Lettre à RTE (déclinaison) : consultation publique sur les scénarios 2050

Chambéry le 21juillet 2021

Monsieur le Président de RTE Xavier Piechaczyk

Immeuble Window
7C, Place du Dôme 92073 LA DEFENSE Cedex

Objet : consultation publique sur les scénarios 2050

Détournement en lettre miroir (pour le nucléaire)de la lettre pour les énergies renouvelables qui vous a ététransmisele 05 mars 2021 par 130 polytechniciens.

Au moins 130 autres «X» devraient pouvoir également se trouver pour signer cette «lettre miroir» qui plaide pour un choix opposé (donc pour le nucléaire) avec quasiment les mêmes arguments…Monsieur le Président, Le 27 janvier dernier, RTE et l’Agence internationale de l’énergie ont publié leur étude commune sur les « conditions et prérequis en matière de faisabilité technique pour un système électrique avec une forte proportion d’énergies renouvelables à l’horizon2050 », et ont ouvert simultanément la consultation publique sur le cadrage et les hypothèses des scénarios du Bilan prévisionnel long terme « Futurs énergétiques 2050 ». L’étude comme le document de consultation témoignent de la rigueur et du sérieux qui ont animé vos équipes lors de leur rédaction et nous tenons en premier lieu à saluer ce travail qui marque incontestablement un jalon décisif dans les réflexions en cours sur les perspectives du système électrique français.Dans cette étude, RTE et l’AIE ont mis en évidence quatre ensembles de conditions techniques à satisfaire simultanément pour permettre l’intégration d’une proportion très élevée d’énergies renouvelables en France avec une sécurité d’approvisionnement assurée.Ces conditions sont indubitablement des défis irréalisables, et les signataires de cette contribution partagent trois convictions :

1) ces défis sont fous et n’ont jamais été relevés ensemblepar le passé,

2) les solutions techniqueset technologiques invoquées pourrelever ces défis n’existent pas pour la plupart,

3) la France dispose d’atouts importants qu’il s’agit de ne pas gâcher dans ces fadaises:elle a même vocation à exercer un rôle industriel de premier plan dans le secteur nucléaire en plein essorauplan mondial. Réunis par ces convictions et par leur implication dans le secteur de l’énergie au travers d’un large panel de fonctions et champs d’expertise, les 17 signataires de cette contribution(et potentiellement quelques centaines d’autres) ont aussi en commun une formation exigeante qui leur a transmis, outre une solide formation scientifique et technique, l’intérêt pour l’innovationqui ne veut rien ignorer des contraintes du réel, l’esprit de conquête industrielle, le goût de prendre part au débat public et le sens de l’intérêt général.

