Les lois de la physique ne sont pas gravées dans le marbre et les physiciens font également des erreurs, mais je ne pense pas que nous allons commencer à réécrire les manuels pour le moment. Je ne m’attends pas à ce que Brown comprenne toute la physique de la radioprotection, mais je m’attends à ce qu’elle tienne compte de l’énorme quantité de connaissances et d’opinions scientifiques disponibles.

Que pouvons-nous apprendre de ce livre?
Dans cette revue, je me suis nécessairement concentré principalement sur les (nombreux) défauts et omissions du livre. Manual for Survival est une polémique, pas un livre d’histoire et encore moins un livre scientifique. Brown est à juste titre en colère contre les dissimulations soviétiques (et certaines occidentales), les délocalisations aléatoires et souvent inefficaces. Après Tchernobyl, les gens ont reçu des doses plus importantes que ce dont ils avaient besoin, en particulier les doses thyroïdiennes impardonnablement élevées en raison de l’incapacité de prévenir l’ingestion de 131I dans les premières semaines après l’accident. Elle est également fâchée que les personnes vivant dans les zones contaminées de Tchernobyl aient apparemment été oubliées par la communauté internationale. Les efforts scientifiques et humanitaires internationaux (à de nombreuses exceptions notables) ont été fragmentaires, souvent avec un financement limité et irrégulier, et ont très souvent échoué (en partie à cause de la complexité du travail dans les pays post-soviétiques). Je comparerais le financement incohérent du réaménagement économique dans les zones contaminées de Tchernobyl avec les quelque 1,5 milliard de dollars engagés dans le projet de nouveau confinement sûr et de déclassement des réacteurs.

Je me souviens très bien, au milieu des années 1990, d’étudier les poissons du lac Kozhanovskoe en Russie. Le poisson avait accumulé des concentrations d’activité de 137Cs bien au-dessus des limites d’intervention, mais les gens mangeaient toujours le poisson. Naïvement, j’ai demandé à un pêcheur pourquoi il mangeait ces poissons: il m’a regardé d’un air vide – comme si j’étais venu d’un autre monde – et a répondu sèchement: «qu’attendez-vous que je mange?». À l’époque, il y avait peu de nourriture dans les magasins ruraux. À ce moment-là, j’ai réalisé que la radioactivité du poisson était le moindre des problèmes du pêcheur.

Je suis fâché que trop souvent, dans les pays touchés et à l’étranger, des mythes sur les radiations se soient répandus: je pense que ceux-ci causent de réels dommages à la vie des gens et ont sans aucun doute entravé la reprise après la catastrophe. Manual for Survival perpétue nombre de ces mythes, mais je pense que nous devrions en tirer des leçons. Je suis également en colère contre moi-même et mon domaine scientifique de ne pas avoir travaillé plus dur pour contrer ces mythes. Kate Brown a une compétence de journaliste pour capturer les tragédies individuelles de la vie de nombreuses personnes dans les terres contaminées de Tchernobyl et elle en fait bon usage pour décrire ses nombreuses visites dans ces régions. Le problème est réel, mais je pense que le diagnostic proposé dans Manual for Survival est très faux et dommageable. Les habitants des zones touchées par Tchernobyl ont besoin de plus d’emplois, de plus de développement économique, de meilleurs soins de santé et d’une meilleure nutrition. Les rayonnements actuels devraient être la moindre de leurs préoccupations, même si je comprends pourquoi beaucoup (pas tous) s’inquiètent encore.

Remerciements
Je bénéficie actuellement d’un financement du projet iCLEAR du UK Natural Environment Research Council – Innovating the Tchernobyl Landscape: Environmental Assessment for Rehabilitation and Management (NE / R009619 / 1).

Publié le 21 février 2020 • © 2020 Society for Radiological Protection. Publié au nom de SRP par IOP Publishing Limited. Tous les droits sont réservés.
Journal of Radiological Protection, Volume 40, Numéro 1
Citation Jim Smith 2020 J. Radiol. Prot. 40 337
Télécharger l’article PDF
3940 Total des téléchargements

Activer MathJax
Partagez cet article

Informations sur l’article
Abstrait
Ma revue, basée sur près de trente ans de recherche sur Tchernobyl et des dizaines de visites dans les zones contaminées du Bélarus, de l’Ukraine et de la Russie, fait valoir que Manual for Survival ignore les milliers d’études scientifiques sur Tchernobyl qui sont disponibles dans la littérature scientifique internationale. Ce faisant, il présente un compte rendu biaisé et trompeur des effets de l’accident sur la santé et l’environnement. Je crois que ce livre ne fait que perpétuer les nombreux mythes sur les effets des accidents et n’a que très peu de bases scientifiques solides.

Exporter la citation et le résumé
BibTeX RIS
Article précédent en question
Article suivant en question

Le contenu original de cette œuvre peut être utilisé sous les termes de la licence Creative Commons Attribution 3.0. Toute autre distribution de ce travail doit maintenir l’attribution aux auteurs et le titre de l’œuvre, la citation de la revue et le DOI.

Manual for Survival est une histoire intéressante, mais profondément imparfaite, des impacts sanitaires et environnementaux de Tchernobyl, la pire catastrophe technologique de l’histoire de l’humanité. Il ne serait que trop facile de le rejeter pour ses multiples omissions, incohérences et erreurs. Mais il est important que nous, membres de la communauté de la radioprotection, le prenions au sérieux et réagissions en détail à ses allégations – des effets majeurs des rayonnements à faible dose que nous avons manqués – avec des preuves claires et une explication de la raison pour laquelle nous pensons que c’est faux d’une manière qui non -les spécialistes peuvent clairement comprendre. À l’exception notable de la réponse de Mikhail Balonov [1] au rapport de Yablokov [2] sur Tchernobyl, je pense que c’est quelque chose que nous n’avons pas réussi à faire avec les affirmations précédentes sur les effets majeurs des radiations à faible dose après Tchernobyl.

J’ai été interviewé par Kate Brown pour ce livre lors d’une réunion en Floride sur les effets des radiations sur la faune à Tchernobyl. Pendant environ une heure et demie, j’ai été soumis à ce qui m’a semblé être un contre-interrogatoire agressif sur une vaste gamme de sujets liés aux radiations, y compris les études sur les survivants des bombes d’Hiroshima et de Nagasaki, le cancer, les effets sur la faune, la contamination des aliments et la dose. reconstruction. J’ai répondu à toutes ses questions et là où j’avais des doutes plus tard, j’ai fourni des informations et des preuves. Je suis sorti de l’entretien en me sentant épuisé mentalement (vraiment!) Mais néanmoins heureux, voire un peu exalté. Malgré mes réserves sur ses connaissances scientifiques, je pensais que c’était une historienne sérieuse et impartiale déterminée à découvrir la vérité sur la question extrêmement complexe et controversée des conséquences sanitaires et environnementales de Tchernobyl.

J’ai eu tort.

En obtenant la copie de critique de ce livre, je n’ai pas pu m’empêcher de me tourner d’abord vers les pages traitant de mon entretien (je suppose que la plupart des gens feraient de même). J’ai été choqué et déçu de constater que les informations et les opinions que j’avais données sur les effets des radiations sur la faune à Tchernobyl avaient été rejetées. Selon Brown, j’étais un physicien (utilisé presque comme un terme d’abus dans le contexte) qui n’a pas jugé nécessaire d’aller à Tchernobyl pour tirer mes conclusions préformées sur les effets de l’accident. Brown n’a pas rapporté ce que je lui avais dit – j’ai étudié pour la première fois les retombées de Tchernobyl dans la région des lacs anglais en 1990 et j’ai d’abord effectué des travaux sur le terrain dans les zones touchées par Tchernobyl en Ukraine et en Biélorussie en 1994. Je me souviens clairement que j’étais assez inquiet de ce qu’ils étaient – à cette époque – des risques de rayonnement largement inconnus à Tchernobyl. J’ai arrêté de compter le nombre de fois où j’ai visité les zones contaminées de Tchernobyl depuis, mais je suppose que c’est autour de 40. Je suis heureux d’être discuté, mais il est médiocre et biaisé de rejeter mon témoignage (et celui de mon Bélarussien collègues qui ont travaillé dans la zone d’exclusion pendant de nombreuses années).

Ceci, je pense, n’est qu’un symptôme d’une approche profondément imparfaite des informations complexes sur Tchernobyl, mais je vais essayer de donner à ce livre une critique aussi juste que possible. Vous pouvez juger si j’y suis parvenu, mais ce sera certainement plus approfondi que les critiques plutôt superficielles et trompeuses fournies par Nature [3] et un certain nombre d’autres revues et journaux.

Dosimétrie et reconstruction de dose
Le traitement de la dose de rayonnement et de l’estimation de la dose est incontestablement biaisé dans ce livre. L’auteur souhaite faire valoir que «les physiciens» se sont trompés sur les doses de rayonnement après Tchernobyl. Elle commence par une description d’une entrevue avec Lynn Anspaugh, une experte en radiation de renommée internationale qui, entre autres, a codirigé le rapport 2006 du forum «environnemental» de l’AIEA sur Tchernobyl [4]. Au cours de ma brève expérience de contact avec lui lors de la préparation du rapport, je l’ai trouvé très bien informé sur les nombreux aspects du rayonnement et de la reconstruction des doses après Tchernobyl. Kate Brown n’est apparemment pas arrivée à la même conclusion. De son entretien téléphonique, elle tire une information: au début, Anspaugh (estimant vraisemblablement la contamination globale totale de Tchernobyl) n’a pris que deux points de données pour estimer les retombées dans l’ensemble de la Roumanie. Elle utilise ensuite cette information pour tenter de discréditer tout le domaine de la dosimétrie de radioprotection! Je suppose qu’en bon scientifique, Anspaugh s’est rendu compte que dans une estimation initiale des impacts de Tchernobyl (il y a eu de bien meilleures estimations depuis l’inclusion de l’Atlas Russie / Biélorussie / Ukraine / UE [5] et bien d’autres), que les retombées en La Roumanie n’allait pas faire trop de différence et il a fait la meilleure estimation possible.

Ce qui est étonnant (littéralement, époustouflant), c’est que Manual for Survival omet de mentionner, dans la section du livre consacrée à la dosimétrie, toutes les mesures effectuées dans les années qui ont suivi l’accident dans les anciens pays soviétiques et à l’étranger. Je crois que Brown qu’à l’époque soviétique, les informations à ce sujet étaient (impardonnablement) gardées secrètes, mais elles sont là et maintenant vous n’avez pas à fouiller dans les archives soviétiques pour les trouver: rapports et résultats (mais malheureusement pas toutes les données originales ) font partie de la littérature scientifique internationale depuis plus de 20 ans. Par exemple, dans son article pour la conférence de Minsk de 1996 [6], Mikhail Balonov a rapporté «un million de mesures de 134Cs et 137Cs dans le corps».

Ceux qui cherchent à critiquer le consensus sur Tchernobyl accusent souvent les scientifiques de se concentrer uniquement sur un isotope: le radiocaesium. Il est vrai qu’il y a beaucoup plus de mesures et d’études sur le césium que sur d’autres isotopes, car il a une durée de vie relativement longue et peut être mesuré raisonnablement bon marché et facilement par spectrométrie gamma et comptage du corps entier. Mais cela ne signifie pas que d’autres isotopes ont été ignorés: la littérature scientifique contient de nombreux articles sur de nombreux autres isotopes, y compris 131I 90Sr et des éléments transuraniens auxquels Brown aurait pu faire référence, mais qu’il a choisi de ne pas faire. Le court article de Balonov à lui seul [6] mentionne des centaines de mesures du 90Sr, discute du changement des isotopes contribuant à la dose au fil du temps depuis l’accident et présente des modèles de dosimétrie qui incluent les isotopes clés nécessaires pour la prévision à long terme. Il en existe de nombreux autres présentant des modèles de reconstruction de dose. Brown fait beaucoup de cas du «cocktail» de radionucléides auxquels les résidents ont été exposés, en particulier 90Sr: cela a également été abordé dans la littérature scientifique. Balonov [6] déclare: «… en raison de la faible teneur en 90Sr dans le rejet de Tchernobyl et des [faibles] retombées en dehors de la zone de 30 km, sa contribution à la dose efficace interne ne dépasse pas 5 à 10%, selon l’apport calcul et mesures directes de 90Sr dans des os humains (échantillons d’autopsie). Une contribution similaire de l’inhalation de 238Pu 239, Pu 240, Pu et 241Am provenant de 241Pu ne dépassera pas 1% même pour les travailleurs en extérieur ». Il existe une multitude d’autres informations sur tous les aspects de la dosimétrie dans la littérature scientifique, soit des centaines, voire des milliers d’articles. Encore une fois, Brown n’a pas à croire Balonov et tous les autres scientifiques, mais omettre cette preuve est choquant.

Ayant écarté la méthode d’estimation et de reconstruction de dose «des physiciens», Manual for Survival poursuit en affirmant que «les médecins» disposaient d’une méthode bien meilleure qui a été ignorée. Elle cite un travail de Vorobiev (je n’ai pas vu ce travail en russe, mais j’essaierai d’en obtenir une copie) qui revendique une méthode de biodosimétrie basée sur l’analyse des dommages chromosomiques qui est beaucoup plus précise que le comptage du corps entier et la reconstruction de dose. Cette méthode semble donner des doses accumulées beaucoup plus élevées que les méthodes «des physiciens».

Est-il vrai que les méthodes de biodosimétrie sont meilleures que les mesures et les modèles physiques? Autant que je sache, la communauté de la radioprotection n’utilise que la biodosimétrie pour reconstituer les doses après des expositions élevées qui n’ont pas pu être évaluées à l’aide de méthodes physiques. Même les tentatives les plus récentes (utilisant une technologie beaucoup plus sophistiquée que celle disponible en 1986) pour développer un biomarqueur de rayonnement unique pour une exposition à faible dose ont échoué. J’ai vérifié cela avec Geraldine Thomas, professeur de pathologie moléculaire à l’Imperial College et elle a confirmé (comm. Pers.) Que la biodosimétrie ne fonctionne bien que pour des doses élevées. Cela ne veut pas dire que de telles tentatives ne sont pas utiles, mais simplement que l’affirmation de Brown selon laquelle les méthodes biodosimétriques dans l’ex-Union soviétique étaient meilleures que la mesure directe des émetteurs gamma et la reconstruction de dose pour d’autres nucléides est très peu appuyée.

Effets sur la faune
Cette section est tellement biaisée et trompeuse que je ne sais pas par où commencer. Brown a choisi de croire aux preuves d’Anders P. Møller et Tim Mousseau selon lesquelles il existe des effets majeurs du rayonnement sur les organismes à Tchernobyl à des débits de dose bien inférieurs aux prévisions et que la faune est gravement endommagée dans la zone d’exclusion de Tchernobyl (CEZ). Dans d’autres parties du livre, Brown prend soin de remettre en question la véracité de ses sources. Mais étonnamment, elle omet de mentionner: Anders P Møller est un scientifique très controversé (en radioécologie et dans son domaine précédent de biologie évolutionniste): un article dans Nature rapporte qu’il a été une fois reconnu coupable de manipulation de données par le Comité danois sur la malhonnêteté scientifique ( Nature 427 381, 2004). Cela ne signifie pas automatiquement que lui et Mousseau se trompent sur l’étendue des effets de Tchernobyl, mais il y a beaucoup de preuves qu’ils le sont, par exemple. [7–11]. Brown rejette les témoignages de mes collègues (y compris des scientifiques biélorusses) et moi en m’appelant physicien et en laissant entendre que je ne suis jamais allé à Tchernobyl. Fait intéressant, dans la liste de notes de bas de page apparemment méticuleusement construite, elle cite à tort notre article (montrant des populations de mammifères abondantes dans la CEZ) à tort comme Smith et al ... '' plutôt que Deryabina et al …  » comme il se doit depuis Tatiana Deryabina était le premier auteur. Est-ce une erreur (nous les faisons tous)? Malheureusement, cette erreur cache le fait que les scientifiques biélorusses ont joué un rôle clé dans l’étude, de sorte que Manual for Survival peut affirmer (à tort) que cela a été fait par quelqu’un sans connaissance de la CEZ.

Les omissions dans cette section sont choquantes. Brown n’a pas parlé et ne mentionne pas la seule personne au monde qui est le plus étroitement associée à la faune à Tchernobyl: Sergey Gaschak. Sergey (à sa grande frustration parfois) est la personne à qui les journalistes semblent toujours aller pour se renseigner sur la faune dans la CEZ. Brown peut ne pas être d’accord avec l’opinion de Gaschak (formée à partir de 30 ans dans la zone et d’une connaissance intime des habitats et de la faune de la zone) selon laquelle la faune n’est pas significativement affectée par les radiations à Tchernobyl, mais elle devrait au moins le signaler. Gaschak a d’abord travaillé avec Møller et Mousseau mais a refusé de continuer: il ne faisait pas confiance à leurs rapports de données, en particulier sur l’influence de l’habitat sur la distribution des oiseaux [12]. Brown ne discute pas du travail de Ron Chesser et Robert Baker de la Texas Tech University qui ont passé de nombreuses années à étudier les petits mammifères dans le point chaud de la Forêt Rouge. Ils ont constaté que l’abondance des petits mammifères était similaire dans la forêt rouge aux zones témoins [13] et que les effets génétiques étaient subtils. Les réflexions de Chesser et Baker sur leur longue expérience de la recherche radioécologique à Tchernobyl sont des lectures essentielles pour comprendre ce problème. Encore une fois, vous n’avez pas besoin de fouiller dans les archives soviétiques: leur article, ignoré dans Manual for Survival, est dans American Scientist [14].

Effets sur la santé et maladie chronique des radiations
Ma foi en Brown en tant que journaliste précis des effets des radiations sur la santé a été un peu ébranlée quand j’ai été interviewée par elle. Bien qu’elle ait déjà écrit Plutopia (Oxford University Press, 2013), son récit fascinant, mais scientifiquement imparfait, des programmes d’armes nucléaires américains et soviétiques, elle ne savait très clairement pas que le cancer non lié aux radiations était très répandu dans le monde. Il existe une myriade de statistiques sur la santé à ce sujet, mais vous n’avez pas besoin de chercher aussi loin: Cancer Research UK, par exemple, indique sur son site Web (et dans sa publicité) la projection selon laquelle la moitié des citoyens britanniques auront un cancer à un moment donné. nos vies. J’ai été en outre choqué de lire dans ce livre de Tchernobyl (p 25) la déclaration chauve de Brown selon laquelle les radiations sont la seule cause connue de leucémie myéloïde, dans le contexte impliquant clairement (à tort) qu’il n’y a pas d’autres causes. Brown n’a examiné ni cité aucune des statistiques de santé publique sur l’incidence de la leucémie myéloïde dans les pays du monde entier. Elle ne cite pas non plus le rapport de la Hiroshima and Nagasaki Life Span Study (LSS) [15] qui présente clairement des preuves que le rayonnement est une cause de leucémie myéloïde (très importante à fortes doses), mais est très loin d’être la seule cause, en particulier à faibles débits de dose. Elle ne cite pas non plus sa propre déclaration à la page 168 selon laquelle «les dommages causés par les radiations sont difficiles à isoler et à détecter car ils ne provoquent pas de nouvelles maladies autonomes».