Enfin, ils partagent la conviction qu’il en va de la responsabilité des citoyens d’aujourd’hui de ne pas hésiter à questionner les « vérités » partisanes, et de contribuer à un débat éclairé sur les choix technologiques que doitprendre notre paysau plus tôt.C’est la raison pour laquelle nous avons souhaité prendre l’initiative de cette modeste contribution. Elle se gardera de commenter le contenu des scénarios envisagés : nous savons bien le travail conséquent de modélisation, de prospective et de concertation préalable qui a permis de construire ces scénarios qui mettent chacun en évidence un futur impossible, et dont on ne saurait discuter la pertinence dans une lettre de quelques pages. Mais nous tenterons d’esquisser quelques perspectives de réponse aux quatre conditions identifiées dans l’étude, après un bref rappel du contexte mondial dans lequel ces réflexions s’inscrivent et des enjeux industriels qui en découlent. Enfin, en réponse à des questions soulevées dans le document de consultation, il nous a également paruimportant de livrer quelques considérations sur l’acceptabilité comparée des énergies renouvelables et du nucléaire. L’amélioration ou le maintien de cette acceptabilité populairenous paraît être en effet une condition au moins aussi (voire plus) déterminante que les conditions techniques, pour que la France parvienne à atteindre la neutralité carbone en 2050 grâce à l’énergie nucléaire non carbonée.1.Le contexte mondial et les enjeux industriels Le secteur de l’énergie vit actuellement une révolution majeure à l’échelle mondiale. L’énergie nucléaire connaît de nouveau une belle croissance et constitue la première source de production d’électricité non carbonée dans le monde. Aujourd’hui, plus de 440réacteurs de puissance sont en activité dans 30 pays, produisant environ 11 % de l’électricité mondiale. En 2020, plus de 5GWdeproduction d’énergie nucléaire supplémentaires ont été raccordées au réseaudans le monde pour atteindre presque 395 GW. Il suffit de rappeler que plus de 50 réacteurs sont en construction, que 10années auparavantlescapacités nucléaires atteignaientà peine 375 GW, et que jusqu’à 700 GW sont prévusen 2050 par l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) pour prendre la mesure des bouleversements qui sont à l’œuvre.Les investissements considérables réalisés dans ce domaine ne sont pas seulement guidés par des préoccupations environnementales, mais traduisent surtout une nouvelle réalité économique : l’énergie nucléaire restedésormais parmi les plus compétitives, sinon la plus compétitive. Reposant sur des moyens de production centralisés par nature et pouvant être déployés à de multiples échelles (EPR, SMR,…), elle renforce radicalement les fondements mêmes du système électrique tel que nous le connaissons. Elle offre une alternative aux productions fatales et erratiques des énergies renouvelables éoliennes et solaires.Dans un tel contexte, pour tout pays prétendant au rôle de puissance mondiale, le développement de l’énergie nucléaire n’est plus uniquement un volet de sa politique énergétique et climatique, mais elle devient aussi de plus en plus un enjeu géopolitique et un axe industriel stratégique. La France et l’Europe n’ont pas perdu la bataille industrielle du nucléaire : elle ne fait que commencer. Certes, dans ce domaine comme dans tant d’autres, des erreurs ont été commises et nous avons laissé d’autres grandes puissances mondiales prendre de l’avance, mais un rattrapage est possible dans plusieurs domainescar nous disposons de l’expertise nécessaire et d’un marché domestique encore très en deçà de son plein potentiel. La rapidité de transformation de ce secteur est telle que les cartes sont rebattues en permanence. Sur le plan technologique et industriel, la chaîne de valeur ne se limite pas aux réacteurs nucléaires : des domaines comme le stockage de l’énergie, les réseaux intelligents, la convergence avec la mobilité, voire éventuellement la production d’hydrogène, vont être amenés à jouer un rôle essentiel dans le sillage de la croissance de l’énergie nucléaire dans les mix énergétiques. Pour accompagner ces choix politiques, l’Europe semble prête à consacrer des investissements financiers considérables pour répondre aux enjeux du futur. On peut se réjouir qu’elle semble avoir pris la mesure de l’enjeu des transferts d’usage entre secteurs énergétiques avec quelques initiatives visant à faire émerger des projets industriels de grande envergure telle l’Alliance Européenne pour les Batteriesa été lancée en octobre 2017 par le Vice-Président de la Commission Européenne Maroš Šefčovič et implique aujourd’hui plus de 500 acteurs. Selon la Commission Européenne, quelque 4 à 5 millions d’emplois industriels pourraient être créés si l’UE s’imposaitcomme leader du marché des batteries. Dans le cadre de ce programme, la Commission européenne a autorisé en décembre 2019 un projet important d’intérêt européen commun (IPCEI) réunissant un consortium de 17 entreprises qui investissent 5 milliards d’euros.On peut a contrario regretter que la Commission Européenne ait été contrainte à lancer la European Clean Hydrogen Alliance le 8 juillet 2020 et établi une stratégie coûteuse qui prévoit le déploiement de 40 GW d’électrolyseurs «hydrogène» d’ici 2030 pour écrêter les aléas de la production d’électricité intermittente d’origines solaire et éolienne subventionnées alors que cette productionsera bien plus efficaceà partir d’électricité nucléaire (avec les technologies existantes, ou demain avec les réacteurs à haute température). Selon le commissaire européen Thierry Breton, ce programme permettra la création de près d’un million d’emplois (en Europe) subventionnés par tous les citoyens européens. Grâce à ces initiatives européennes, la France dispose de l’opportunité de rester dans la course nucléaire mondiale à condition que les décideurs en aient la volonté et qu’ils s’en donnent les moyensParmi les signaux encourageants :

-le Président E. Macron a pris la tête des 7 pays européens nucléophiles qui refusent la taxonomie européennequi veut exclure le nucléaire des énergies non ou peu carbonées, sans justification technique et scientifique.

-La France fait partie des 7 Etats impliqués au sein de l’IPCEI sur les batteries avec plusieurs projets d’usines en cours de concrétisation. -Un Comité Stratégique de Filière se mobilise sur la réindustrialisation dans le domaine de l’énergie nucléaire. Si nous avons jugé utile de rappeler ainsi le contexte et les dispositions prises par l’Europe et la France dans ces domaines, c’est pour montrer que notre conviction que la France peut exercer un rôle industriel de premierplan dans le domaine du nucléaire s’appuie sur des éléments tangibles. Au-delà des stricts enjeux industriels liés à la fabrication d’équipements (rappelés ci-dessus), s’agissant des futures capacités de production d’électricité,les enjeux économiques sont tout aussi considérables puisqu’il s’agit d’assurer la compétitivité de notre mix électrique, qui grâce au nucléaire est déjà un des moins chers d’Europe(les Allemands paient leur électricité 70% plus cher), la France détenant aussi le record mondialdes exportations nettes d’électricité(plus de 10 % de sa production). L’étude publiée parla Société française d’énergie nucléaire (SFEN) apporte des éléments indiscutables pour attester de cette compétitivité d’un mix électrique reposant sur une part très élevée de nucléaire. En termes d’emplois, la production d’électricité nucléaire n’est pas un gisement négligeable. Forte de ses 220 000 professionnels répartis dans 2 600 entreprises, la filière nucléaire est la 3ème filière industrielle française derrière l’aéronautique et l’automobile. L’essentiel des emplois à haute technicité de la filière n’est pas délocalisable. C’est dans ce cadre que des milliers d’ingénieurs et entrepreneurs, dont les signataires de la présente ne constituent qu’un infime échantillon, travaillent depuis plusieurs années, avec le succès que l’on connaît,pour relever les quatre défis techniques qui, selon le rapport AIE/RTE conditionneront la réussite de la transition vers un mix électrique respectueux des Accords de Paris pour le Climat, qui ne pourra se passer d’une part importantede nucléaireà l’échelle du système électrique européen interconnecté.

2. Les solutions existantesComme indiqué en préambule, les quatre conditions techniques (maintien de la stabilité du système électrique, développement des flexibilités pour garantir la sécurité d’alimentation, fonctionnement des réserves opérationnelles et développement des réseaux d’électricité) ne peuvent pas être satisfaite pour l’essentiel par les énergies renouvelables intermittentes. Pourquoi se priver alors des solutions existantes offertes par la filière nucléaire?Il s’agit ici de partager notre vision de quelques solutions et d’exemples illustrant le niveau de maturité déjà atteintgrâce à de l’énergie nucléaire:

a. Prévisions de production L’amélioration de la précision des prévisions météorologiques peutfaciliter les prévisions de consommation et la programmation des indisponibilités périodiques des unités nucléaires. A titre d’exemple, le projet européen Smart4RES piloté par les Mines Paris Tech a été lancé fin 2019 pour développer des modèles de prévision météorologique à très haute résolution, capables d’intégrer des données issues de sources multiples. Le fait de pouvoir couvrir les besoins de prévisions de différentes échelles de temps (quelques minutes, quelques heures ou quelques jours) avec un seul modèle météo et non plusieurs, constituerait une rupture significative dans la performance de la prévisionpour exploiter un mix intégrant des énergies renouvelables fatales. Toutefois, en conservant au moins 70 à 75 % de production nucléaire«tout temps» (elle ne dépendpas du vent et du soleil) dans notre mix électrique, la France peut se passer de cette coûteuse recherche.

b. Grid forming Les nouvelles générations d’onduleurs ont la faculté de mieux communiquer avec le réseau et peuvent contribuer à sa stabilité en tension. A titre d’exemple, le projet MIGRATE (Massive InteGRATion of power Electronic devices) piloté par le gestionnaire de réseaux TenneT et réunissant 10 gestionnaires de réseau, 12 centres de recherche et le groupe Schneider, a permis de développer des solutions technologiques innovantes pour le contrôle des onduleurs et de les valider sur du matériel à échelle réduite. Mais ces recherches et ses investissements coûteux peuvent être évités avec un mix bien doté en moyensélectronucléairesà l’échelle du système interconnecté.

c. Flexibilités (hors stockage) Il existe plusieurs leviers possibles de flexibilité permettant de pallier les contraintes que peuvent entraîner sur le réseau toute production massived’électricité pourcorrespondre instantanément à la demande.