L’affirmation la plus controversée de ce livre est que le rayonnement à très faible dose provoque la maladie chronique des radiations. La maladie chronique des radiations est réelle, ayant été vue pour la première fois (mais reconnue tardivement) à des débits de dose très élevés chez les peintres à cadran au radium il y a un siècle. Elle a été observée chez des travailleurs hautement exposés de l’usine de production de plutonium de Mayak où elle a été diagnostiquée et traitée pour la première fois par Angelina Gus’kova. Dans la première partie du Manuel de survie, Gus’kova est à juste titre décrit comme un héros scientifique («Personne au monde n’avait traité plus de patients atteints de maladie radiologique que Gus’kova» p 13; «Travailler sur des centaines de patients .. .pendant trois décennies, Gus’kova a développé un recueil de connaissances sur la médecine radiologique qui n’avait pas d’équivalent dans le monde »p 15). Comme détaillé dans Manual for Survival, le travail de Gus’kova traitant les premières victimes de Tchernobyl (les 134 personnes souffrant du syndrome des radiations aiguës) a sauvé et prolongé de nombreuses vies. Brown met en contraste la compréhension profonde de Gus’kova de la maladie des radiations avec l’inexpérience relative du médecin américain, Robert Gale, qui a pris l’avion pour aider à soigner les victimes. Brown soutient, avec force, que Gale pensait qu’il savait mieux que le scientifique soviétique et ignorait son expertise.

Malheureusement, le médecin américain n’a pas été le seul à ignorer l’expertise d’Angelina Gus’kova: Brown elle-même le fait. Gus’kova a non seulement traité les personnes souffrant de maladie aiguë des radiations, mais a également contrôlé les évacués et a participé à l’étude des «  liquidateurs  », les centaines de milliers de personnes qui ont travaillé sur l’opération de nettoyage de Tchernobyl en 1986 et 87 et qui ont reçu certaines des doses de rayonnement les plus élevées. Dans un article de 2012, Gus’kova [16] a déclaré que «contrairement au premier groupe [les 134 victimes de l’ARS], ce deuxième groupe d’individus travaillant dans la zone de 30 km, tout comme la population exposée aux radiations [je souligne ], n’a présenté aucune manifestation de maladie des radiations ».

Ainsi, l’expert de renommée mondiale en maladie chronique des radiations a déclaré qu’elle ne croyait pas que ni l’énorme groupe de liquidateurs, ni la population exposée à des rayonnements chroniques à débit de dose relativement faible ne souffrent du mal des radiations. Kate Brown soutiendrait sans aucun doute que le statut élevé de Gus’kova dans la science atomique soviétique et russe lui a fait ignorer les preuves du contraire. Que vous croyiez Gus’kova ou non (je le crois), pour Brown d’exclure cette preuve clé d’un livre d’histoire sur les effets sur la santé de Tchernobyl est une omission de proportions monumentales.

Manual for Survival soutient que les scientifiques occidentaux en savaient moins sur les effets des radiations sur la santé que leurs homologues soviétiques (et post-soviétiques). Des preuves de dommages apparents à la santé des adultes, des enfants et des nouveau-nés dans les régions contaminées sont citées dans des archives en Ukraine et en Biélorussie. Brown affirme que l’étude sur la durée de vie d’Hiroshima et de Nagasaki (sur laquelle le système de radioprotection est largement, mais loin d’être entièrement basé) a manqué de nombreux effets précoces des radiations puisqu’elle n’a commencé qu’en 1950, cinq ans après le largage des bombes. C’est en partie, mais pas entièrement, vrai: les effets de l’exposition fœtale pourraient être et ont été étudiés [17]. Les effets sur les enfants dus à l’exposition pré-conception de leurs parents ont été étudiés et aucun effet n’a été trouvé [18] permettant d’estimer une limite supérieure du risque de mutation intergénérationnelle.

L’actualisation des preuves de l’étude sur la durée de vie permet à Brown de faire valoir que les rayonnements sont bien pires que ce que les organisations des Nations Unies et la Commission internationale de protection radiologique (CIPR) pensent (mais notez que ces organisations ont consulté et ont eu comme membres d’anciens scientifiques soviétiques clés, y compris l’expert en maladie des rayonnements Angelina Gus’kova). Étonnamment, cependant, Manual for Survival ignore presque toutes les autres preuves scientifiques internationales sur cette question. Des centaines de notes de bas de page détaillent les sources soviétiques et ex-soviétiques, mais il n’y a pratiquement pas de citations des nombreuses études épidémiologiques (pas seulement du LSS) et des milliers d’études radiobiologiques dans la littérature scientifique internationale (voir, pour un seul exemple, l’Oxford Restatement on ce numéro [19]). Les quelques sources internationales citées sont celles (dont certaines très controversées) qui sont en accord avec les diverses hypothèses contradictoires et déroutantes de Brown.

Qu’en est-il des statistiques de santé publique montrant apparemment d’énormes augmentations des malformations congénitales, des cancers et d’un large éventail d’autres maladies dans les populations des territoires contaminés? Bien que Brown ait apparemment découvert de nouvelles preuves d’archives (qui devraient être évaluées, si elles ne l’ont pas déjà été), je suis très sceptique. Je soupçonne (mais je ne sais pas) qu’une grande partie de ces preuves est similaire à celle présentée dans le rapport controversé de Yablokov [2] faisant état de près d’un million de morts à Tchernobyl. Je ne suis pas épidémiologiste, mais j’ai essayé d’examiner ces affirmations.

Premièrement, j’ai de nouveau examiné le rapport 2006 du Forum de l’OMS sur Tchernobyl [20]. Les 45 experts internationaux (dont des experts du Bélarus, de l’Ukraine et de la Russie) ont évalué une multitude de données sur les effets de Tchernobyl sur la santé. Le rapport (étrangement, à peine mentionné dans Manual for Survival) couvre un large éventail de résultats pour la santé, y compris les effets cancéreux et non cancéreux chez les adultes et les enfants, ainsi que les issues défavorables de la grossesse. Il arrive à une conclusion très différente de Manual for Survival. Les experts internationaux ont-ils ignoré ou manqué des preuves clés? Je pense que c’est très improbable, mais ce qui me manque dans le rapport de l’OMS, c’est une explication claire, en termes profanes, des raisons pour lesquelles ces preuves ne sont pas incluses.

J’ai examiné certaines (mais bien sûr pas toutes) de ces preuves et il me semble évident pourquoi une grande partie n’a pas été incluse dans l’analyse de l’OMS. Les études sur les effets sur la santé après Tchernobyl ont souffert de deux problèmes majeurs: des changements et des erreurs dans les rapports avant et après l’accident, et une difficulté à démêler les effets des rayonnements sur la santé de la crise de santé publique en cours pendant et après l’effondrement de l’Union soviétique. Ces deux effets sont réels: ils sont mentionnés dans le Manuel de survie, mais sont écartés lorsque des allégations d’effets énormes sur la santé des rayonnements sont faites.

Problèmes dans les rapports de santé. Je travaille actuellement dans le district de Narodichi en Ukraine sur un petit projet visant à améliorer un peu la vie des habitants des zones touchées en remettant en service des terres agricoles abandonnées, là où cela peut être fait en toute sécurité. Dans le cadre du projet, nous nous sommes entretenus avec Anatoly Prysyazhnyuk, cancérologue et épidémiologiste. Anatoly est né à Narodichi dans une famille de médecins locaux et est un citoyen honoré de Narodichi, mais travaillait à Kiev au moment de l’accident. Il nous a dit qu’en 1987, il avait été contacté par le chef de l’hôpital local. Le chef de l’hôpital était très préoccupé par le fait que les inscriptions au cancer avaient augmenté de manière significative depuis l’accident. Anatoly est retourné dans sa ville natale pour enquêter. Il a constaté que, en effet, les enregistrements de cancer avaient augmenté, mais que cela était dû à des changements signalés, et non à des radiations. Les changements dans la notification des résultats sanitaires sont réels et constituent un élément clé de l’interprétation des statistiques sanitaires, comme le savaient sans doute les 45 experts de l’OMS.

Utilisation abusive des statistiques de santé publique. Dans son examen du rapport défectueux de Yablokov [2], Mikhail Balonov [1] cite des données sur les taux de mortalité à travers la Russie depuis la chute de l’Union soviétique [21]. Comme le note Balonov, les taux de mortalité ont augmenté depuis 1991 dans toutes les régions de la Russie, même en Sibérie, à des milliers de kilomètres de Tchernobyl. Comme le montre la figure 1, les démographes ont attribué cela à la crise économique, à la consommation d’alcool et au tabagisme, et non aux radiations. Les tendances de la mortalité et d’autres résultats sanitaires sont compromis par cette crise sanitaire généralisée. La comparaison des statistiques de santé publique entre les régions contaminées et non contaminées est également très difficile en raison des changements démographiques connus dans les régions contaminées (les jeunes ont tendance à partir, les personnes âgées ont tendance à rester).

Zoom avant Zoom arrière
Réinitialiser la taille de l’image
Figure 1. Graphique illustrant les changements d’espérance de vie en Russie (non liés aux radiations) de 1981 à 2002 [29], perte d’espérance de vie dans le groupe de survivants de la bombe atomique à forte dose; prévalence du tabagisme dans les anciens pays soviétiques.

Télécharger la figure:

Image standard Image haute résolution
Curieusement, Kate Brown accepte des problèmes pour distinguer les effets des rayonnements dans les données sur la santé. Son traitement de l’étude de Fred Mettler sur 1656 habitants, enfants compris, des zones touchées et non touchées [22] révèle les énormes contradictions au cœur de la thèse de Brown. Manual for Survival rapporte le résultat de cette étude: aucune différence significative n’a pu être trouvée entre 853 habitants des zones contaminées et 803 habitants des zones témoins. Mais Brown poursuit en tentant de discréditer cette étude. Premièrement, elle fait valoir que les doses n’étaient pas différentes entre les régions témoins et les régions contaminées en raison du commerce des denrées alimentaires. Cela ne tient pas compte du fait que cela (tout en ayant peu de sens) a été vérifié dans l’étude: «Des échantillons de pain, de lait, de légumes et de viande ont également été examinés dans ces établissements témoins. L’analyse a révélé de faibles niveaux de contamination, comme prévu »(IAEA [22] pp 283–84).

Deuxièmement, Brown soutient qu’une étude de 1 600 personnes n’est pas suffisante pour trouver des preuves des effets à faible probabilité sur la santé d’un rayonnement à faible dose. Elle a raison, mais ce qui est étonnant, c’est qu’elle n’applique pas cette logique à nombre des autres affirmations de son livre. Dans la plupart des livres, elle semble revendiquer des effets majeurs sur la santé qui auraient été relevés par le dépistage de l’AIEA. En effet, le rapport [22] comprend une analyse de puissance de l’étude montrant quel type d’effet sur la santé l’étude pourrait détecter. Plus loin dans le livre, Brown soutient ses affirmations sur les effets non cancéreux des rayonnements sur la santé en se référant à des études à grande échelle (des centaines de milliers de sujets) qui peuvent (ou non) indiquer une légère augmentation du risque cardiovasculaire à de faibles débits de dose ( de l’ordre de la majorité des doses reçues par les populations touchées par Tchernobyl). Mais elle ignore le point clé: même s’ils sont réels, ces minuscules effets non cancéreux sur la santé n’ont pas d’importance significative pour la santé des personnes vivant dans des zones contaminées. Ce dont ils doivent s’inquiéter (et s’inquiètent souvent, bien sûr), comme cela a été souligné à maintes reprises [23, 24], ce sont les taux de chômage élevés, le mauvais état de leurs services de santé, leur alimentation, leur alimentation, le tabagisme. , consommation d’alcool, etc.

Cela ne veut pas dire que Tchernobyl n’a eu aucun effet sur la santé. Comme l’a noté Brown, l’effet du cancer qui peut être attribué le plus clairement et sans ambiguïté aux rayonnements est le cancer de la thyroïde chez les enfants et les adultes exposés dans leur enfance à l’I-131 à décomposition rapide dans les semaines qui ont suivi l’accident. L’augmentation dans les régions touchées était importante et pouvait être observée même dans les statistiques nationales de la santé: l’incidence annuelle au Bélarus, par exemple, est passée de moins d’un cas sur 100 000 avant 1986 à 7 à 8 cas pour 100 000 dans les années 90 [25 ] et reste élevée. Il existe des preuves d’une augmentation potentielle du cancer du sein [26], mais il convient de noter que cette étude a conclu que «les taux d’incidence du cancer du sein ajustés en fonction de l’âge dans les régions les plus contaminées du Bélarus et de l’Ukraine sont toujours inférieurs à ceux de l’Amérique du Nord et de l’Europe occidentale». . L’incidence d’autres cancers provenant de la reconstruction de dose à travers l’Europe a été estimée par Cardis et al [27, 28], si vous appliquez l’hypothèse linéaire sans seuil (LNT) selon laquelle même de petites doses de rayonnement comportent un risque potentiel.

Baies au radiocaesium en Polessie
Une allégation dans Manual for Survival est que, même après la période initiale de contamination par l’iode, les produits contaminés, en particulier le lait, étaient encore consommés par des personnes dans les années qui ont suivi l’accident, même s’ils dépassaient les limites (assez prudentes) pour le radiocaesium en produits alimentaires en place dans les anciens pays soviétiques. Encore une fois, ce n’est pas un fait historique caché dans les archives soviétiques: il est présent dans la littérature scientifique et dans les statistiques officielles des pays touchés. Dans mon livre co-écrit sur Tchernobyl [30], nous avons reproduit un tableau de Firsakova [31] montrant les changements dans le nombre de kilotonnes de lait et de viande des fermes collectives qui étaient au-dessus des limites d’intervention.

L’une des affirmations «  manchettes  » du Manual for Survival est que les baies contaminées contiennent jusqu’à 3000 Bq kg − 1 de 137Cs (bien au-dessus de la limite ukrainienne) et qu’elles peuvent être mélangées avec des baies non contaminées et exportées vers l’Europe occidentale. Bien sûr, ce n’est pas une bonne chose, mais est-ce vraiment une mauvaise chose? Manual for Survival implique que c’est vraiment dangereux, mais ne fournit aucun contexte pour aider le lecteur à évaluer quel est le risque. Cela peut aider à replacer cela dans le contexte qu’après Tchernobyl, le gouvernement norvégien a pris la décision difficile d’augmenter la limite des concentrations de 137Cs dans la viande de renne jusqu’à 6000 Bq kg − 1 (en 1994, elle a été réduite à 3000 Bq kg − 1). [32]. Pourquoi? Parce qu’ils ont raisonnablement équilibré le risque minime pour les éleveurs de rennes et les consommateurs norvégiens contre les dommages causés par une interdiction aux modes de vie et à la culture de la communauté des éleveurs. Je ne connais pas assez les cueilleurs de baies de Rivne, en Ukraine, pour prendre une telle décision, mais Brown a tort de dire que c’est très dangereux. Je ne préconise en aucun cas de permettre le dépassement des limites réglementaires, mais simplement que briser ces limites très prudentes ne signifie pas que quelque chose est dangereux. En tant que consommateur européen, si je parvenais d’une manière ou d’une autre (un événement extrêmement improbable) à manger un kg entier des baies les plus contaminées, j’aurais une dose supplémentaire équivalente à environ deux radiographies pulmonaires, un vol de retour de Los Angeles à New York. ou 250 fois inférieur à un scanner abdominal.

Les habitants de Polessie consomment en permanence des produits contaminés: c’est pourquoi nous calculons la dose globale. Seule une petite proportion de personnes vivant actuellement dans les régions contaminées reçoit une dose supérieure à 2 mSv par an et la grande majorité reçoit une dose inférieure à 1 mSv par an. Ces débits de dose correspondent bien à la variation du rayonnement de fond naturel dans le monde.

Essais d’armes nucléaires
Manual for Survival soutient que Tchernobyl n’était qu’une accélération d’un processus, dommageable pour toute la planète, commencé lors des essais de bombes atmosphériques des années 50 et 60. Je suis d’accord avec Brown que, si vous croyez en l’hypothèse LNT selon laquelle chaque petite dose de rayonnement comporte un risque, alors les conséquences sur la santé mondiale des essais d’armes nucléaires atmosphériques sont énormes. Comme beaucoup d’allégations dans Manual for Survival, cette affirmation est traitée comme une nouvelle, mais ce n’est qu’une nouvelle alarmante si vous ignorez la masse des preuves scientifiques. Le Comité scientifique des Nations Unies sur les effets des rayonnements atomiques (UNSCEAR) a publié de nombreux rapports à ce sujet. La dose collective estimée à partir des essais d’armes atmosphériques est énorme et éclipse celle de Tchernobyl. Mais les doses individuelles sont, bien entendu, faibles: l’UNSCEAR [33] rapporte un pic de dose efficace totale annuelle en 1963 dans la région de 0,1 mSv. Cela correspond à peu près à la dose équivalente à un vol aller-retour Londres-Los Angeles (à partir du rayonnement cosmique) pour tout le monde dans l’hémisphère nord et à environ un trentième des débits de dose annuels de rayonnement de fond naturel. Toute dose supplémentaire au-dessus du niveau de fond pourrait être un risque potentiel. Mais l’affirmation vague de Brown selon laquelle cela pourrait être une cause importante d’augmentation à long terme de l’incidence du cancer dans le monde, sans aucune preuve à l’appui, n’est pas convaincante, c’est le moins qu’on puisse dire.

Omissions et erreurs
L’un des principaux défauts de ce livre est que le vaste corpus de connaissances de la littérature scientifique internationale est presque complètement ignoré. Les autres omissions que j’ai notées sont: aucune discussion sur la radioactivité naturelle, aucune mention du traitement thyroïdien par l’I-131, des doses diagnostiques médicales ou toutes les preuves épidémiologiques issues de procédures diagnostiques médicales et thérapeutiques. Il y a plus d’omissions et beaucoup plus d’erreurs que je n’ai eu l’espace pour le signaler ici.