-Le pilotage de la demande : il peut prendre la forme d’un effacement rémunéré, une solution déjà mature qui fait l’objet de contrats avec de nombreux industriels ainsi que d’une valorisation dans le cadre du marché de capacité. L’effacement peut également s’envisager de façon diffuse, notamment en France qui est un territoire idéal du fait de l’importance du chauffage électrique dans le parc immobilier résidentiel. Cet effacement diffus est un relais de développement qui sera indispensable pour atteindre les objectifs prévus par la PPE (6,5 GW de capacité d’effacement à l’horizon 2028). Le pilotage peut aussi prendre la forme d’une optimisation du profil de consommation, via une gestion dédiée des appareils dont le fonctionnement peut être décalé au moment le plus opportun. Le déploiement des compteurs Linky permet d’améliorer encore cette modulation de la demande en transmettant des signaux prix incitatifs à un ajustement vertueux de la courbe de charge. D’immenses progrès sont encore possibles dans les années à venir, par exemple s’agissant du potentiel de stockage de chaleur dans le résidentiel après rénovation thermiqueet du stockage de froid dans de nouvelles machines frigorifiques à forte inertie thermique. Plus généralement, les réacteurs nucléaires étant relativement flexibles en France, le cadre réglementaire sera adapté afin de les rémunérer à leur juste valeur. Ces modes de valorisation ont faitl’objet en 2017 d’une étude très détailléedu cabinet E-Cube pour le compte de la CRE.

d. Stockage de la production (court ou moyen terme)

Qu’il s’agisse de maintenir la stabilité du système électrique, de garantir la sécurité d’alimentation, d’améliorer la prévisibilité et la pilotabilité du nucléaire ou d’accompagner le développement des réseaux d’électricité, le stockage est une solution. Or, l’affirmation usuelle selon laquelle « on ne sait pas stocker l’électricité » n’est plus totalement de mise : outre les STEP qui assurent cette fonction quotidiennement depuis 40 ans, le stockage de l’électricité parbatteries connait un développement accéléré dans le monde, grâce à une baisse de coût très rapide sous l’impulsion de la montée en puissance des capacités de production utilisées pour fournir les véhicules électriques. Toutefois, il ne peut apporter une solution adaptée aux besoins de régulation des grands systèmes électriques. A terme, l’arrivée de batteries en seconde vie ouvre la perspective d’une forte réduction supplémentaire des coûts peut favoriser le développement des infrastructures de charge rapide des automobiles électriques.Le déploiement des batteries peut cependant trouver son emploi notamment au travers :-De centrales hybrides qui font la preuve de leur compétitivitéface aux centrales thermiques de pointe ou qui permettent la fourniture d’électricité dans les zones non-interconnectées à des conditions économiques plus compétitives que les moyens de production thermique existants.Par exemple, en Corse et en Outre-Mer, le prix moyen pondéré des installations au sol lauréates des récents appels d’offres CRE« ZNI » est de 78,4 €/MWh2. -D’installations de stockage stationnaires utilisées pour fournir des services systèmes aux réseaux. Plus de 5 GW de capacités de stockage sont ainsi en cours de développement ou de construction au Royaume-Uni, grâce à la présence d’un marché de services-systèmes bien conçu. En France, le projet RINGOvise à installer des batteries près des postes sources du réseau afin de constituer des « lignes électriques virtuelles » évitant ainsi des investissements plus coûteux dans de nouvelles lignes ou le renforcement des postes. -De batteries de stockage associées à des installations en autoconsommation diffuses. Encore très peu présentes en France, ces projets font l’objet d’un fort développement en Allemagne avec plus de 200 000 installations. Ces batteries domestiques peuvent être mobilisées de façon coordonnée pour contribuer à la stabilité du réseau, comme le démontre l’initiative menée par l’entreprise Sonnen et le gestionnaire de réseau TenneT. -Concernant le stockage d’électricité il convient néanmoins de rappeler que la «pile» la plus efficace restera longtemps la «pile atomique» appelée désormais «réacteur nucléaire » qui a la capacité de stocker, sur de longues ou courtes durées selon la demande, des quantités massives d’électricité sous forme d’uranium rechargeable.e. Production d’hydrogène et stockage inter-saisonnier Comme évoqué précédemment, l‘hydrogène est une impasse technique et financière. Son développement n’a aucun intérêt puisqu’il ne permet pas de valoriser l’électricité produite en excès par rapport à la demande immédiate, y compris sous d’autres formes (hydrogène ou gaz de synthèse). Cette solution n’est donc pas pertinente. L’utilisation directe de l’électricité est plus efficace pour faire de la chaleur plutôt que de perdre du rendement pour en faire de l’hydrogène puis de nouveau de l’électricité(rendement médiocre de 25%), et en plus cela suppose des réseaux adaptés. Au-delà de tous ces moyens de stockage limités, RTE fait part dans son étude d’un besoin de stockage de longue durée, de type inter-saisonnier, en complément des barrages hydroélectriques qui jouent un rôle majeur en France. Ce stockage doit permettre d’utiliser au mieux la production d’énergie nucléaire au long de l’année et de la répartir entre les différents usages, y compris éventuellement par transformation et injection via le réseau de gaz ou de réseaux dédiés à l’hydrogène. Ce besoin de stockage massif et longue durée est encore plus prégnant dans des pays qui ne disposent pas ou de trop peu de barrages hydroélectriques.Parmi toutes les innovations qui constituent le panel des solutions de stockage long terme à notre disposition, c’est sans doute dans ce domaine que subsistent encore les verrous technologiques et économiques les plus significatifs. C’est donc aussi là queles efforts de R&D devrait être les plus soutenus.