Briser les lois de la physique
Ce sont peut-être des points mineurs, mais je pense que cela indique quelque chose à propos de la mauvaise qualité de ce livre lorsque je dois souligner que Manual for Survival donne foi à trois affirmations qui enfreignent les lois actuelles de la physique:

1.
Cela donne apparemment du crédit à l’idée (p 215) que les essais d’armes nucléaires sur Terre, à travers le vide de l’espace, ont influencé d’une manière ou d’une autre l’activité de l’éruption solaire du Soleil. Il est vrai que les armes nucléaires ont un pouvoir destructeur terrifiant – les plus grosses équivalent à 50 mégatonnes de TNT. Je pourrais écrire un essai sur les raisons pour lesquelles ceux-ci ne pourraient pas influencer l’activité des éruptions solaires, mais peut-être qu’une comparaison de l’énergie relative est la meilleure. J’ai étudié l’astrophysique il y a plus de 30 ans et j’ai oublié ce que j’ai appris sur les éruptions solaires, alors je suis allé sur le site Web de la NASA (https://visibleearth.nasa.gov/view.php?id=55580). J’ai découvert que «les éruptions solaires … sont capables de libérer autant d’énergie qu’un milliard de mégatonnes de TNT», vingt millions de fois plus gros que la plus grosse bombe nucléaire. L’activité solaire, bien sûr, affecte la Terre, notamment dans les particules chargées contribuant au rayonnement de fond cosmique et naturel que nous recevons tous chaque jour. L’omission étonnante de toute discussion sur les doses de rayonnement naturel n’est qu’un autre défaut fatal du Manuel de survie.
2.
Il rapporte (p 302) que «la période pendant laquelle la moitié des 137Cs disparaîtra des forêts de Tchernobyl sera comprise entre 180 et 320 ans», citant le magazine «Wired». La demi-vie de désintégration physique du 137Cs est d’environ 30,2 ans. Dans les années qui ont suivi Tchernobyl, il a été souligné à maintes reprises, par moi et par beaucoup d’autres, que dans les sols riches en matière organique, la demi-vie écologique effective du 137Cs s’approche de sa demi-vie de décomposition physique (par exemple [34]). Mais cela ne peut pas dépasser 30,2 ans, à moins, bien sûr, que les lois de la physique ne soient erronées.
3.
Le dosimètre de Kate Brown «sautait dans l’alarme» dans la zone la plus contaminée de la Forêt Rouge (p 125), apparemment en raison d’un précédent incendie de forêt. J’ai du mal à comprendre ce que Brown veut dire ici, mais elle semble prétendre que son dosimètre lisait 1000 μSv h − 1 alors que normalement la Forêt Rouge lit (très haut) 50–100 μSv h − 1. Ici, Brown affirme qu’un incendie de l’année précédente a entraîné une augmentation de 10 fois du débit de dose parce que le feu a libéré de la radioactivité. Encore une fois, il y a tellement de mal dans cette hypothèse que je ne sais pas par où commencer. Oui, les incendies de forêt peuvent libérer de petites quantités de radioactivité dans l’air, mais pourquoi cela devrait-il avoir une influence significative (10 ×) sur les débits de dose gamma externes? Pour comprendre les effets des incendies de forêt sur la remise en suspension des radionucléides, Brown aurait pu étudier et citer des travaux antérieurs à ce sujet, par ex. [35].
Les lois de la physique ne sont pas gravées dans le marbre et les physiciens font également des erreurs, mais je ne pense pas que nous allons commencer à réécrire les manuels pour le moment. Je ne m’attends pas à ce que Brown comprenne toute la physique de la radioprotection, mais je m’attends à ce qu’elle tienne compte de l’énorme quantité de connaissances et d’opinions scientifiques disponibles.

Que pouvons-nous apprendre de ce livre?
Dans cette revue, je me suis nécessairement concentré principalement sur les (nombreux) défauts et omissions du livre. Manual for Survival est une polémique, pas un livre d’histoire et encore moins un livre scientifique. Brown est à juste titre en colère contre les dissimulations soviétiques (et certaines occidentales), les délocalisations aléatoires et souvent inefficaces. Après Tchernobyl, les gens ont reçu des doses plus importantes que ce dont ils avaient besoin, en particulier les doses thyroïdiennes impardonnablement élevées en raison de l’incapacité de prévenir l’ingestion de 131I dans les premières semaines après l’accident. Elle est également fâchée que les personnes vivant dans les zones contaminées de Tchernobyl aient apparemment été oubliées par la communauté internationale. Les efforts scientifiques et humanitaires internationaux (à de nombreuses exceptions notables) ont été fragmentaires, souvent avec un financement limité et irrégulier, et ont très souvent échoué (en partie à cause de la complexité du travail dans les pays post-soviétiques). Je comparerais le financement incohérent du réaménagement économique dans les zones contaminées de Tchernobyl avec les quelque 1,5 milliard de dollars engagés dans le projet de nouveau confinement sûr et de déclassement des réacteurs.

Je me souviens très bien, au milieu des années 1990, d’étudier les poissons du lac Kozhanovskoe en Russie. Le poisson avait accumulé des concentrations d’activité de 137Cs bien au-dessus des limites d’intervention, mais les gens mangeaient toujours le poisson. Naïvement, j’ai demandé à un pêcheur pourquoi il mangeait ces poissons: il m’a regardé d’un air vide – comme si j’étais venu d’un autre monde – et a répondu sèchement: «qu’attendez-vous que je mange?». À l’époque, il y avait peu de nourriture dans les magasins ruraux. À ce moment-là, j’ai réalisé que la radioactivité du poisson était le moindre des problèmes du pêcheur.

Je suis fâché que trop souvent, dans les pays touchés et à l’étranger, des mythes sur les radiations se soient répandus: je pense que ceux-ci causent de réels dommages à la vie des gens et ont sans aucun doute entravé la reprise après la catastrophe. Manual for Survival perpétue nombre de ces mythes, mais je pense que nous devrions en tirer des leçons. Je suis également en colère contre moi-même et mon domaine scientifique de ne pas avoir travaillé plus dur pour contrer ces mythes. Kate Brown a une compétence de journaliste pour capturer les tragédies individuelles de la vie de nombreuses personnes dans les terres contaminées de Tchernobyl et elle en fait bon usage pour décrire ses nombreuses visites dans ces régions. Le problème est réel, mais je pense que le diagnostic proposé dans Manual for Survival est très faux et dommageable. Les habitants des zones touchées par Tchernobyl ont besoin de plus d’emplois, de plus de développement économique, de meilleurs soins de santé et d’une meilleure nutrition. Les rayonnements actuels devraient être la moindre de leurs préoccupations, même si je comprends pourquoi beaucoup (pas tous) s’inquiètent encore.

Remerciements
Je bénéficie actuellement d’un financement du projet iCLEAR du UK Natural Environment Research Council – Innovating the Tchernobyl Landscape: Environmental Assessment for Rehabilitation and Management (NE / R009619 / 1).

Conflit d’intérêt
J’ai déjà reçu un petit montant de financement de l’industrie nucléaire et un projet plus vaste de la partie NERC financé par Radioactive Waste Management et l’Agence britannique pour l’environnement. Cela sera probablement perçu par certains comme un conflit d’intérêts. Je suis fier d’apporter une petite contribution à la dépollution de l’héritage des déchets nucléaires du Royaume-Uni et à un débat sur l’avenir de l’énergie nucléaire basé sur des preuves scientifiques.

.Fermez cette notification
Piracy Threat – Mise à jour importante pour garder vos informations en sécurité. Cliquez ici pour plus d’informations.
Accueil IOP Science
Aller au contenu
Aide à l’accessibilité
Journal de la protection radiologique
ARTICLE D’OPINION • L’ARTICLE SUIVANT ISOPEN ACCESS
Examen du manuel de survie par Kate Brown
Jim Smith1

Publié le 21 février 2020 • © 2020 Society for Radiological Protection. Publié au nom de SRP par IOP Publishing Limited. Tous les droits sont réservés.
Journal of Radiological Protection, Volume 40, Numéro 1
Citation Jim Smith 2020 J. Radiol. Prot. 40 337
Télécharger l’article PDF
3940 Total des téléchargements

Activer MathJax
Partagez cet article

Informations sur l’article
Abstrait
Ma revue, basée sur près de trente ans de recherche sur Tchernobyl et des dizaines de visites dans les zones contaminées du Bélarus, de l’Ukraine et de la Russie, fait valoir que Manual for Survival ignore les milliers d’études scientifiques sur Tchernobyl qui sont disponibles dans la littérature scientifique internationale. Ce faisant, il présente un compte rendu biaisé et trompeur des effets de l’accident sur la santé et l’environnement. Je crois que ce livre ne fait que perpétuer les nombreux mythes sur les effets des accidents et n’a que très peu de bases scientifiques solides.

Exporter la citation et le résumé
BibTeX RIS
Article précédent en question
Article suivant en question

Le contenu original de cette œuvre peut être utilisé sous les termes de la licence Creative Commons Attribution 3.0. Toute autre distribution de ce travail doit maintenir l’attribution aux auteurs et le titre de l’œuvre, la citation de la revue et le DOI.

Manual for Survival est une histoire intéressante, mais profondément imparfaite, des impacts sanitaires et environnementaux de Tchernobyl, la pire catastrophe technologique de l’histoire de l’humanité. Il ne serait que trop facile de le rejeter pour ses multiples omissions, incohérences et erreurs. Mais il est important que nous, membres de la communauté de la radioprotection, le prenions au sérieux et réagissions en détail à ses allégations – des effets majeurs des rayonnements à faible dose que nous avons manqués – avec des preuves claires et une explication de la raison pour laquelle nous pensons que c’est faux d’une manière qui non -les spécialistes peuvent clairement comprendre. À l’exception notable de la réponse de Mikhail Balonov [1] au rapport de Yablokov [2] sur Tchernobyl, je pense que c’est quelque chose que nous n’avons pas réussi à faire avec les affirmations précédentes sur les effets majeurs des radiations à faible dose après Tchernobyl.

J’ai été interviewé par Kate Brown pour ce livre lors d’une réunion en Floride sur les effets des radiations sur la faune à Tchernobyl. Pendant environ une heure et demie, j’ai été soumis à ce qui m’a semblé être un contre-interrogatoire agressif sur une vaste gamme de sujets liés aux radiations, y compris les études sur les survivants des bombes d’Hiroshima et de Nagasaki, le cancer, les effets sur la faune, la contamination des aliments et la dose. reconstruction. J’ai répondu à toutes ses questions et là où j’avais des doutes plus tard, j’ai fourni des informations et des preuves. Je suis sorti de l’entretien en me sentant épuisé mentalement (vraiment!) Mais néanmoins heureux, voire un peu exalté. Malgré mes réserves sur ses connaissances scientifiques, je pensais que c’était une historienne sérieuse et impartiale déterminée à découvrir la vérité sur la question extrêmement complexe et controversée des conséquences sanitaires et environnementales de Tchernobyl.

J’ai eu tort.

En obtenant la copie de critique de ce livre, je n’ai pas pu m’empêcher de me tourner d’abord vers les pages traitant de mon entretien (je suppose que la plupart des gens feraient de même). J’ai été choqué et déçu de constater que les informations et les opinions que j’avais données sur les effets des radiations sur la faune à Tchernobyl avaient été rejetées. Selon Brown, j’étais un physicien (utilisé presque comme un terme d’abus dans le contexte) qui n’a pas jugé nécessaire d’aller à Tchernobyl pour tirer mes conclusions préformées sur les effets de l’accident. Brown n’a pas rapporté ce que je lui avais dit – j’ai étudié pour la première fois les retombées de Tchernobyl dans la région des lacs anglais en 1990 et j’ai d’abord effectué des travaux sur le terrain dans les zones touchées par Tchernobyl en Ukraine et en Biélorussie en 1994. Je me souviens clairement que j’étais assez inquiet de ce qu’ils étaient – à cette époque – des risques de rayonnement largement inconnus à Tchernobyl. J’ai arrêté de compter le nombre de fois où j’ai visité les zones contaminées de Tchernobyl depuis, mais je suppose que c’est autour de 40. Je suis heureux d’être discuté, mais il est médiocre et biaisé de rejeter mon témoignage (et celui de mon Bélarussien collègues qui ont travaillé dans la zone d’exclusion pendant de nombreuses années).

Ceci, je pense, n’est qu’un symptôme d’une approche profondément imparfaite des informations complexes sur Tchernobyl, mais je vais essayer de donner à ce livre une critique aussi juste que possible. Vous pouvez juger si j’y suis parvenu, mais ce sera certainement plus approfondi que les critiques plutôt superficielles et trompeuses fournies par Nature [3] et un certain nombre d’autres revues et journaux.

Dosimétrie et reconstruction de dose
Le traitement de la dose de rayonnement et de l’estimation de la dose est incontestablement biaisé dans ce livre. L’auteur souhaite faire valoir que «les physiciens» se sont trompés sur les doses de rayonnement après Tchernobyl. Elle commence par une description d’une entrevue avec Lynn Anspaugh, une experte en radiation de renommée internationale qui, entre autres, a codirigé le rapport 2006 du forum «environnemental» de l’AIEA sur Tchernobyl [4]. Au cours de ma brève expérience de contact avec lui lors de la préparation du rapport, je l’ai trouvé très bien informé sur les nombreux aspects du rayonnement et de la reconstruction des doses après Tchernobyl. Kate Brown n’est apparemment pas arrivée à la même conclusion. De son entretien téléphonique, elle tire une information: au début, Anspaugh (estimant vraisemblablement la contamination globale totale de Tchernobyl) n’a pris que deux points de données pour estimer les retombées dans l’ensemble de la Roumanie. Elle utilise ensuite cette information pour tenter de discréditer tout le domaine de la dosimétrie de radioprotection! Je suppose qu’en bon scientifique, Anspaugh s’est rendu compte que dans une estimation initiale des impacts de Tchernobyl (il y a eu de bien meilleures estimations depuis l’inclusion de l’Atlas Russie / Biélorussie / Ukraine / UE [5] et bien d’autres), que les retombées en La Roumanie n’allait pas faire trop de différence et il a fait la meilleure estimation possible.

Ce qui est étonnant (littéralement, époustouflant), c’est que Manual for Survival omet de mentionner, dans la section du livre consacrée à la dosimétrie, toutes les mesures effectuées dans les années qui ont suivi l’accident dans les anciens pays soviétiques et à l’étranger. Je crois que Brown qu’à l’époque soviétique, les informations à ce sujet étaient (impardonnablement) gardées secrètes, mais elles sont là et maintenant vous n’avez pas à fouiller dans les archives soviétiques pour les trouver: rapports et résultats (mais malheureusement pas toutes les données originales ) font partie de la littérature scientifique internationale depuis plus de 20 ans. Par exemple, dans son article pour la conférence de Minsk de 1996 [6], Mikhail Balonov a rapporté «un million de mesures de 134Cs et 137Cs dans le corps».

Ceux qui cherchent à critiquer le consensus sur Tchernobyl accusent souvent les scientifiques de se concentrer uniquement sur un isotope: le radiocaesium. Il est vrai qu’il y a beaucoup plus de mesures et d’études sur le césium que sur d’autres isotopes, car il a une durée de vie relativement longue et peut être mesuré raisonnablement bon marché et facilement par spectrométrie gamma et comptage du corps entier. Mais cela ne signifie pas que d’autres isotopes ont été ignorés: la littérature scientifique contient de nombreux articles sur de nombreux autres isotopes, y compris 131I 90Sr et des éléments transuraniens auxquels Brown aurait pu faire référence, mais qu’il a choisi de ne pas faire. Le court article de Balonov à lui seul [6] mentionne des centaines de mesures du 90Sr, discute du changement des isotopes contribuant à la dose au fil du temps depuis l’accident et présente des modèles de dosimétrie qui incluent les isotopes clés nécessaires pour la prévision à long terme. Il en existe de nombreux autres présentant des modèles de reconstruction de dose. Brown fait beaucoup de cas du «cocktail» de radionucléides auxquels les résidents ont été exposés, en particulier 90Sr: cela a également été abordé dans la littérature scientifique. Balonov [6] déclare: «… en raison de la faible teneur en 90Sr dans le rejet de Tchernobyl et des [faibles] retombées en dehors de la zone de 30 km, sa contribution à la dose efficace interne ne dépasse pas 5 à 10%, selon l’apport calcul et mesures directes de 90Sr dans des os humains (échantillons d’autopsie). Une contribution similaire de l’inhalation de 238Pu 239, Pu 240, Pu et 241Am provenant de 241Pu ne dépassera pas 1% même pour les travailleurs en extérieur ». Il existe une multitude d’autres informations sur tous les aspects de la dosimétrie dans la littérature scientifique, soit des centaines, voire des milliers d’articles. Encore une fois, Brown n’a pas à croire Balonov et tous les autres scientifiques, mais omettre cette preuve est choquant.

Ayant écarté la méthode d’estimation et de reconstruction de dose «des physiciens», Manual for Survival poursuit en affirmant que «les médecins» disposaient d’une méthode bien meilleure qui a été ignorée. Elle cite un travail de Vorobiev (je n’ai pas vu ce travail en russe, mais j’essaierai d’en obtenir une copie) qui revendique une méthode de biodosimétrie basée sur l’analyse des dommages chromosomiques qui est beaucoup plus précise que le comptage du corps entier et la reconstruction de dose. Cette méthode semble donner des doses accumulées beaucoup plus élevées que les méthodes «des physiciens».

Est-il vrai que les méthodes de biodosimétrie sont meilleures que les mesures et les modèles physiques? Autant que je sache, la communauté de la radioprotection n’utilise que la biodosimétrie pour reconstituer les doses après des expositions élevées qui n’ont pas pu être évaluées à l’aide de méthodes physiques. Même les tentatives les plus récentes (utilisant une technologie beaucoup plus sophistiquée que celle disponible en 1986) pour développer un biomarqueur de rayonnement unique pour une exposition à faible dose ont échoué. J’ai vérifié cela avec Geraldine Thomas, professeur de pathologie moléculaire à l’Imperial College et elle a confirmé (comm. Pers.) Que la biodosimétrie ne fonctionne bien que pour des doses élevées. Cela ne veut pas dire que de telles tentatives ne sont pas utiles, mais simplement que l’affirmation de Brown selon laquelle les méthodes biodosimétriques dans l’ex-Union soviétique étaient meilleures que la mesure directe des émetteurs gamma et la reconstruction de dose pour d’autres nucléides est très peu appuyée.

Effets sur la faune
Cette section est tellement biaisée et trompeuse que je ne sais pas par où commencer. Brown a choisi de croire aux preuves d’Anders P. Møller et Tim Mousseau selon lesquelles il existe des effets majeurs du rayonnement sur les organismes à Tchernobyl à des débits de dose bien inférieurs aux prévisions et que la faune est gravement endommagée dans la zone d’exclusion de Tchernobyl (CEZ). Dans d’autres parties du livre, Brown prend soin de remettre en question la véracité de ses sources. Mais étonnamment, elle omet de mentionner: Anders P Møller est un scientifique très controversé (en radioécologie et dans son domaine précédent de biologie évolutionniste): un article dans Nature rapporte qu’il a été une fois reconnu coupable de manipulation de données par le Comité danois sur la malhonnêteté scientifique ( Nature 427 381, 2004). Cela ne signifie pas automatiquement que lui et Mousseau se trompent sur l’étendue des effets de Tchernobyl, mais il y a beaucoup de preuves qu’ils le sont, par exemple. [7–11]. Brown rejette les témoignages de mes collègues (y compris des scientifiques biélorusses) et moi en m’appelant physicien et en laissant entendre que je ne suis jamais allé à Tchernobyl. Fait intéressant, dans la liste de notes de bas de page apparemment méticuleusement construite, elle cite à tort notre article (montrant des populations de mammifères abondantes dans la CEZ) à tort comme Smith et al ... '' plutôt que Deryabina et al …  » comme il se doit depuis Tatiana Deryabina était le premier auteur. Est-ce une erreur (nous les faisons tous)? Malheureusement, cette erreur cache le fait que les scientifiques biélorusses ont joué un rôle clé dans l’étude, de sorte que Manual for Survival peut affirmer (à tort) que cela a été fait par quelqu’un sans connaissance de la CEZ.

Les omissions dans cette section sont choquantes. Brown n’a pas parlé et ne mentionne pas la seule personne au monde qui est le plus étroitement associée à la faune à Tchernobyl: Sergey Gaschak. Sergey (à sa grande frustration parfois) est la personne à qui les journalistes semblent toujours aller pour se renseigner sur la faune dans la CEZ. Brown peut ne pas être d’accord avec l’opinion de Gaschak (formée à partir de 30 ans dans la zone et d’une connaissance intime des habitats et de la faune de la zone) selon laquelle la faune n’est pas significativement affectée par les radiations à Tchernobyl, mais elle devrait au moins le signaler. Gaschak a d’abord travaillé avec Møller et Mousseau mais a refusé de continuer: il ne faisait pas confiance à leurs rapports de données, en particulier sur l’influence de l’habitat sur la distribution des oiseaux [12]. Brown ne discute pas du travail de Ron Chesser et Robert Baker de la Texas Tech University qui ont passé de nombreuses années à étudier les petits mammifères dans le point chaud de la Forêt Rouge. Ils ont constaté que l’abondance des petits mammifères était similaire dans la forêt rouge aux zones témoins [13] et que les effets génétiques étaient subtils. Les réflexions de Chesser et Baker sur leur longue expérience de la recherche radioécologique à Tchernobyl sont des lectures essentielles pour comprendre ce problème. Encore une fois, vous n’avez pas besoin de fouiller dans les archives soviétiques: leur article, ignoré dans Manual for Survival, est dans American Scientist [14].

Effets sur la santé et maladie chronique des radiations
Ma foi en Brown en tant que journaliste précis des effets des radiations sur la santé a été un peu ébranlée quand j’ai été interviewée par elle. Bien qu’elle ait déjà écrit Plutopia (Oxford University Press, 2013), son récit fascinant, mais scientifiquement imparfait, des programmes d’armes nucléaires américains et soviétiques, elle ne savait très clairement pas que le cancer non lié aux radiations était très répandu dans le monde. Il existe une myriade de statistiques sur la santé à ce sujet, mais vous n’avez pas besoin de chercher aussi loin: Cancer Research UK, par exemple, indique sur son site Web (et dans sa publicité) la projection selon laquelle la moitié des citoyens britanniques auront un cancer à un moment donné. nos vies. J’ai été en outre choqué de lire dans ce livre de Tchernobyl (p 25) la déclaration chauve de Brown selon laquelle les radiations sont la seule cause connue de leucémie myéloïde, dans le contexte impliquant clairement (à tort) qu’il n’y a pas d’autres causes. Brown n’a examiné ni cité aucune des statistiques de santé publique sur l’incidence de la leucémie myéloïde dans les pays du monde entier. Elle ne cite pas non plus le rapport de la Hiroshima and Nagasaki Life Span Study (LSS) [15] qui présente clairement des preuves que le rayonnement est une cause de leucémie myéloïde (très importante à fortes doses), mais est très loin d’être la seule cause, en particulier à faibles débits de dose. Elle ne cite pas non plus sa propre déclaration à la page 168 selon laquelle «les dommages causés par les radiations sont difficiles à isoler et à détecter car ils ne provoquent pas de nouvelles maladies autonomes».

L’affirmation la plus controversée de ce livre est que le rayonnement à très faible dose provoque la maladie chronique des radiations. La maladie chronique des radiations est réelle, ayant été vue pour la première fois (mais reconnue tardivement) à des débits de dose très élevés chez les peintres à cadran au radium il y a un siècle. Elle a été observée chez des travailleurs hautement exposés de l’usine de production de plutonium de Mayak où elle a été diagnostiquée et traitée pour la première fois par Angelina Gus’kova. Dans la première partie du Manuel de survie, Gus’kova est à juste titre décrit comme un héros scientifique («Personne au monde n’avait traité plus de patients atteints de maladie radiologique que Gus’kova» p 13; «Travailler sur des centaines de patients .. .pendant trois décennies, Gus’kova a développé un recueil de connaissances sur la médecine radiologique qui n’avait pas d’équivalent dans le monde »p 15). Comme détaillé dans Manual for Survival, le travail de Gus’kova traitant les premières victimes de Tchernobyl (les 134 personnes souffrant du syndrome des radiations aiguës) a sauvé et prolongé de nombreuses vies. Brown met en contraste la compréhension profonde de Gus’kova de la maladie des radiations avec l’inexpérience relative du médecin américain, Robert Gale, qui a pris l’avion pour aider à soigner les victimes. Brown soutient, avec force, que Gale pensait qu’il savait mieux que le scientifique soviétique et ignorait son expertise.

Malheureusement, le médecin américain n’a pas été le seul à ignorer l’expertise d’Angelina Gus’kova: Brown elle-même le fait. Gus’kova a non seulement traité les personnes souffrant de maladie aiguë des radiations, mais a également contrôlé les évacués et a participé à l’étude des «  liquidateurs  », les centaines de milliers de personnes qui ont travaillé sur l’opération de nettoyage de Tchernobyl en 1986 et 87 et qui ont reçu certaines des doses de rayonnement les plus élevées. Dans un article de 2012, Gus’kova [16] a déclaré que «contrairement au premier groupe [les 134 victimes de l’ARS], ce deuxième groupe d’individus travaillant dans la zone de 30 km, tout comme la population exposée aux radiations [je souligne ], n’a présenté aucune manifestation de maladie des radiations ».

Ainsi, l’expert de renommée mondiale en maladie chronique des radiations a déclaré qu’elle ne croyait pas que ni l’énorme groupe de liquidateurs, ni la population exposée à des rayonnements chroniques à débit de dose relativement faible ne souffrent du mal des radiations. Kate Brown soutiendrait sans aucun doute que le statut élevé de Gus’kova dans la science atomique soviétique et russe lui a fait ignorer les preuves du contraire. Que vous croyiez Gus’kova ou non (je le crois), pour Brown d’exclure cette preuve clé d’un livre d’histoire sur les effets sur la santé de Tchernobyl est une omission de proportions monumentales.

Manual for Survival soutient que les scientifiques occidentaux en savaient moins sur les effets des radiations sur la santé que leurs homologues soviétiques (et post-soviétiques). Des preuves de dommages apparents à la santé des adultes, des enfants et des nouveau-nés dans les régions contaminées sont citées dans des archives en Ukraine et en Biélorussie. Brown affirme que l’étude sur la durée de vie d’Hiroshima et de Nagasaki (sur laquelle le système de radioprotection est largement, mais loin d’être entièrement basé) a manqué de nombreux effets précoces des radiations puisqu’elle n’a commencé qu’en 1950, cinq ans après le largage des bombes. C’est en partie, mais pas entièrement, vrai: les effets de l’exposition fœtale pourraient être et ont été étudiés [17]. Les effets sur les enfants dus à l’exposition pré-conception de leurs parents ont été étudiés et aucun effet n’a été trouvé [18] permettant d’estimer une limite supérieure du risque de mutation intergénérationnelle.

L’actualisation des preuves de l’étude sur la durée de vie permet à Brown de faire valoir que les rayonnements sont bien pires que ce que les organisations des Nations Unies et la Commission internationale de protection radiologique (CIPR) pensent (mais notez que ces organisations ont consulté et ont eu comme membres d’anciens scientifiques soviétiques clés, y compris l’expert en maladie des rayonnements Angelina Gus’kova). Étonnamment, cependant, Manual for Survival ignore presque toutes les autres preuves scientifiques internationales sur cette question. Des centaines de notes de bas de page détaillent les sources soviétiques et ex-soviétiques, mais il n’y a pratiquement pas de citations des nombreuses études épidémiologiques (pas seulement du LSS) et des milliers d’études radiobiologiques dans la littérature scientifique internationale (voir, pour un seul exemple, l’Oxford Restatement on ce numéro [19]). Les quelques sources internationales citées sont celles (dont certaines très controversées) qui sont en accord avec les diverses hypothèses contradictoires et déroutantes de Brown.

Qu’en est-il des statistiques de santé publique montrant apparemment d’énormes augmentations des malformations congénitales, des cancers et d’un large éventail d’autres maladies dans les populations des territoires contaminés? Bien que Brown ait apparemment découvert de nouvelles preuves d’archives (qui devraient être évaluées, si elles ne l’ont pas déjà été), je suis très sceptique. Je soupçonne (mais je ne sais pas) qu’une grande partie de ces preuves est similaire à celle présentée dans le rapport controversé de Yablokov [2] faisant état de près d’un million de morts à Tchernobyl. Je ne suis pas épidémiologiste, mais j’ai essayé d’examiner ces affirmations.

Premièrement, j’ai de nouveau examiné le rapport 2006 du Forum de l’OMS sur Tchernobyl [20]. Les 45 experts internationaux (dont des experts du Bélarus, de l’Ukraine et de la Russie) ont évalué une multitude de données sur les effets de Tchernobyl sur la santé. Le rapport (étrangement, à peine mentionné dans Manual for Survival) couvre un large éventail de résultats pour la santé, y compris les effets cancéreux et non cancéreux chez les adultes et les enfants, ainsi que les issues défavorables de la grossesse. Il arrive à une conclusion très différente de Manual for Survival. Les experts internationaux ont-ils ignoré ou manqué des preuves clés? Je pense que c’est très improbable, mais ce qui me manque dans le rapport de l’OMS, c’est une explication claire, en termes profanes, des raisons pour lesquelles ces preuves ne sont pas incluses.

J’ai examiné certaines (mais bien sûr pas toutes) de ces preuves et il me semble évident pourquoi une grande partie n’a pas été incluse dans l’analyse de l’OMS. Les études sur les effets sur la santé après Tchernobyl ont souffert de deux problèmes majeurs: des changements et des erreurs dans les rapports avant et après l’accident, et une difficulté à démêler les effets des rayonnements sur la santé de la crise de santé publique en cours pendant et après l’effondrement de l’Union soviétique. Ces deux effets sont réels: ils sont mentionnés dans le Manuel de survie, mais sont écartés lorsque des allégations d’effets énormes sur la santé des rayonnements sont faites.

Problèmes dans les rapports de santé. Je travaille actuellement dans le district de Narodichi en Ukraine sur un petit projet visant à améliorer un peu la vie des habitants des zones touchées en remettant en service des terres agricoles abandonnées, là où cela peut être fait en toute sécurité. Dans le cadre du projet, nous nous sommes entretenus avec Anatoly Prysyazhnyuk, cancérologue et épidémiologiste. Anatoly est né à Narodichi dans une famille de médecins locaux et est un citoyen honoré de Narodichi, mais travaillait à Kiev au moment de l’accident. Il nous a dit qu’en 1987, il avait été contacté par le chef de l’hôpital local. Le chef de l’hôpital était très préoccupé par le fait que les inscriptions au cancer avaient augmenté de manière significative depuis l’accident. Anatoly est retourné dans sa ville natale pour enquêter. Il a constaté que, en effet, les enregistrements de cancer avaient augmenté, mais que cela était dû à des changements signalés, et non à des radiations. Les changements dans la notification des résultats sanitaires sont réels et constituent un élément clé de l’interprétation des statistiques sanitaires, comme le savaient sans doute les 45 experts de l’OMS.

Utilisation abusive des statistiques de santé publique. Dans son examen du rapport défectueux de Yablokov [2], Mikhail Balonov [1] cite des données sur les taux de mortalité à travers la Russie depuis la chute de l’Union soviétique [21]. Comme le note Balonov, les taux de mortalité ont augmenté depuis 1991 dans toutes les régions de la Russie, même en Sibérie, à des milliers de kilomètres de Tchernobyl. Comme le montre la figure 1, les démographes ont attribué cela à la crise économique, à la consommation d’alcool et au tabagisme, et non aux radiations. Les tendances de la mortalité et d’autres résultats sanitaires sont compromis par cette crise sanitaire généralisée. La comparaison des statistiques de santé publique entre les régions contaminées et non contaminées est également très difficile en raison des changements démographiques connus dans les régions contaminées (les jeunes ont tendance à partir, les personnes âgées ont tendance à rester).

Zoom avant Zoom arrière
Réinitialiser la taille de l’image
Figure 1. Graphique illustrant les changements d’espérance de vie en Russie (non liés aux radiations) de 1981 à 2002 [29], perte d’espérance de vie dans le groupe de survivants de la bombe atomique à forte dose; prévalence du tabagisme dans les anciens pays soviétiques.

Télécharger la figure:

Image standard Image haute résolution
Curieusement, Kate Brown accepte des problèmes pour distinguer les effets des rayonnements dans les données sur la santé. Son traitement de l’étude de Fred Mettler sur 1656 habitants, enfants compris, des zones touchées et non touchées [22] révèle les énormes contradictions au cœur de la thèse de Brown. Manual for Survival rapporte le résultat de cette étude: aucune différence significative n’a pu être trouvée entre 853 habitants des zones contaminées et 803 habitants des zones témoins. Mais Brown poursuit en tentant de discréditer cette étude. Premièrement, elle fait valoir que les doses n’étaient pas différentes entre les régions témoins et les régions contaminées en raison du commerce des denrées alimentaires. Cela ne tient pas compte du fait que cela (tout en ayant peu de sens) a été vérifié dans l’étude: «Des échantillons de pain, de lait, de légumes et de viande ont également été examinés dans ces établissements témoins. L’analyse a révélé de faibles niveaux de contamination, comme prévu »(IAEA [22] pp 283–84).

Deuxièmement, Brown soutient qu’une étude de 1 600 personnes n’est pas suffisante pour trouver des preuves des effets à faible probabilité sur la santé d’un rayonnement à faible dose. Elle a raison, mais ce qui est étonnant, c’est qu’elle n’applique pas cette logique à nombre des autres affirmations de son livre. Dans la plupart des livres, elle semble revendiquer des effets majeurs sur la santé qui auraient été relevés par le dépistage de l’AIEA. En effet, le rapport [22] comprend une analyse de puissance de l’étude montrant quel type d’effet sur la santé l’étude pourrait détecter. Plus loin dans le livre, Brown soutient ses affirmations sur les effets non cancéreux des rayonnements sur la santé en se référant à des études à grande échelle (des centaines de milliers de sujets) qui peuvent (ou non) indiquer une légère augmentation du risque cardiovasculaire à de faibles débits de dose ( de l’ordre de la majorité des doses reçues par les populations touchées par Tchernobyl). Mais elle ignore le point clé: même s’ils sont réels, ces minuscules effets non cancéreux sur la santé n’ont pas d’importance significative pour la santé des personnes vivant dans des zones contaminées. Ce dont ils doivent s’inquiéter (et s’inquiètent souvent, bien sûr), comme cela a été souligné à maintes reprises [23, 24], ce sont les taux de chômage élevés, le mauvais état de leurs services de santé, leur alimentation, leur alimentation, le tabagisme. , consommation d’alcool, etc.

Cela ne veut pas dire que Tchernobyl n’a eu aucun effet sur la santé. Comme l’a noté Brown, l’effet du cancer qui peut être attribué le plus clairement et sans ambiguïté aux rayonnements est le cancer de la thyroïde chez les enfants et les adultes exposés dans leur enfance à l’I-131 à décomposition rapide dans les semaines qui ont suivi l’accident. L’augmentation dans les régions touchées était importante et pouvait être observée même dans les statistiques nationales de la santé: l’incidence annuelle au Bélarus, par exemple, est passée de moins d’un cas sur 100 000 avant 1986 à 7 à 8 cas pour 100 000 dans les années 90 [25 ] et reste élevée. Il existe des preuves d’une augmentation potentielle du cancer du sein [26], mais il convient de noter que cette étude a conclu que «les taux d’incidence du cancer du sein ajustés en fonction de l’âge dans les régions les plus contaminées du Bélarus et de l’Ukraine sont toujours inférieurs à ceux de l’Amérique du Nord et de l’Europe occidentale». . L’incidence d’autres cancers provenant de la reconstruction de dose à travers l’Europe a été estimée par Cardis et al [27, 28], si vous appliquez l’hypothèse linéaire sans seuil (LNT) selon laquelle même de petites doses de rayonnement comportent un risque potentiel.

Baies au radiocaesium en Polessie
Une allégation dans Manual for Survival est que, même après la période initiale de contamination par l’iode, les produits contaminés, en particulier le lait, étaient encore consommés par des personnes dans les années qui ont suivi l’accident, même s’ils dépassaient les limites (assez prudentes) pour le radiocaesium en produits alimentaires en place dans les anciens pays soviétiques. Encore une fois, ce n’est pas un fait historique caché dans les archives soviétiques: il est présent dans la littérature scientifique et dans les statistiques officielles des pays touchés. Dans mon livre co-écrit sur Tchernobyl [30], nous avons reproduit un tableau de Firsakova [31] montrant les changements dans le nombre de kilotonnes de lait et de viande des fermes collectives qui étaient au-dessus des limites d’intervention.