3 – 63. L’acceptabilité des nouveaux projets nucléaires Si les solutions techniques existantes présentent un potentiel qui laissent à nos yeux peu d’inquiétudes sur leur capacité à accompagner les différents scénarios détaillés par le document de consultation, il n’en demeure pas moins que les aspects techniques ne sauraient être les seuls critères permettant d’évaluer la faisabilité d’un scénario. L’amélioration ou le maintien de l’acceptabilité de ces développements constitue en effet une condition au moins aussi déterminante. Cette acceptabilité nous semble devoir être multidimensionnelle : sociale, économique et environnementale. a. Acceptabilité sociale L’adhésion des Français au développement du nucléaire se trouvera d’autant plus pérenne que le nucléaire occupera pleinement sa place dans les territoires, en participant à la réappropriation citoyenne du sujet énergie ou en contribuant à la création d’emplois locaux, en lien avec les projets ou avec les initiatives industrielles déjà évoquées. Des instruments tels que le financement participatif local,ou les offres de fourniture d’électricité en circuit court, sont également des leviers importants pour susciter l’appropriation locale des projets. Il ne s’agit pas pour autant d’ignorer que certains projets peuvent susciter des mouvements de rejets locaux, au même titre que pour tout projet présentant une certaine ampleur. Cet enjeu de l’acceptabilité est donc crucial pour prévenir le risque de se trouver dans quelques décennies face à une pénurie de production faute d’avoir pu faire naitre suffisamment de projets, quels qu’ils soient. Consolider un solide retour d’expérience en analysant les facteurs de succès et d’échec des projets permettrait d’améliorer leur acceptabilité et leur intégration dans un territoire donné. Il s’agit d’un champ de recherche qui gagnerait à être approfondi, en s’appuyant sur les travaux déjà existants. b. Acceptabilité économique L’acceptabilité économique suppose que les différents scénarios ne se traduisent pas par une augmentation déraisonnable du prix du kWh pour le client final. Nous comprenons que ces aspects économiques feront l’objet d’un volet ultérieur de l’étude, mais en attendant sa publication, on peut d’ores et déjà noter que d’autres études ont conduit à des conclusions rassurantes sur cette question.L’étude publiéepar la Société française d’énergie nucléaire (SFEN), aboutit ainsi à un prix moyen de 33 €/MWhpour le nucléaire historique(horscouverture financière de renouvellement qui conduirait à 45 €/MWh), et à 70 €/MWhpour le nouveau nucléaire de série qui bénéficierait d’une garantie d’un Etat stratège.Bien que la Cour des comptes évalue le coût de production de l’EPR de Flamanville entre 110 et 120 €/MWh correspondant à une tête de série, il faut le comparer à l’éolien offshore dont le coût de production d’environ 150€/MWh, hors externalités nécessaires pour payer les raccordements aux réseaux continentaux les plus proches et pour compenser son intermittence. Flamanville est un moyen de production pilotable ayant une valeur supérieure au sein du système électrique.La Cour des Comptes, dans unrapport de 2018sur les coûts des différentes filières renouvelables, faisait état d’ «un soutien financier très élevé» de 121 milliards d’Euros de subventions engagés jusqu’en2018 pour des contrats arrivant à échéance au bout de vingt ans.A contrario, la construction de l’EPR de Flamanville, comme celle du parc historique,a été entièrement portée par les finances d’EDF.L’enjeu économique nous parait être double : d’une part mettre en place les bons signaux régulatoires pour rémunérer chaque service rendu au réseau, y compris les services assurantiels très peu utilisés ; d’autre part dépasser les notions de strict LCoE par énergie pour aller vers des calculs de coût complet d’usage du système énergétique, en accord avec les préconisations déjà formulées dans l’étude de RTE et de l’AIE. Toutes les projections financières montrent le rôle décisif des taux d’intérêt dansla rentabilité du nucléaire: l’intégration de cette énergie dans la taxonomieEuropéenne, réclamée par le Présidentde la Républiqueco-signataire