L’une des affirmations «  manchettes  » du Manual for Survival est que les baies contaminées contiennent jusqu’à 3000 Bq kg − 1 de 137Cs (bien au-dessus de la limite ukrainienne) et qu’elles peuvent être mélangées avec des baies non contaminées et exportées vers l’Europe occidentale. Bien sûr, ce n’est pas une bonne chose, mais est-ce vraiment une mauvaise chose? Manual for Survival implique que c’est vraiment dangereux, mais ne fournit aucun contexte pour aider le lecteur à évaluer quel est le risque. Cela peut aider à replacer cela dans le contexte qu’après Tchernobyl, le gouvernement norvégien a pris la décision difficile d’augmenter la limite des concentrations de 137Cs dans la viande de renne jusqu’à 6000 Bq kg − 1 (en 1994, elle a été réduite à 3000 Bq kg − 1). [32]. Pourquoi? Parce qu’ils ont raisonnablement équilibré le risque minime pour les éleveurs de rennes et les consommateurs norvégiens contre les dommages causés par une interdiction aux modes de vie et à la culture de la communauté des éleveurs. Je ne connais pas assez les cueilleurs de baies de Rivne, en Ukraine, pour prendre une telle décision, mais Brown a tort de dire que c’est très dangereux. Je ne préconise en aucun cas de permettre le dépassement des limites réglementaires, mais simplement que briser ces limites très prudentes ne signifie pas que quelque chose est dangereux. En tant que consommateur européen, si je parvenais d’une manière ou d’une autre (un événement extrêmement improbable) à manger un kg entier des baies les plus contaminées, j’aurais une dose supplémentaire équivalente à environ deux radiographies pulmonaires, un vol de retour de Los Angeles à New York. ou 250 fois inférieur à un scanner abdominal.

Les habitants de Polessie consomment en permanence des produits contaminés: c’est pourquoi nous calculons la dose globale. Seule une petite proportion de personnes vivant actuellement dans les régions contaminées reçoit une dose supérieure à 2 mSv par an et la grande majorité reçoit une dose inférieure à 1 mSv par an. Ces débits de dose correspondent bien à la variation du rayonnement de fond naturel dans le monde.

Essais d’armes nucléaires
Manual for Survival soutient que Tchernobyl n’était qu’une accélération d’un processus, dommageable pour toute la planète, commencé lors des essais de bombes atmosphériques des années 50 et 60. Je suis d’accord avec Brown que, si vous croyez en l’hypothèse LNT selon laquelle chaque petite dose de rayonnement comporte un risque, alors les conséquences sur la santé mondiale des essais d’armes nucléaires atmosphériques sont énormes. Comme beaucoup d’allégations dans Manual for Survival, cette affirmation est traitée comme une nouvelle, mais ce n’est qu’une nouvelle alarmante si vous ignorez la masse des preuves scientifiques. Le Comité scientifique des Nations Unies sur les effets des rayonnements atomiques (UNSCEAR) a publié de nombreux rapports à ce sujet. La dose collective estimée à partir des essais d’armes atmosphériques est énorme et éclipse celle de Tchernobyl. Mais les doses individuelles sont, bien entendu, faibles: l’UNSCEAR [33] rapporte un pic de dose efficace totale annuelle en 1963 dans la région de 0,1 mSv. Cela correspond à peu près à la dose équivalente à un vol aller-retour Londres-Los Angeles (à partir du rayonnement cosmique) pour tout le monde dans l’hémisphère nord et à environ un trentième des débits de dose annuels de rayonnement de fond naturel. Toute dose supplémentaire au-dessus du niveau de fond pourrait être un risque potentiel. Mais l’affirmation vague de Brown selon laquelle cela pourrait être une cause importante d’augmentation à long terme de l’incidence du cancer dans le monde, sans aucune preuve à l’appui, n’est pas convaincante, c’est le moins qu’on puisse dire.

Omissions et erreurs
L’un des principaux défauts de ce livre est que le vaste corpus de connaissances de la littérature scientifique internationale est presque complètement ignoré. Les autres omissions que j’ai notées sont: aucune discussion sur la radioactivité naturelle, aucune mention du traitement thyroïdien par l’I-131, des doses diagnostiques médicales ou toutes les preuves épidémiologiques issues de procédures diagnostiques médicales et thérapeutiques. Il y a plus d’omissions et beaucoup plus d’erreurs que je n’ai eu l’espace pour le signaler ici.

Briser les lois de la physique
Ce sont peut-être des points mineurs, mais je pense que cela indique quelque chose à propos de la mauvaise qualité de ce livre lorsque je dois souligner que Manual for Survival donne foi à trois affirmations qui enfreignent les lois actuelles de la physique:

1.
Cela donne apparemment du crédit à l’idée (p 215) que les essais d’armes nucléaires sur Terre, à travers le vide de l’espace, ont influencé d’une manière ou d’une autre l’activité de l’éruption solaire du Soleil. Il est vrai que les armes nucléaires ont un pouvoir destructeur terrifiant – les plus grosses équivalent à 50 mégatonnes de TNT. Je pourrais écrire un essai sur les raisons pour lesquelles ceux-ci ne pourraient pas influencer l’activité des éruptions solaires, mais peut-être qu’une comparaison de l’énergie relative est la meilleure. J’ai étudié l’astrophysique il y a plus de 30 ans et j’ai oublié ce que j’ai appris sur les éruptions solaires, alors je suis allé sur le site Web de la NASA (https://visibleearth.nasa.gov/view.php?id=55580). J’ai découvert que «les éruptions solaires … sont capables de libérer autant d’énergie qu’un milliard de mégatonnes de TNT», vingt millions de fois plus gros que la plus grosse bombe nucléaire. L’activité solaire, bien sûr, affecte la Terre, notamment dans les particules chargées contribuant au rayonnement de fond cosmique et naturel que nous recevons tous chaque jour. L’omission étonnante de toute discussion sur les doses de rayonnement naturel n’est qu’un autre défaut fatal du Manuel de survie.
2.
Il rapporte (p 302) que «la période pendant laquelle la moitié des 137Cs disparaîtra des forêts de Tchernobyl sera comprise entre 180 et 320 ans», citant le magazine «Wired». La demi-vie de désintégration physique du 137Cs est d’environ 30,2 ans. Dans les années qui ont suivi Tchernobyl, il a été souligné à maintes reprises, par moi et par beaucoup d’autres, que dans les sols riches en matière organique, la demi-vie écologique effective du 137Cs s’approche de sa demi-vie de décomposition physique (par exemple [34]). Mais cela ne peut pas dépasser 30,2 ans, à moins, bien sûr, que les lois de la physique ne soient erronées.
3.
Le dosimètre de Kate Brown «sautait dans l’alarme» dans la zone la plus contaminée de la Forêt Rouge (p 125), apparemment en raison d’un précédent incendie de forêt. J’ai du mal à comprendre ce que Brown veut dire ici, mais elle semble prétendre que son dosimètre lisait 1000 μSv h − 1 alors que normalement la Forêt Rouge lit (très haut) 50–100 μSv h − 1. Ici, Brown affirme qu’un incendie de l’année précédente a entraîné une augmentation de 10 fois du débit de dose parce que le feu a libéré de la radioactivité. Encore une fois, il y a tellement de mal dans cette hypothèse que je ne sais pas par où commencer. Oui, les incendies de forêt peuvent libérer de petites quantités de radioactivité dans l’air, mais pourquoi cela devrait-il avoir une influence significative (10 ×) sur les débits de dose gamma externes? Pour comprendre les effets des incendies de forêt sur la remise en suspension des radionucléides, Brown aurait pu étudier et citer des travaux antérieurs à ce sujet, par ex. [35].
Les lois de la physique ne sont pas gravées dans le marbre et les physiciens font également des erreurs, mais je ne pense pas que nous allons commencer à réécrire les manuels pour le moment. Je ne m’attends pas à ce que Brown comprenne toute la physique de la radioprotection, mais je m’attends à ce qu’elle tienne compte de l’énorme quantité de connaissances et d’opinions scientifiques disponibles.

Que pouvons-nous apprendre de ce livre?
Dans cette revue, je me suis nécessairement concentré principalement sur les (nombreux) défauts et omissions du livre. Manual for Survival est une polémique, pas un livre d’histoire et encore moins un livre scientifique. Brown est à juste titre en colère contre les dissimulations soviétiques (et certaines occidentales), les délocalisations aléatoires et souvent inefficaces. Après Tchernobyl, les gens ont reçu des doses plus importantes que ce dont ils avaient besoin, en particulier les doses thyroïdiennes impardonnablement élevées en raison de l’incapacité de prévenir l’ingestion de 131I dans les premières semaines après l’accident. Elle est également fâchée que les personnes vivant dans les zones contaminées de Tchernobyl aient apparemment été oubliées par la communauté internationale. Les efforts scientifiques et humanitaires internationaux (à de nombreuses exceptions notables) ont été fragmentaires, souvent avec un financement limité et irrégulier, et ont très souvent échoué (en partie à cause de la complexité du travail dans les pays post-soviétiques). Je comparerais le financement incohérent du réaménagement économique dans les zones contaminées de Tchernobyl avec les quelque 1,5 milliard de dollars engagés dans le projet de nouveau confinement sûr et de déclassement des réacteurs.

Je me souviens très bien, au milieu des années 1990, d’étudier les poissons du lac Kozhanovskoe en Russie. Le poisson avait accumulé des concentrations d’activité de 137Cs bien au-dessus des limites d’intervention, mais les gens mangeaient toujours le poisson. Naïvement, j’ai demandé à un pêcheur pourquoi il mangeait ces poissons: il m’a regardé d’un air vide – comme si j’étais venu d’un autre monde – et a répondu sèchement: «qu’attendez-vous que je mange?». À l’époque, il y avait peu de nourriture dans les magasins ruraux. À ce moment-là, j’ai réalisé que la radioactivité du poisson était le moindre des problèmes du pêcheur.

Je suis fâché que trop souvent, dans les pays touchés et à l’étranger, des mythes sur les radiations se soient répandus: je pense que ceux-ci causent de réels dommages à la vie des gens et ont sans aucun doute entravé la reprise après la catastrophe. Manual for Survival perpétue nombre de ces mythes, mais je pense que nous devrions en tirer des leçons. Je suis également en colère contre moi-même et mon domaine scientifique de ne pas avoir travaillé plus dur pour contrer ces mythes. Kate Brown a une compétence de journaliste pour capturer les tragédies individuelles de la vie de nombreuses personnes dans les terres contaminées de Tchernobyl et elle en fait bon usage pour décrire ses nombreuses visites dans ces régions. Le problème est réel, mais je pense que le diagnostic proposé dans Manual for Survival est très faux et dommageable. Les habitants des zones touchées par Tchernobyl ont besoin de plus d’emplois, de plus de développement économique, de meilleurs soins de santé et d’une meilleure nutrition. Les rayonnements actuels devraient être la moindre de leurs préoccupations, même si je comprends pourquoi beaucoup (pas tous) s’inquiètent encore.

Remerciements
Je bénéficie actuellement d’un financement du projet iCLEAR du UK Natural Environment Research Council – Innovating the Tchernobyl Landscape: Environmental Assessment for Rehabilitation and Management (NE / R009619 / 1).

Conflit d’intérêt
J’ai déjà reçu un petit montant de financement de l’industrie nucléaire et un projet plus vaste de la partie NERC financé par Radioactive Waste Management et l’Agence britannique pour l’environnement. Cela sera probablement perçu par certains comme un conflit d’intérêts. Je suis fier d’apporter une petite contribution à la dépollution de l’héritage des déchets nucléaires du Royaume-Uni et à un débat sur l’avenir de l’énergie nucléaire basé sur des preuves scientifiques.

Masquer les références
[1]
Balonov M I 2012 Sur la protection du lecteur inexpérimenté contre les mythes de Tchernobyl J. Radiol. Prot. 32 181
IOPscienceGoogle Scholar

[2]
Yablokov A V, Nesterenko V B, Nesterenko A V et Sherman-Nevinger J D 2010 Chernobyl: Conséquences of the Catastrophe for People and the Environment vol 39 (New York: Wiley)
Google Scholar

[3]
Schmid S 2019 Tchernobyl: guerres des données et politique des catastrophes Nature 566 450–1
CrossrefGoogle Scholar

[4]
Alexakhin R 2006 Conséquences environnementales de l’accident de Tchernobyl et de leur remédiation: vingt ans d’expérience. Rapport du groupe d’experts du forum de Tchernobyl «Environnement»
Google Scholar

[5]
De Cort M et al 1998 Atlas des dépôts de césium sur l’Europe après l’accident de Tchernobyl. Numéro de catalogue CG-NA-16-733-29-C. 16733 EUR (Luxembourg: Office des publications officielles des Communautés européennes 1998) pp 1–63
Google Scholar

[6]
Balonov M, Jacob P, Likhtarev I et Minenko V 1996 Voies, niveaux et tendances de l’exposition de la population après l’accident de Tchernobyl Les conséquences radiologiques de l’accident de Tchernobyl 235–49
Google Scholar

Sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies. Pour en savoir plus, consultez notre politique de confidentialité et de cookies.Fermer cette notification
Piracy Threat – Mise à jour importante pour garder vos informations en sécurité. Cliquez ici pour plus d’informations.
Accueil IOP Science
Aller au contenu
Aide à l’accessibilité
Journal de la protection radiologique
ARTICLE D’OPINION • L’ARTICLE SUIVANT ISOPEN ACCESS
Examen du manuel de survie par Kate Brown
Jim Smith1

Publié le 21 février 2020 • © 2020 Society for Radiological Protection. Publié au nom de SRP par IOP Publishing Limited. Tous les droits sont réservés.
Journal of Radiological Protection, Volume 40, Numéro 1
Citation Jim Smith 2020 J. Radiol. Prot. 40 337
Télécharger l’article PDF
3940 Total des téléchargements

Activer MathJax
Partagez cet article

Informations sur l’article
Abstrait
Ma revue, basée sur près de trente ans de recherche sur Tchernobyl et des dizaines de visites dans les zones contaminées du Bélarus, de l’Ukraine et de la Russie, fait valoir que Manual for Survival ignore les milliers d’études scientifiques sur Tchernobyl qui sont disponibles dans la littérature scientifique internationale. Ce faisant, il présente un compte rendu biaisé et trompeur des effets de l’accident sur la santé et l’environnement. Je crois que ce livre ne fait que perpétuer les nombreux mythes sur les effets des accidents et n’a que très peu de bases scientifiques solides.

Exporter la citation et le résumé
BibTeX RIS
Article précédent en question
Article suivant en question

Le contenu original de cette œuvre peut être utilisé sous les termes de la licence Creative Commons Attribution 3.0. Toute autre distribution de ce travail doit maintenir l’attribution aux auteurs et le titre de l’œuvre, la citation de la revue et le DOI.

Manual for Survival est une histoire intéressante, mais profondément imparfaite, des impacts sanitaires et environnementaux de Tchernobyl, la pire catastrophe technologique de l’histoire de l’humanité. Il ne serait que trop facile de le rejeter pour ses multiples omissions, incohérences et erreurs. Mais il est important que nous, membres de la communauté de la radioprotection, le prenions au sérieux et réagissions en détail à ses allégations – des effets majeurs des rayonnements à faible dose que nous avons manqués – avec des preuves claires et une explication de la raison pour laquelle nous pensons que c’est faux d’une manière qui non -les spécialistes peuvent clairement comprendre. À l’exception notable de la réponse de Mikhail Balonov [1] au rapport de Yablokov [2] sur Tchernobyl, je pense que c’est quelque chose que nous n’avons pas réussi à faire avec les affirmations précédentes sur les effets majeurs des radiations à faible dose après Tchernobyl.

J’ai été interviewé par Kate Brown pour ce livre lors d’une réunion en Floride sur les effets des radiations sur la faune à Tchernobyl. Pendant environ une heure et demie, j’ai été soumis à ce qui m’a semblé être un contre-interrogatoire agressif sur une vaste gamme de sujets liés aux radiations, y compris les études sur les survivants des bombes d’Hiroshima et de Nagasaki, le cancer, les effets sur la faune, la contamination des aliments et la dose. reconstruction. J’ai répondu à toutes ses questions et là où j’avais des doutes plus tard, j’ai fourni des informations et des preuves. Je suis sorti de l’entretien en me sentant épuisé mentalement (vraiment!) Mais néanmoins heureux, voire un peu exalté. Malgré mes réserves sur ses connaissances scientifiques, je pensais que c’était une historienne sérieuse et impartiale déterminée à découvrir la vérité sur la question extrêmement complexe et controversée des conséquences sanitaires et environnementales de Tchernobyl.

J’ai eu tort.

En obtenant la copie de critique de ce livre, je n’ai pas pu m’empêcher de me tourner d’abord vers les pages traitant de mon entretien (je suppose que la plupart des gens feraient de même). J’ai été choqué et déçu de constater que les informations et les opinions que j’avais données sur les effets des radiations sur la faune à Tchernobyl avaient été rejetées. Selon Brown, j’étais un physicien (utilisé presque comme un terme d’abus dans le contexte) qui n’a pas jugé nécessaire d’aller à Tchernobyl pour tirer mes conclusions préformées sur les effets de l’accident. Brown n’a pas rapporté ce que je lui avais dit – j’ai étudié pour la première fois les retombées de Tchernobyl dans la région des lacs anglais en 1990 et j’ai d’abord effectué des travaux sur le terrain dans les zones touchées par Tchernobyl en Ukraine et en Biélorussie en 1994. Je me souviens clairement que j’étais assez inquiet de ce qu’ils étaient – à cette époque – des risques de rayonnement largement inconnus à Tchernobyl. J’ai arrêté de compter le nombre de fois où j’ai visité les zones contaminées de Tchernobyl depuis, mais je suppose que c’est autour de 40. Je suis heureux d’être discuté, mais il est médiocre et biaisé de rejeter mon témoignage (et celui de mon Bélarussien collègues qui ont travaillé dans la zone d’exclusion pendant de nombreuses années).

Ceci, je pense, n’est qu’un symptôme d’une approche profondément imparfaite des informations complexes sur Tchernobyl, mais je vais essayer de donner à ce livre une critique aussi juste que possible. Vous pouvez juger si j’y suis parvenu, mais ce sera certainement plus approfondi que les critiques plutôt superficielles et trompeuses fournies par Nature [3] et un certain nombre d’autres revues et journaux.

Dosimétrie et reconstruction de dose
Le traitement de la dose de rayonnement et de l’estimation de la dose est incontestablement biaisé dans ce livre. L’auteur souhaite faire valoir que «les physiciens» se sont trompés sur les doses de rayonnement après Tchernobyl. Elle commence par une description d’une entrevue avec Lynn Anspaugh, une experte en radiation de renommée internationale qui, entre autres, a codirigé le rapport 2006 du forum «environnemental» de l’AIEA sur Tchernobyl [4]. Au cours de ma brève expérience de contact avec lui lors de la préparation du rapport, je l’ai trouvé très bien informé sur les nombreux aspects du rayonnement et de la reconstruction des doses après Tchernobyl. Kate Brown n’est apparemment pas arrivée à la même conclusion. De son entretien téléphonique, elle tire une information: au début, Anspaugh (estimant vraisemblablement la contamination globale totale de Tchernobyl) n’a pris que deux points de données pour estimer les retombées dans l’ensemble de la Roumanie. Elle utilise ensuite cette information pour tenter de discréditer tout le domaine de la dosimétrie de radioprotection! Je suppose qu’en bon scientifique, Anspaugh s’est rendu compte que dans une estimation initiale des impacts de Tchernobyl (il y a eu de bien meilleures estimations depuis l’inclusion de l’Atlas Russie / Biélorussie / Ukraine / UE [5] et bien d’autres), que les retombées en La Roumanie n’allait pas faire trop de différence et il a fait la meilleure estimation possible.

Ce qui est étonnant (littéralement, époustouflant), c’est que Manual for Survival omet de mentionner, dans la section du livre consacrée à la dosimétrie, toutes les mesures effectuées dans les années qui ont suivi l’accident dans les anciens pays soviétiques et à l’étranger. Je crois que Brown qu’à l’époque soviétique, les informations à ce sujet étaient (impardonnablement) gardées secrètes, mais elles sont là et maintenant vous n’avez pas à fouiller dans les archives soviétiques pour les trouver: rapports et résultats (mais malheureusement pas toutes les données originales ) font partie de la littérature scientifique internationale depuis plus de 20 ans. Par exemple, dans son article pour la conférence de Minsk de 1996 [6], Mikhail Balonov a rapporté «un million de mesures de 134Cs et 137Cs dans le corps».

Ceux qui cherchent à critiquer le consensus sur Tchernobyl accusent souvent les scientifiques de se concentrer uniquement sur un isotope: le radiocaesium. Il est vrai qu’il y a beaucoup plus de mesures et d’études sur le césium que sur d’autres isotopes, car il a une durée de vie relativement longue et peut être mesuré raisonnablement bon marché et facilement par spectrométrie gamma et comptage du corps entier. Mais cela ne signifie pas que d’autres isotopes ont été ignorés: la littérature scientifique contient de nombreux articles sur de nombreux autres isotopes, y compris 131I 90Sr et des éléments transuraniens auxquels Brown aurait pu faire référence, mais qu’il a choisi de ne pas faire. Le court article de Balonov à lui seul [6] mentionne des centaines de mesures du 90Sr, discute du changement des isotopes contribuant à la dose au fil du temps depuis l’accident et présente des modèles de dosimétrie qui incluent les isotopes clés nécessaires pour la prévision à long terme. Il en existe de nombreux autres présentant des modèles de reconstruction de dose. Brown fait beaucoup de cas du «cocktail» de radionucléides auxquels les résidents ont été exposés, en particulier 90Sr: cela a également été abordé dans la littérature scientifique. Balonov [6] déclare: «… en raison de la faible teneur en 90Sr dans le rejet de Tchernobyl et des [faibles] retombées en dehors de la zone de 30 km, sa contribution à la dose efficace interne ne dépasse pas 5 à 10%, selon l’apport calcul et mesures directes de 90Sr dans des os humains (échantillons d’autopsie). Une contribution similaire de l’inhalation de 238Pu 239, Pu 240, Pu et 241Am provenant de 241Pu ne dépassera pas 1% même pour les travailleurs en extérieur ». Il existe une multitude d’autres informations sur tous les aspects de la dosimétrie dans la littérature scientifique, soit des centaines, voire des milliers d’articles. Encore une fois, Brown n’a pas à croire Balonov et tous les autres scientifiques, mais omettre cette preuve est choquant.

Ayant écarté la méthode d’estimation et de reconstruction de dose «des physiciens», Manual for Survival poursuit en affirmant que «les médecins» disposaient d’une méthode bien meilleure qui a été ignorée. Elle cite un travail de Vorobiev (je n’ai pas vu ce travail en russe, mais j’essaierai d’en obtenir une copie) qui revendique une méthode de biodosimétrie basée sur l’analyse des dommages chromosomiques qui est beaucoup plus précise que le comptage du corps entier et la reconstruction de dose. Cette méthode semble donner des doses accumulées beaucoup plus élevées que les méthodes «des physiciens».

Est-il vrai que les méthodes de biodosimétrie sont meilleures que les mesures et les modèles physiques? Autant que je sache, la communauté de la radioprotection n’utilise que la biodosimétrie pour reconstituer les doses après des expositions élevées qui n’ont pas pu être évaluées à l’aide de méthodes physiques. Même les tentatives les plus récentes (utilisant une technologie beaucoup plus sophistiquée que celle disponible en 1986) pour développer un biomarqueur de rayonnement unique pour une exposition à faible dose ont échoué. J’ai vérifié cela avec Geraldine Thomas, professeur de pathologie moléculaire à l’Imperial College et elle a confirmé (comm. Pers.) Que la biodosimétrie ne fonctionne bien que pour des doses élevées. Cela ne veut pas dire que de telles tentatives ne sont pas utiles, mais simplement que l’affirmation de Brown selon laquelle les méthodes biodosimétriques dans l’ex-Union soviétique étaient meilleures que la mesure directe des émetteurs gamma et la reconstruction de dose pour d’autres nucléides est très peu appuyée.

Effets sur la faune
Cette section est tellement biaisée et trompeuse que je ne sais pas par où commencer. Brown a choisi de croire aux preuves d’Anders P. Møller et Tim Mousseau selon lesquelles il existe des effets majeurs du rayonnement sur les organismes à Tchernobyl à des débits de dose bien inférieurs aux prévisions et que la faune est gravement endommagée dans la zone d’exclusion de Tchernobyl (CEZ). Dans d’autres parties du livre, Brown prend soin de remettre en question la véracité de ses sources. Mais étonnamment, elle omet de mentionner: Anders P Møller est un scientifique très controversé (en radioécologie et dans son domaine précédent de biologie évolutionniste): un article dans Nature rapporte qu’il a été une fois reconnu coupable de manipulation de données par le Comité danois sur la malhonnêteté scientifique ( Nature 427 381, 2004). Cela ne signifie pas automatiquement que lui et Mousseau se trompent sur l’étendue des effets de Tchernobyl, mais il y a beaucoup de preuves qu’ils le sont, par exemple. [7–11]. Brown rejette les témoignages de mes collègues (y compris des scientifiques biélorusses) et moi en m’appelant physicien et en laissant entendre que je ne suis jamais allé à Tchernobyl. Fait intéressant, dans la liste de notes de bas de page apparemment méticuleusement construite, elle cite à tort notre article (montrant des populations de mammifères abondantes dans la CEZ) à tort comme Smith et al ... '' plutôt que Deryabina et al …  » comme il se doit depuis Tatiana Deryabina était le premier auteur. Est-ce une erreur (nous les faisons tous)? Malheureusement, cette erreur cache le fait que les scientifiques biélorusses ont joué un rôle clé dans l’étude, de sorte que Manual for Survival peut affirmer (à tort) que cela a été fait par quelqu’un sans connaissance de la CEZ.

Les omissions dans cette section sont choquantes. Brown n’a pas parlé et ne mentionne pas la seule personne au monde qui est le plus étroitement associée à la faune à Tchernobyl: Sergey Gaschak. Sergey (à sa grande frustration parfois) est la personne à qui les journalistes semblent toujours aller pour se renseigner sur la faune dans la CEZ. Brown peut ne pas être d’accord avec l’opinion de Gaschak (formée à partir de 30 ans dans la zone et d’une connaissance intime des habitats et de la faune de la zone) selon laquelle la faune n’est pas significativement affectée par les radiations à Tchernobyl, mais elle devrait au moins le signaler. Gaschak a d’abord travaillé avec Møller et Mousseau mais a refusé de continuer: il ne faisait pas confiance à leurs rapports de données, en particulier sur l’influence de l’habitat sur la distribution des oiseaux [12]. Brown ne discute pas du travail de Ron Chesser et Robert Baker de la Texas Tech University qui ont passé de nombreuses années à étudier les petits mammifères dans le point chaud de la Forêt Rouge. Ils ont constaté que l’abondance des petits mammifères était similaire dans la forêt rouge aux zones témoins [13] et que les effets génétiques étaient subtils. Les réflexions de Chesser et Baker sur leur longue expérience de la recherche radioécologique à Tchernobyl sont des lectures essentielles pour comprendre ce problème. Encore une fois, vous n’avez pas besoin de fouiller dans les archives soviétiques: leur article, ignoré dans Manual for Survival, est dans American Scientist [14].

Effets sur la santé et maladie chronique des radiations
Ma foi en Brown en tant que journaliste précis des effets des radiations sur la santé a été un peu ébranlée quand j’ai été interviewée par elle. Bien qu’elle ait déjà écrit Plutopia (Oxford University Press, 2013), son récit fascinant, mais scientifiquement imparfait, des programmes d’armes nucléaires américains et soviétiques, elle ne savait très clairement pas que le cancer non lié aux radiations était très répandu dans le monde. Il existe une myriade de statistiques sur la santé à ce sujet, mais vous n’avez pas besoin de chercher aussi loin: Cancer Research UK, par exemple, indique sur son site Web (et dans sa publicité) la projection selon laquelle la moitié des citoyens britanniques auront un cancer à un moment donné. nos vies. J’ai été en outre choqué de lire dans ce livre de Tchernobyl (p 25) la déclaration chauve de Brown selon laquelle les radiations sont la seule cause connue de leucémie myéloïde, dans le contexte impliquant clairement (à tort) qu’il n’y a pas d’autres causes. Brown n’a examiné ni cité aucune des statistiques de santé publique sur l’incidence de la leucémie myéloïde dans les pays du monde entier. Elle ne cite pas non plus le rapport de la Hiroshima and Nagasaki Life Span Study (LSS) [15] qui présente clairement des preuves que le rayonnement est une cause de leucémie myéloïde (très importante à fortes doses), mais est très loin d’être la seule cause, en particulier à faibles débits de dose. Elle ne cite pas non plus sa propre déclaration à la page 168 selon laquelle «les dommages causés par les radiations sont difficiles à isoler et à détecter car ils ne provoquent pas de nouvelles maladies autonomes».

L’affirmation la plus controversée de ce livre est que le rayonnement à très faible dose provoque la maladie chronique des radiations. La maladie chronique des radiations est réelle, ayant été vue pour la première fois (mais reconnue tardivement) à des débits de dose très élevés chez les peintres à cadran au radium il y a un siècle. Elle a été observée chez des travailleurs hautement exposés de l’usine de production de plutonium de Mayak où elle a été diagnostiquée et traitée pour la première fois par Angelina Gus’kova. Dans la première partie du Manuel de survie, Gus’kova est à juste titre décrit comme un héros scientifique («Personne au monde n’avait traité plus de patients atteints de maladie radiologique que Gus’kova» p 13; «Travailler sur des centaines de patients .. .pendant trois décennies, Gus’kova a développé un recueil de connaissances sur la médecine radiologique qui n’avait pas d’équivalent dans le monde »p 15). Comme détaillé dans Manual for Survival, le travail de Gus’kova traitant les premières victimes de Tchernobyl (les 134 personnes souffrant du syndrome des radiations aiguës) a sauvé et prolongé de nombreuses vies. Brown met en contraste la compréhension profonde de Gus’kova de la maladie des radiations avec l’inexpérience relative du médecin américain, Robert Gale, qui a pris l’avion pour aider à soigner les victimes. Brown soutient, avec force, que Gale pensait qu’il savait mieux que le scientifique soviétique et ignorait son expertise.

Malheureusement, le médecin américain n’a pas été le seul à ignorer l’expertise d’Angelina Gus’kova: Brown elle-même le fait. Gus’kova a non seulement traité les personnes souffrant de maladie aiguë des radiations, mais a également contrôlé les évacués et a participé à l’étude des «  liquidateurs  », les centaines de milliers de personnes qui ont travaillé sur l’opération de nettoyage de Tchernobyl en 1986 et 87 et qui ont reçu certaines des doses de rayonnement les plus élevées. Dans un article de 2012, Gus’kova [16] a déclaré que «contrairement au premier groupe [les 134 victimes de l’ARS], ce deuxième groupe d’individus travaillant dans la zone de 30 km, tout comme la population exposée aux radiations [je souligne ], n’a présenté aucune manifestation de maladie des radiations ».

Ainsi, l’expert de renommée mondiale en maladie chronique des radiations a déclaré qu’elle ne croyait pas que ni l’énorme groupe de liquidateurs, ni la population exposée à des rayonnements chroniques à débit de dose relativement faible ne souffrent du mal des radiations. Kate Brown soutiendrait sans aucun doute que le statut élevé de Gus’kova dans la science atomique soviétique et russe lui a fait ignorer les preuves du contraire. Que vous croyiez Gus’kova ou non (je le crois), pour Brown d’exclure cette preuve clé d’un livre d’histoire sur les effets sur la santé de Tchernobyl est une omission de proportions monumentales.

Manual for Survival soutient que les scientifiques occidentaux en savaient moins sur les effets des radiations sur la santé que leurs homologues soviétiques (et post-soviétiques). Des preuves de dommages apparents à la santé des adultes, des enfants et des nouveau-nés dans les régions contaminées sont citées dans des archives en Ukraine et en Biélorussie. Brown affirme que l’étude sur la durée de vie d’Hiroshima et de Nagasaki (sur laquelle le système de radioprotection est largement, mais loin d’être entièrement basé) a manqué de nombreux effets précoces des radiations puisqu’elle n’a commencé qu’en 1950, cinq ans après le largage des bombes. C’est en partie, mais pas entièrement, vrai: les effets de l’exposition fœtale pourraient être et ont été étudiés [17]. Les effets sur les enfants dus à l’exposition pré-conception de leurs parents ont été étudiés et aucun effet n’a été trouvé [18] permettant d’estimer une limite supérieure du risque de mutation intergénérationnelle.

L’actualisation des preuves de l’étude sur la durée de vie permet à Brown de faire valoir que les rayonnements sont bien pires que ce que les organisations des Nations Unies et la Commission internationale de protection radiologique (CIPR) pensent (mais notez que ces organisations ont consulté et ont eu comme membres d’anciens scientifiques soviétiques clés, y compris l’expert en maladie des rayonnements Angelina Gus’kova). Étonnamment, cependant, Manual for Survival ignore presque toutes les autres preuves scientifiques internationales sur cette question. Des centaines de notes de bas de page détaillent les sources soviétiques et ex-soviétiques, mais il n’y a pratiquement pas de citations des nombreuses études épidémiologiques (pas seulement du LSS) et des milliers d’études radiobiologiques dans la littérature scientifique internationale (voir, pour un seul exemple, l’Oxford Restatement on ce numéro [19]). Les quelques sources internationales citées sont celles (dont certaines très controversées) qui sont en accord avec les diverses hypothèses contradictoires et déroutantes de Brown.

Qu’en est-il des statistiques de santé publique montrant apparemment d’énormes augmentations des malformations congénitales, des cancers et d’un large éventail d’autres maladies dans les populations des territoires contaminés? Bien que Brown ait apparemment découvert de nouvelles preuves d’archives (qui devraient être évaluées, si elles ne l’ont pas déjà été), je suis très sceptique. Je soupçonne (mais je ne sais pas) qu’une grande partie de ces preuves est similaire à celle présentée dans le rapport controversé de Yablokov [2] faisant état de près d’un million de morts à Tchernobyl. Je ne suis pas épidémiologiste, mais j’ai essayé d’examiner ces affirmations.

Premièrement, j’ai de nouveau examiné le rapport 2006 du Forum de l’OMS sur Tchernobyl [20]. Les 45 experts internationaux (dont des experts du Bélarus, de l’Ukraine et de la Russie) ont évalué une multitude de données sur les effets de Tchernobyl sur la santé. Le rapport (étrangement, à peine mentionné dans Manual for Survival) couvre un large éventail de résultats pour la santé, y compris les effets cancéreux et non cancéreux chez les adultes et les enfants, ainsi que les issues défavorables de la grossesse. Il arrive à une conclusion très différente de Manual for Survival. Les experts internationaux ont-ils ignoré ou manqué des preuves clés? Je pense que c’est très improbable, mais ce qui me manque dans le rapport de l’OMS, c’est une explication claire, en termes profanes, des raisons pour lesquelles ces preuves ne sont pas incluses.

J’ai examiné certaines (mais bien sûr pas toutes) de ces preuves et il me semble évident pourquoi une grande partie n’a pas été incluse dans l’analyse de l’OMS. Les études sur les effets sur la santé après Tchernobyl ont souffert de deux problèmes majeurs: des changements et des erreurs dans les rapports avant et après l’accident, et une difficulté à démêler les effets des rayonnements sur la santé de la crise de santé publique en cours pendant et après l’effondrement de l’Union soviétique. Ces deux effets sont réels: ils sont mentionnés dans le Manuel de survie, mais sont écartés lorsque des allégations d’effets énormes sur la santé des rayonnements sont faites.

Problèmes dans les rapports de santé. Je travaille actuellement dans le district de Narodichi en Ukraine sur un petit projet visant à améliorer un peu la vie des habitants des zones touchées en remettant en service des terres agricoles abandonnées, là où cela peut être fait en toute sécurité. Dans le cadre du projet, nous nous sommes entretenus avec Anatoly Prysyazhnyuk, cancérologue et épidémiologiste. Anatoly est né à Narodichi dans une famille de médecins locaux et est un citoyen honoré de Narodichi, mais travaillait à Kiev au moment de l’accident. Il nous a dit qu’en 1987, il avait été contacté par le chef de l’hôpital local. Le chef de l’hôpital était très préoccupé par le fait que les inscriptions au cancer avaient augmenté de manière significative depuis l’accident. Anatoly est retourné dans sa ville natale pour enquêter. Il a constaté que, en effet, les enregistrements de cancer avaient augmenté, mais que cela était dû à des changements signalés, et non à des radiations. Les changements dans la notification des résultats sanitaires sont réels et constituent un élément clé de l’interprétation des statistiques sanitaires, comme le savaient sans doute les 45 experts de l’OMS.

Utilisation abusive des statistiques de santé publique. Dans son examen du rapport défectueux de Yablokov [2], Mikhail Balonov [1] cite des données sur les taux de mortalité à travers la Russie depuis la chute de l’Union soviétique [21]. Comme le note Balonov, les taux de mortalité ont augmenté depuis 1991 dans toutes les régions de la Russie, même en Sibérie, à des milliers de kilomètres de Tchernobyl. Comme le montre la figure 1, les démographes ont attribué cela à la crise économique, à la consommation d’alcool et au tabagisme, et non aux radiations. Les tendances de la mortalité et d’autres résultats sanitaires sont compromis par cette crise sanitaire généralisée. La comparaison des statistiques de santé publique entre les régions contaminées et non contaminées est également très difficile en raison des changements démographiques connus dans les régions contaminées (les jeunes ont tendance à partir, les personnes âgées ont tendance à rester).