de la demande avec plusieurs autres pays de l’UE, permettra 7d’amener les taux à des niveaux aussi bas que les «tauxde financement verts» des énergies renouvelables, et feradu kWh nucléaire un des plus compétitifs pour longtemps. c. Acceptabilité environnementale D’innombrables contre-vérités circulent sur la question de l’impact environnemental du nucléaire. Jusqu’à présent, elles n’ont pas réussi à entamer l’adhésion d’une majoritédeFrançais qui continuent de la considérer comme une source d’énergie à développer. Toutefois, il n’en reste pas moins indispensable de rétablir la vérité sur un certain nombre de sujets : -Non, le nucléaire ne dégrade pas le bilan carbone du mix électrique français (il l’améliore grandement). L’ADEME indique explicitementque le nucléaire est le moyen de production d’électricité qui émet le moins de CO2 (6 gCO2/kWh).Tout projet nucléaire qui remplacera un projet photovoltaïque en divisera les émissions de CO2 par un facteur supérieur à dix (6 gCO2/kWh nucléaire, 56 gCO2/kWh solaire selon l’ADEMEprécité).-Non, le nucléaire ne laissera pas des tonnes de béton dans le sol après son démantèlement. La loi impose en France un démantèlement complet de l’installation, dont les fondations doivent être excavées, ainsi qu’un recyclage des matériaux qui la composent. -Non, le recyclage et les déchets ne constitue pas une difficulté.Oui, le nucléaire est l’énergie la moins prédatrice de solsen comparaison des alternatives à la mode.Cette contribution ne prétend pas à l’exhaustivité, mais il nous asemblé utile de partager ces réflexions, sans occulter les obstacles qui restent à franchir pour arriver à une solution complète et pleinement satisfaisante, mais sans non plus tomber dans un excès d’alarmisme qui pourrait conduire à renoncer à un bien envié dans le monde et de le sacrifier à des objectifs alternatifs très réducteurs.Comme des milliers d’autres ingénieurs qui s’engagent résolument et consacrent toute leur énergie pour trouver les meilleures solutions face aux défis climatiques et énergétiques, nous sommes attentifs à l’évolution rapide des technologies et nous souhaitons que la France prenne toute sa place dans cette dynamique mondiale afin d’avoir la maitrise de ces technologies et par voie de conséquence d’atteindre dans les meilleures conditions possibles les objectifs climatiques qu’elle s’est fixés. Nous affirmonsque le maintien d’une parttrès élevée d’électricité d’origine nucléaire est non seulement possible mais souhaitable au niveau de la France et à l’échelle européenne à l’horizon 2050. Il s’agit de l’opportunité d’accroître notre souveraineté énergétique, d’atteindre l’objectif deneutralité carbone fixé par la SNBC, tout en sauvegardant la compétitivité de notre mix électrique. Cette ambition est à notre portée sous réserve:1)de veiller à l’acceptation des projetset à ce que ceux-ci profitent à tous notamment par le développement d’emplois industriels sur les territoires,2)d’investir dans la R&D, afin de franchir les derniers obstacles au développement massif de solutions de stockage de longue durée, 3)et d’accompagner cette reconfiguration du système énergétique par une adaptation du modèle de marché et de sa régulation, afin de valoriser tous les services que ces évolutions rendront nécessaires. Nous vous remercions pour l’attention que vous aurez portée à cette contribution et vous prions de croire, Monsieur le Président, en l’assurance de nos respectueuses salutations. Les 17signataires signent en leur nom propre et n’engagent pas les associations auxquelles ils sont rattachés…

Michel Gay

Jean Fluchère

Jean-Luc Salanave

Jean-Paul Fayolle

8

David Sauvé

François Vissac

Jean-François Aulon

Bertrand de Reviers

Hervé Bérard

Daniel Fischer

Serge Houdbine

Didier Crépin

Thierry Bonnet

Michel Karatchentzeff

Jacques Marlot

Jean-Pierre Robin

Pierre Clauzon….

Et au moins 130 autres«X» devraient pouvoir aussi se trouver pour signer cette «lettre miroir» en faveur du nucléaire, notamment parmi les 250 polytechniciens qui vous ont écrit une lettre ouverte le 04 mars 2021… en faveur du nucléaire.

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s