Zoom avant Zoom arrière
Réinitialiser la taille de l’image
Figure 1. Graphique illustrant les changements d’espérance de vie en Russie (non liés aux radiations) de 1981 à 2002 [29], perte d’espérance de vie dans le groupe de survivants de la bombe atomique à forte dose; prévalence du tabagisme dans les anciens pays soviétiques.

Télécharger la figure:

Image standard Image haute résolution
Curieusement, Kate Brown accepte des problèmes pour distinguer les effets des rayonnements dans les données sur la santé. Son traitement de l’étude de Fred Mettler sur 1656 habitants, enfants compris, des zones touchées et non touchées [22] révèle les énormes contradictions au cœur de la thèse de Brown. Manual for Survival rapporte le résultat de cette étude: aucune différence significative n’a pu être trouvée entre 853 habitants des zones contaminées et 803 habitants des zones témoins. Mais Brown poursuit en tentant de discréditer cette étude. Premièrement, elle fait valoir que les doses n’étaient pas différentes entre les régions témoins et les régions contaminées en raison du commerce des denrées alimentaires. Cela ne tient pas compte du fait que cela (tout en ayant peu de sens) a été vérifié dans l’étude: «Des échantillons de pain, de lait, de légumes et de viande ont également été examinés dans ces établissements témoins. L’analyse a révélé de faibles niveaux de contamination, comme prévu »(IAEA [22] pp 283–84).

Deuxièmement, Brown soutient qu’une étude de 1 600 personnes n’est pas suffisante pour trouver des preuves des effets à faible probabilité sur la santé d’un rayonnement à faible dose. Elle a raison, mais ce qui est étonnant, c’est qu’elle n’applique pas cette logique à nombre des autres affirmations de son livre. Dans la plupart des livres, elle semble revendiquer des effets majeurs sur la santé qui auraient été relevés par le dépistage de l’AIEA. En effet, le rapport [22] comprend une analyse de puissance de l’étude montrant quel type d’effet sur la santé l’étude pourrait détecter. Plus loin dans le livre, Brown soutient ses affirmations sur les effets non cancéreux des rayonnements sur la santé en se référant à des études à grande échelle (des centaines de milliers de sujets) qui peuvent (ou non) indiquer une légère augmentation du risque cardiovasculaire à de faibles débits de dose ( de l’ordre de la majorité des doses reçues par les populations touchées par Tchernobyl). Mais elle ignore le point clé: même s’ils sont réels, ces minuscules effets non cancéreux sur la santé n’ont pas d’importance significative pour la santé des personnes vivant dans des zones contaminées. Ce dont ils doivent s’inquiéter (et s’inquiètent souvent, bien sûr), comme cela a été souligné à maintes reprises [23, 24], ce sont les taux de chômage élevés, le mauvais état de leurs services de santé, leur alimentation, leur alimentation, le tabagisme. , consommation d’alcool, etc.

Cela ne veut pas dire que Tchernobyl n’a eu aucun effet sur la santé. Comme l’a noté Brown, l’effet du cancer qui peut être attribué le plus clairement et sans ambiguïté aux rayonnements est le cancer de la thyroïde chez les enfants et les adultes exposés dans leur enfance à l’I-131 à décomposition rapide dans les semaines qui ont suivi l’accident. L’augmentation dans les régions touchées était importante et pouvait être observée même dans les statistiques nationales de la santé: l’incidence annuelle au Bélarus, par exemple, est passée de moins d’un cas sur 100 000 avant 1986 à 7 à 8 cas pour 100 000 dans les années 90 [25 ] et reste élevée. Il existe des preuves d’une augmentation potentielle du cancer du sein [26], mais il convient de noter que cette étude a conclu que «les taux d’incidence du cancer du sein ajustés en fonction de l’âge dans les régions les plus contaminées du Bélarus et de l’Ukraine sont toujours inférieurs à ceux de l’Amérique du Nord et de l’Europe occidentale». . L’incidence d’autres cancers provenant de la reconstruction de dose à travers l’Europe a été estimée par Cardis et al [27, 28], si vous appliquez l’hypothèse linéaire sans seuil (LNT) selon laquelle même de petites doses de rayonnement comportent un risque potentiel.

Baies au radiocaesium en Polessie
Une allégation dans Manual for Survival est que, même après la période initiale de contamination par l’iode, les produits contaminés, en particulier le lait, étaient encore consommés par des personnes dans les années qui ont suivi l’accident, même s’ils dépassaient les limites (assez prudentes) pour le radiocaesium en produits alimentaires en place dans les anciens pays soviétiques. Encore une fois, ce n’est pas un fait historique caché dans les archives soviétiques: il est présent dans la littérature scientifique et dans les statistiques officielles des pays touchés. Dans mon livre co-écrit sur Tchernobyl [30], nous avons reproduit un tableau de Firsakova [31] montrant les changements dans le nombre de kilotonnes de lait et de viande des fermes collectives qui étaient au-dessus des limites d’intervention.

L’une des affirmations «  manchettes  » du Manual for Survival est que les baies contaminées contiennent jusqu’à 3000 Bq kg − 1 de 137Cs (bien au-dessus de la limite ukrainienne) et qu’elles peuvent être mélangées avec des baies non contaminées et exportées vers l’Europe occidentale. Bien sûr, ce n’est pas une bonne chose, mais est-ce vraiment une mauvaise chose? Manual for Survival implique que c’est vraiment dangereux, mais ne fournit aucun contexte pour aider le lecteur à évaluer quel est le risque. Cela peut aider à replacer cela dans le contexte qu’après Tchernobyl, le gouvernement norvégien a pris la décision difficile d’augmenter la limite des concentrations de 137Cs dans la viande de renne jusqu’à 6000 Bq kg − 1 (en 1994, elle a été réduite à 3000 Bq kg − 1). [32]. Pourquoi? Parce qu’ils ont raisonnablement équilibré le risque minime pour les éleveurs de rennes et les consommateurs norvégiens contre les dommages causés par une interdiction aux modes de vie et à la culture de la communauté des éleveurs. Je ne connais pas assez les cueilleurs de baies de Rivne, en Ukraine, pour prendre une telle décision, mais Brown a tort de dire que c’est très dangereux. Je ne préconise en aucun cas de permettre le dépassement des limites réglementaires, mais simplement que briser ces limites très prudentes ne signifie pas que quelque chose est dangereux. En tant que consommateur européen, si je parvenais d’une manière ou d’une autre (un événement extrêmement improbable) à manger un kg entier des baies les plus contaminées, j’aurais une dose supplémentaire équivalente à environ deux radiographies pulmonaires, un vol de retour de Los Angeles à New York. ou 250 fois inférieur à un scanner abdominal.

Les habitants de Polessie consomment en permanence des produits contaminés: c’est pourquoi nous calculons la dose globale. Seule une petite proportion de personnes vivant actuellement dans les régions contaminées reçoit une dose supérieure à 2 mSv par an et la grande majorité reçoit une dose inférieure à 1 mSv par an. Ces débits de dose correspondent bien à la variation du rayonnement de fond naturel dans le monde.

Essais d’armes nucléaires
Manual for Survival soutient que Tchernobyl n’était qu’une accélération d’un processus, dommageable pour toute la planète, commencé lors des essais de bombes atmosphériques des années 50 et 60. Je suis d’accord avec Brown que, si vous croyez en l’hypothèse LNT selon laquelle chaque petite dose de rayonnement comporte un risque, alors les conséquences sur la santé mondiale des essais d’armes nucléaires atmosphériques sont énormes. Comme beaucoup d’allégations dans Manual for Survival, cette affirmation est traitée comme une nouvelle, mais ce n’est qu’une nouvelle alarmante si vous ignorez la masse des preuves scientifiques. Le Comité scientifique des Nations Unies sur les effets des rayonnements atomiques (UNSCEAR) a publié de nombreux rapports à ce sujet. La dose collective estimée à partir des essais d’armes atmosphériques est énorme et éclipse celle de Tchernobyl. Mais les doses individuelles sont, bien entendu, faibles: l’UNSCEAR [33] rapporte un pic de dose efficace totale annuelle en 1963 dans la région de 0,1 mSv. Cela correspond à peu près à la dose équivalente à un vol aller-retour Londres-Los Angeles (à partir du rayonnement cosmique) pour tout le monde dans l’hémisphère nord et à environ un trentième des débits de dose annuels de rayonnement de fond naturel. Toute dose supplémentaire au-dessus du niveau de fond pourrait être un risque potentiel. Mais l’affirmation vague de Brown selon laquelle cela pourrait être une cause importante d’augmentation à long terme de l’incidence du cancer dans le monde, sans aucune preuve à l’appui, n’est pas convaincante, c’est le moins qu’on puisse dire.

Omissions et erreurs
L’un des principaux défauts de ce livre est que le vaste corpus de connaissances de la littérature scientifique internationale est presque complètement ignoré. Les autres omissions que j’ai notées sont: aucune discussion sur la radioactivité naturelle, aucune mention du traitement thyroïdien par l’I-131, des doses diagnostiques médicales ou toutes les preuves épidémiologiques issues de procédures diagnostiques médicales et thérapeutiques. Il y a plus d’omissions et beaucoup plus d’erreurs que je n’ai eu l’espace pour le signaler ici.

Briser les lois de la physique
Ce sont peut-être des points mineurs, mais je pense que cela indique quelque chose à propos de la mauvaise qualité de ce livre lorsque je dois souligner que Manual for Survival donne foi à trois affirmations qui enfreignent les lois actuelles de la physique:

1.
Cela donne apparemment du crédit à l’idée (p 215) que les essais d’armes nucléaires sur Terre, à travers le vide de l’espace, ont influencé d’une manière ou d’une autre l’activité de l’éruption solaire du Soleil. Il est vrai que les armes nucléaires ont un pouvoir destructeur terrifiant – les plus grosses équivalent à 50 mégatonnes de TNT. Je pourrais écrire un essai sur les raisons pour lesquelles ceux-ci ne pourraient pas influencer l’activité des éruptions solaires, mais peut-être qu’une comparaison de l’énergie relative est la meilleure. J’ai étudié l’astrophysique il y a plus de 30 ans et j’ai oublié ce que j’ai appris sur les éruptions solaires, alors je suis allé sur le site Web de la NASA (https://visibleearth.nasa.gov/view.php?id=55580). J’ai découvert que «les éruptions solaires … sont capables de libérer autant d’énergie qu’un milliard de mégatonnes de TNT», vingt millions de fois plus gros que la plus grosse bombe nucléaire. L’activité solaire, bien sûr, affecte la Terre, notamment dans les particules chargées contribuant au rayonnement de fond cosmique et naturel que nous recevons tous chaque jour. L’omission étonnante de toute discussion sur les doses de rayonnement naturel n’est qu’un autre défaut fatal du Manuel de survie.
2.
Il rapporte (p 302) que «la période pendant laquelle la moitié des 137Cs disparaîtra des forêts de Tchernobyl sera comprise entre 180 et 320 ans», citant le magazine «Wired». La demi-vie de désintégration physique du 137Cs est d’environ 30,2 ans. Dans les années qui ont suivi Tchernobyl, il a été souligné à maintes reprises, par moi et par beaucoup d’autres, que dans les sols riches en matière organique, la demi-vie écologique effective du 137Cs s’approche de sa demi-vie de décomposition physique (par exemple [34]). Mais cela ne peut pas dépasser 30,2 ans, à moins, bien sûr, que les lois de la physique ne soient erronées.
3.
Le dosimètre de Kate Brown «sautait dans l’alarme» dans la zone la plus contaminée de la Forêt Rouge (p 125), apparemment en raison d’un précédent incendie de forêt. J’ai du mal à comprendre ce que Brown veut dire ici, mais elle semble prétendre que son dosimètre lisait 1000 μSv h − 1 alors que normalement la Forêt Rouge lit (très haut) 50–100 μSv h − 1. Ici, Brown affirme qu’un incendie de l’année précédente a entraîné une augmentation de 10 fois du débit de dose parce que le feu a libéré de la radioactivité. Encore une fois, il y a tellement de mal dans cette hypothèse que je ne sais pas par où commencer. Oui, les incendies de forêt peuvent libérer de petites quantités de radioactivité dans l’air, mais pourquoi cela devrait-il avoir une influence significative (10 ×) sur les débits de dose gamma externes? Pour comprendre les effets des incendies de forêt sur la remise en suspension des radionucléides, Brown aurait pu étudier et citer des travaux antérieurs à ce sujet, par ex. [35].
Les lois de la physique ne sont pas gravées dans le marbre et les physiciens font également des erreurs, mais je ne pense pas que nous allons commencer à réécrire les manuels pour le moment. Je ne m’attends pas à ce que Brown comprenne toute la physique de la radioprotection, mais je m’attends à ce qu’elle tienne compte de l’énorme quantité de connaissances et d’opinions scientifiques disponibles.

Que pouvons-nous apprendre de ce livre?
Dans cette revue, je me suis nécessairement concentré principalement sur les (nombreux) défauts et omissions du livre. Manual for Survival est une polémique, pas un livre d’histoire et encore moins un livre scientifique. Brown est à juste titre en colère contre les dissimulations soviétiques (et certaines occidentales), les délocalisations aléatoires et souvent inefficaces. Après Tchernobyl, les gens ont reçu des doses plus importantes que ce dont ils avaient besoin, en particulier les doses thyroïdiennes impardonnablement élevées en raison de l’incapacité de prévenir l’ingestion de 131I dans les premières semaines après l’accident. Elle est également fâchée que les personnes vivant dans les zones contaminées de Tchernobyl aient apparemment été oubliées par la communauté internationale. Les efforts scientifiques et humanitaires internationaux (à de nombreuses exceptions notables) ont été fragmentaires, souvent avec un financement limité et irrégulier, et ont très souvent échoué (en partie à cause de la complexité du travail dans les pays post-soviétiques). Je comparerais le financement incohérent du réaménagement économique dans les zones contaminées de Tchernobyl avec les quelque 1,5 milliard de dollars engagés dans le projet de nouveau confinement sûr et de déclassement des réacteurs.

Je me souviens très bien, au milieu des années 1990, d’étudier les poissons du lac Kozhanovskoe en Russie. Le poisson avait accumulé des concentrations d’activité de 137Cs bien au-dessus des limites d’intervention, mais les gens mangeaient toujours le poisson. Naïvement, j’ai demandé à un pêcheur pourquoi il mangeait ces poissons: il m’a regardé d’un air vide – comme si j’étais venu d’un autre monde – et a répondu sèchement: «qu’attendez-vous que je mange?». À l’époque, il y avait peu de nourriture dans les magasins ruraux. À ce moment-là, j’ai réalisé que la radioactivité du poisson était le moindre des problèmes du pêcheur.

Je suis fâché que trop souvent, dans les pays touchés et à l’étranger, des mythes sur les radiations se soient répandus: je pense que ceux-ci causent de réels dommages à la vie des gens et ont sans aucun doute entravé la reprise après la catastrophe. Manual for Survival perpétue nombre de ces mythes, mais je pense que nous devrions en tirer des leçons. Je suis également en colère contre moi-même et mon domaine scientifique de ne pas avoir travaillé plus dur pour contrer ces mythes. Kate Brown a une compétence de journaliste pour capturer les tragédies individuelles de la vie de nombreuses personnes dans les terres contaminées de Tchernobyl et elle en fait bon usage pour décrire ses nombreuses visites dans ces régions. Le problème est réel, mais je pense que le diagnostic proposé dans Manual for Survival est très faux et dommageable. Les habitants des zones touchées par Tchernobyl ont besoin de plus d’emplois, de plus de développement économique, de meilleurs soins de santé et d’une meilleure nutrition. Les rayonnements actuels devraient être la moindre de leurs préoccupations, même si je comprends pourquoi beaucoup (pas tous) s’inquiètent encore.

Remerciements
Je bénéficie actuellement d’un financement du projet iCLEAR du UK Natural Environment Research Council – Innovating the Tchernobyl Landscape: Environmental Assessment for Rehabilitation and Management (NE / R009619 / 1).

Conflit d’intérêt
J’ai déjà reçu un petit montant de financement de l’industrie nucléaire et un projet plus vaste de la partie NERC financé par Radioactive Waste Management et l’Agence britannique pour l’environnement. Cela sera probablement perçu par certains comme un conflit d’intérêts. Je suis fier d’apporter une petite contribution à la dépollution de l’héritage des déchets nucléaires du Royaume-Uni et à un débat sur l’avenir de l’énergie nucléaire basé sur des preuves scientifiques.

Masquer les références
[1]
Balonov M I 2012 Sur la protection du lecteur inexpérimenté contre les mythes de Tchernobyl J. Radiol. Prot. 32 181
IOPscienceGoogle Scholar

[2]
Yablokov A V, Nesterenko V B, Nesterenko A V et Sherman-Nevinger J D 2010 Chernobyl: Conséquences of the Catastrophe for People and the Environment vol 39 (New York: Wiley)
Google Scholar

[3]
Schmid S 2019 Tchernobyl: guerres des données et politique des catastrophes Nature 566 450–1
CrossrefGoogle Scholar

[4]
Alexakhin R 2006 Conséquences environnementales de l’accident de Tchernobyl et de leur remédiation: vingt ans d’expérience. Rapport du groupe d’experts du forum de Tchernobyl «Environnement»
Google Scholar

[5]
De Cort M et al 1998 Atlas des dépôts de césium sur l’Europe après l’accident de Tchernobyl. Numéro de catalogue CG-NA-16-733-29-C. 16733 EUR (Luxembourg: Office des publications officielles des Communautés européennes 1998) pp 1–63
Google Scholar

[6]
Balonov M, Jacob P, Likhtarev I et Minenko V 1996 Voies, niveaux et tendances de l’exposition de la population après l’accident de Tchernobyl Les conséquences radiologiques de l’accident de Tchernobyl 235–49
Google Scholar

[7]
Bonzom J-M et al 2016 Effets de la contamination par radionucléides sur la décomposition de la litière de feuilles dans la zone d’exclusion de Tchernobyl Science de l’environnement total 562 596–603
CrossrefGoogle Scholar

[8]
Lecomte-Pradines C et al 2014 Assemblages de nématodes du sol comme bio-indicateurs de l’impact des rayonnements dans la zone d’exclusion de Tchernobyl Science de l’environnement total 490 161–70
CrossrefGoogle Scholar

[9]
Deryabina T et al 2015 Les données du recensement à long terme révèlent des populations d’animaux sauvages abondantes à Tchernobyl Biologie actuelle 25 R824–6
CrossrefGoogle Scholar

[dix]
Webster S C et al 2016 Où se trouvent les choses sauvages: influence des radiations sur la distribution de quatre espèces de mammifères dans la zone d’exclusion de Tchernobyl Frontiers in Ecology and the Environment 14 185–90
CrossrefGoogle Scholar

[11]
Zach R, Hawkins J L et Sheppard S C 1993 Effets des rayonnements ionisants sur les hirondelles reproductrices aux normes actuelles de radioprotection Toxicologie et chimie de l’environnement 12 779–86
CrossrefGoogle Scholar

[12]
Livrable Gaschak S COMET (DN 5,6). Trente ans après l’accident de Tchernobyl: que savons-nous des effets des rayonnements sur l’environnement Rapport de l’atelier COMET pp 20–22
Google Scholar

13]
Baker R J et al 1996 Petits mammifères des sites les plus radioactifs près de la centrale nucléaire de Chornobyl Journal of Mammalogy 77 155–70
CrossrefGoogle Scholar

[14]
Chesser R K et Baker R J 2006 Grandir avec Tchernobyl: en travaillant dans une zone radiaactive, deux scientifiques apprennent des leçons difficiles sur la politique, les préjugés et les défis de faire de la bonne science Am. Sci. 94 542–9
CrossrefGoogle Scholar

[15]
Hsu W-L et al 2013 L’incidence de la leucémie, du lymphome et du myélome multiple chez les survivants de la bombe atomique: 1950–2001 Radiat. Res. 179 361–82
CrossrefGoogle Scholar

[16]
Gus’kova A K 2012 Conséquences médicales de l’accident de Tchernobyl: séquelles et problèmes non résolus Énergie atomique 113 135–42
CrossrefGoogle Scholar

[17]
Yamazaki J N et Schull W J 1990 Perte périnatale et anomalies neurologiques chez les enfants de la bombe atomique: Nagasaki et Hiroshima revisités, 1949 à 1989 J. Am. Med. Assoc. 264 605–9
CrossrefGoogle Scholar

[18]
Douple E B et al 2013 Effets à long terme sur la santé des rayonnements dans une population humaine unique: leçons tirées des survivants de la bombe atomique d’Hiroshima et de Nagasaki Disaster Medicine and Public Health Preparedness 5 S122–33
CrossrefGoogle Scholar

[19]
McLean A R et al 2017 A reformatement of the natural science evidence base about the health effects of low-level ionizing radiation Proceedings of the Royal Society B: Biological Sciences 284 20171070
CrossrefGoogle Scholar

[20]
Bennett B, Repacholi M et Carr Z Effets sur la santé de l’accident de Tchernobyl et programmes de soins de santé spéciaux. Rapport du Groupe d’experts du Forum des Nations Unies sur Tchernobyl «Santé» (Genève, Suisse: Organisation mondiale de la Santé)
Google Scholar

[21]
Men T, Brennan P, Boffetta P et Zaridze D 2003 Tendances de la mortalité russe pour 1991–2001: analyse par cause et par région Brit. Med. J. 327 964
CrossrefGoogle Scholar

[22]
IAEA 1991 Rapport technique du projet international de Tchernobyl. 640 (Vienne: Agence internationale de l’énergie atomique)
Google Scholar

[23]
OMS 2004 Health Effects of the Thernobyl Accident and Special Health Care Programs Report on the UN Tchernobyl Forum Expert Group «Health» (Genève: Organisation mondiale de la Santé)
Google Scholar

[24]
PNUD U et UN-OCHA W 2002 Les conséquences humaines de l’accident nucléaire de Tchernobyl – une stratégie de redressement Rapport commandé par le PNUD et l’UNICEF avec le soutien de l’ONU-OCHA et de l’OMS
Google Scholar

[25]
Kenigsberg J E et Buglova E E 2005 Chernobyl: Catastrophe and Consequences vol 310 eds ed J T Smith and N A Beresford pp 217–37 Springer
CrossrefGoogle Scholar

[26]
Pukkala E et al 2006 Cancer du sein en Biélorussie et en Ukraine après l’accident de Tchernobyl International Journal of Cancer 119 651–8
CrossrefGoogle Scholar

[27]
Cardis E et al 2006 Conséquences cancéreuses de l’accident de Tchernobyl: 20 ans sur J. Radiol. Prot. 26 127–40
IOPscienceGoogle Scholar

[28]
Cardis E et al 2006 Estimations du fardeau du cancer en Europe des retombées radioactives de l’accident de Tchernobyl Int. J. Cancer 119 1224–35
CrossrefGoogle Scholar

[29]
Gavrilova N S, Semyonova V G, Evdokushkina G N, Gavrilov L et Ivanova A E Réunion annuelle 2003 de la Population Association of America 1–3
Google Scholar

[30]
Smith J T et Beresford N A 2005 Tchernobyl: Catastrophe et conséquences (Berlin: Springer) pp 191–215
Google Scholar

[31]
Firsakova S 1993 Efficacité des contre-mesures appliquées au Bélarus pour produire du lait et de la viande avec des niveaux acceptables de césium radioactif après l’accident de Tchernobyl Sci. Total Environ. 137 199–203
CrossrefGoogle Scholar

[32]
Liland A, Lochard J et Skuterud L 2009 Quelle est la durée du long terme? Réflexions basées sur plus de 20 ans de gestion post-Tchernobyl en Norvège J. Environ. Radioact. 100 581–4
CrossrefGoogle Scholar

[33]
UNSCEAR 2000 Expositions du public à partir de sources artificielles de rayonnement Sources et effets des rayonnements ionisants vol 1 (Herndon, VA: Publications des Nations Unies)
Google Scholar

[34]
Smith J T et al 2000 Pollution: l’héritage de Tchernobyl en matière de nourriture et d’eau Nature 405 141
CrossrefGoogle Scholar

[35]
Kashparov V et al 2000 Incendies de forêt sur le territoire contaminé à la suite de l’accident de Tchernobyl: remise en suspension d’aérosols radioactifs et exposition des pompiers J. Environ. Radioact. 51 281–98
CrossrefGoogle Scholar

« NON au business scandaleux de l’éolien !NON au business scandaleux de l’éolien ! »

https://news.contribuables-infos.org/index.php/component/acym/archive/3618-non-au-business-scandaleux-de-l-eolien

Eudes Baufreton
Directeur de Contribuables Associés

 Paris, avril 2021

 

Cher ami contribuable,

 

C’est l’histoire d’une escroquerie.

L’histoire d’une idéologie bobo, transformée en un business ultra juteux au profit de quelques-uns. Sur le dos des Français.

2001, le ministre écologiste Yves Cochet décide de MASSIVEMENT subventionner l’éolien.

S’ouvre alors le grand bal des milliardaires… Une véritable ruée vers l’or !

Derrière les éoliennes, il y a du lourd : riches fonds de pensions, associations anti-nucléaire devenues promoteurs éoliens, gros groupes gaziers & pétroliers, Chinois à l’affût…

Tous se bousculent au portillon des subventions qui coulent à flot…

Ils ont trouvé la poule aux œufs d’or. Un investissement « zéro risque » qui crache des milliards 100 % garanti par l’Etat. Pendant 15 à 20 ans.

Alors que les Français crèvent des conséquences financières du confinement, « les promoteurs éoliens attendent leur argent, couchés dans des hamacs, avec des rentabilités sur fonds propres de l’ordre de 25 % par an ! » s’insurge Patrice Cahart, Inspecteur général des finances.

25% ! Les Français, eux, doivent se contenter de 0,5% sur leur livret d’épargne…

Enrichissement massif garanti ! Le cash dégouline de partout…

Vingt ans que l’État engloutit l’argent public. Votre argent !

Dix ans que la Cour des comptes tire la sonnette d’alarme : les énergies renouvelables (EnR) coûtent un bras aux Français. Et sont inefficaces. 

• En 2018, la Cour chiffre à 121 milliards d’euros l’engagement d’argent public dans les EnR (sur la base des installations connectées fin 2016)

• Elle chiffre le coût des contrats éoliens à « 40,7 milliards d’euros en 20 ans » pour… « 2% de la production électrique française ».

C’est colossal.

 

Un trafic en or massif, 100% garanti par l’État

Voici comment ça marche :

EDF a obligation d’acheter l’électricité éolienne au prix fort, entre 70 et 91 €/Mwh (pour l’éolien terrestre) et entre 180 et 220 €/Mwh (pour l’éolien en mer). Puis revend instantanément cette énergie sur le marché au prix de 32€/Mwh. Donc à perte. 

1 – EDF paye donc cette électricité 3 à 6 fois le prix du marché. 

2 – Cet argent va directement remplir les poches des gros bonnets de l’éolien.

3 – Le consommateur-contribuable renfloue les pertes

4 – Et ce « trafic en or massif » est garanti par l’État pendant 15 à 20 ans !

C’est un « système de transfert MASSIF de ressources », financé par les consommateurs-contribuables, et qui a permis « l’émergence de fortunes colossales ». Et c’est M. Lévy, PDG d’EDF, qui le dit. Ce monsieur SAIT de quoi il parle.

Et c’est le contribuable-consommateur qui paye !

Oui ! Vous. Encore vous. Toujours vous.

Via la taxe sur l’essence (TICPE) et la taxe sur l’électricité (CSPE).

• Vous faites le plein de votre voiture ? BOOM… vous financez les « gros bonnets de l’éolien » !

• Vous payez votre facture EDF ? BOOM… vous enrichissez les « arnaqueurs de l’écologie » !

Comme toujours, on prend aux petits, pour subventionner les gros !

La CSPE prélevée sur la facture EDF est passé de 96 millions d’euros en 2005, à 6 milliards aujourd’hui. Et dépassera 7 milliards en 2025 ! 

‍Voilà pourquoi votre facture EDF s’envole. Parce qu’EDF « se rembourse sur la bête » …

Parce qu’on subventionne l’éolien à mort. En tapant dans vos poches.

Et en plus vous payez 20% de TVA sur la CSPE ! C’est scandaleux.

Allons-nous rester pieds et poings liés, otages d’un système vorace qui ponctionne massivement les Français au profit des trafiquants du vent ? 

Non ! Entrons en Résistance. Battons-nous. C’est maintenant ou jamais car le vent est en train de tourner :

 

Partout, on fait marche arrière, mais la France fonce tête baissée !

La Pologne démantèle ses éoliennes. La Norvège arrête son plan d’installation d’éoliennes. En Europe, on constate en 2019 une baisse de 30% des éoliennes installées. Baisse qui atteint 82% en Allemagne. Prise de conscience internationale…

Et en France, le gouvernement, lui, impose une transition énergétique brutale aux Français. En catimini :

Par le décret du 21 avril 2020, adopté en pleine crise du Covid, contre l’avis des consultations préalables, le gouvernement inscrit la prolifération des éoliennes au rang des priorités nationales.

Décret qui prévoit de passer de 8 000 à 20 000, le nombre d’aéro-générateurs d’ici 2028.

Pitié pour nos beaux paysages ! Pitié pour notre porte-monnaie !

C’est une INVASION. Que nous SUBISSONS à NOS FRAIS.

Stop ! Ça suffit ! La priorité est de renflouer notre économie, de créer des lits de réanimation, de sauver nos retraites… Pas d’engraisser les brasseurs de vent sur le dos des contribuables-consommateurs.

Il est urgent de faire barrage à ces rapaces qui vivent au crochet de l’argent public. NOTRE ARGENT ! Dont ils s’abreuvent goulûment.

On vous dit que c’est pour la bonne cause… Faux ! Ils vous mentent :

 

Ces mastodontes vrombissants sont un vrai fléau écologique

Jusqu’à 240 m de haut (plus que la tour Montparnasse) avec des pales de 100 m de long… ce sont des monstres de béton et d’acier.

Dispensés de permis de construire, ils poussent partout : aucune restriction ! En mer, montagne, sur les côtes, dans les parcs naturels…

Les pales sont NON recyclables car hautement toxiques. Au bout de 20 ans, il faut les enterrer comme les déchets radioactifs.

Un socle d’éolienne, c’est 50 tonnes de ferraille et 1500 tonnes de béton armé. Et 600 000 euros à démanteler.

Une éolienne tourne à 22% de sa capacité. 15% au bout de 10 ans. Trop peu de vent : ça ne tourne pas. Trop de vent : il faut l’arrêter.

Et pour combler cette intermittence, on est obligé de développer des centrales au gaz au fur et à mesure qu’on implante des éoliennes : union forcée. Or ces usines émettent du CO², du gaz à effet de serre !

Les chiffres de l’ADEME* sont sans appel : le nucléaire génère 6 g de CO² par kWh. Contre 10 g pour l’éolien (auxquels il faut ajouter 50 à 200 g pour les technologies de stockage) et 400 g pour une centrale à gaz.

 *Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie

Et je ne parle même pas des effets désastreux sur la santé, largement documentés par des rapports scientifiques de plus en plus nombreux.

En mer, les poissons disparaissent à 50 km autour d’une éolienne. Les baleines s’échouent. Sur terre, la population d’oiseaux s’effondre. Dans les prés, les vaches sont retrouvées mortes.

C’est un vent de folie, vous dis-je. Il est urgent d’ouvrir les yeux :

 

La « fabrique du consentement » vous hypnotise

La propagande des lobbyistes du vent tourne à plein régime.

Omerta. Dissimulations. Désinformation. Sondages manipulés. Enquêtes biaisées.

On vous ment sur toute la ligne. On vous hypnose pour mieux vous manipuler. Pour continuer à vous taxer en toute tranquillité.

Ces structures d’influence sont partout, jusqu’au cœur du ministère de l’Ecologie.

Et l’Elysée leur ouvre un boulevard ! Dégage les obstacles !

Sur le terrain, les promoteurs passent en force contre tous. Ces monstres d’acier sont implantés de façon quasi totalitaire.

La quasi-totalité des recours en justice par les citoyens ont été supprimés. Faire appel est devenu impossible. Un véritable déni de démocratie.

Et comme ces éoliennes sont de véritables pompes à fric, on arrose les uns, on achète le silence des autres, on implante de force. Puis on encaisse des subventions pendant 20 ans…

Ces Khmers verts sont redoutables. Ils écrasent tout sur leur passage. Se gavent. Et nous payons !

Et que dire des prises illégales d’intérêts …

Dans l’éolien terrestre, les fraudes sont massives. 2014 : le service Central de prévention de la corruption (institution du ministère de la Justice) tire la sonnette d’alarme face à ce phénomène d’ampleur.

250 dossiers sont ouverts. Partout en France, les magistrats de ce service enquêtent… et voilà que soudain, le gouvernement Hollande décide de fusionner ce service avec l’Agence française anticorruption.

Les 250 dossiers sont enterrés… Fin de l’histoire !

L’impunité est totale pour les gros bonnets de l’éolien… Mais quand c’est vous qui sortez sans masque, c’est tolérance ZERO !

Nous devons les arrêter. Rejoignez le combat ! Car l’enjeu est énorme.

 

Voici ce qui se prépare :

Notre bouquet énergétique est composé principalement de nucléaire et d’hydroélectrique : notre électricité est sans carbone à 90%. Très fiable. Et coûte 70 % moins cher qu’en Allemagne.

Nous, Français, on devrait en être fier ! Mais non. Bien au contraire.

Le programme Macron, c’est : débrancher nos centrales nucléaires. Vendre nos centrales hydroélectriques. Installer le renouvelable. Et faire passer notre production électrique sous pavillon étranger.

1 – Nous allons perdre notre souveraineté énergétique 

2 – Et ça va faire exploser le prix de l’électricité.

‍Car le prix de l’électricité augmente avec la part des EnR (énergies renouvelables) dans le bouquet énergétique. Voilà pourquoi, Danois et Allemands, rois de l’éolien, payent 29 centimes d’euros le kilowatt heure quand nous payons 18,5 c€/kWh (en 2019).

Et ce n’est qu’un début ! L’électrification du parc automobile et du chauffage des bâtiments fera exploser la demande d’électricité et flamber le prix encore plus.

C’est une DOUBLE PONCTION de notre POUVOIR D’ACHAT qui se prépare :

1 – Vous financez au prix fort l’installation des énergies renouvelables (Déjà plus de 121 milliards au compteur…)

2 – Et ensuite, vous passez à la caisse quand arrivera la facture d’électricité

Double jackpot pour les gros bonnets du vent. Double peine pour les contribuables consommateurs.

Plus c’est gros, plus ça passe ! C’est une véritable escroquerie.

Allons-nous continuer d’engraisser les multinationales du vent ? Attendre qu’ils nous plument sans rien dire ?

Non ! Tous unis, et de toutes nos forces, crions au scandale.

Résistons. Montons au créneau. Ne lâchons rien.

Montrons à Mme Pompili, ministre de la Transition écologique, notre détermination. Et mettons-la en demeure de mettre fin à ce scandale.

STOP aux subventions pour l’éolien. Aujourd’hui !

Madame Pompili,

Savez-vous qu’en Espagne, Danemark, Portugal, Finlande… partout on construit des éoliennes SANS AUCUNE SUBVENTION ?

Savez-vous que même l’Allemagne a supprimé ses subventions en 2016 ?

Pourquoi ? Parce que l’éolien est une industrie mature.

Les éoliennes en mer sont rentables. Les éoliennes terrestres le sont au bout de 5 ans. Ce business n’a absolument pas besoin d’être subventionné.

Subventionner une industrie mature et rentable, c’est massivement dilapider l’argent public. C’est appauvrir les Français. Sciemment.

Subventionner à milliards un business rémunérateur, en ponctionnant massivement les Français, c’est détruire leur pouvoir d’achat. Sciemment.

Et ce, alors que tant de commerçants et indépendants voient leur chiffre d’affaires s’effondrer, que tant de Français sont licenciés, et que la dette à payer explose ! Covid oblige…

C’est indécent. Injuste. Et irresponsable.

Il faut cesser de dépouiller les Français pour engraisser les arnaqueurs de vent. Stop aux subventions payées avec notre argent !

Amis Contribuables, passons en mode combat. Alertons les Français ponctionnés à leur insu. Rallions-les à notre cause. Allons les chercher ! Cliquez ici !

Dans cette bataille, la participation de chacun d’entre vous est essentielle. Vous le savez, nous dépendons à 100% de vos dons. C’est le carburant qui fait avancer notre action. J’espère pouvoir compter sur votre aide la plus généreuse possible.

Allez, tous derrière moi ! Montrons à Mme Pompili notre pugnacité.

Tous ensemble, exigeons la suppression des subventions à l’éolien.

S’il vous plaît, envoyez-moi votre MISE EN DEMEURE signée, accompagné de votre don pour financer ce combat en cliquant sur ce lien. Je la déposerai en votre nom, avec celles de tous les Contribuables Associés et ralliés, sur le bureau doré de Mme Pompili.

 

De tout cœur merci. Merci pour votre fidélité. 

Eudes Baufreton – Directeur de Contribuables Associés